Imprimer
Catégorie : Concerts

Ce lundi de mars, au Couvent des Récollets, c’est un pianiste américain qui est venu interpréter un programme peu original, mais joué de manière peu académique. Andrew Tyson, trente ans, a étudié au Curtis Institute de Philadelphie puis à la Julliard School de New York et a gagné de nombreux concours internationaux (Geza Anda, Leeds…). Le récital a débuté par deux « sonates de Scarlatti, la K9 et la K96. Avec une technique imparable, dès le départ, on a senti que ce pianiste avait une vision des oeuvres assez personnelle. C’est dans « Miroirs » de Maurice Ravel, et plus encore, dans les 24 Préludes op.28. de Frédéric Chopin qu’il l’a démontré. On peut ne pas être d’accord avec son interprétation mais il y a une cohérence dans son propos. Ici pas de pathos : Chopin a fait un tour vers les USA alliant l’exubérance américaine mais non sans absence de sensibilité. Un Chopin d’aujourd’hui. Les puristes faisaient la fine bouche on était loin de Samson François, de Claudio Arrau. Andrew Tyson est un pianiste hors des chemins battus et qui a de l’abattage à revendre. Espérons qu’il ne se perde pas en route.

Il a enregistré « Les Préludes » de Chopin, « Miroirs » de Ravel chez Alpha Classics.

Le prochain concert des Pianissimes aura lieu le 21 avril avec le pianiste G.Urgell Reyes Pour connaître et soutenir les Pianissimes : www.lespianissimes.com