Imprimer

dirigé par le grand Charles Munch. Sa création française fut donnée justement par le « National » la même année sous la direction de Georges Prêtre. A l’image de son compositeur, il s’agit d’une composition décalée, atypique, extravertie marquant le retour à la foi du compositeur après le décès tragique du compositeur Pierre-Octave Ferroud. « Songeant au peu de poids de notre enveloppe humaine, la vie spirituelle m’attirait à nouveau… ». De ce renouveau naquit le Gloria dans un savant mélange de gouaille populaire, de religiosité et de théâtralité. Une œuvre toute en contrastes où la soprano Patricia Petibon se montra bouleversante par sa voix au timbre céleste, sa facilité vocale, par la délicatesse et la souplesse de son phrasé, par la pureté de sa diction, apportant aux « Domine Deus » et « Domine Deus, Agnus Dei » toute la ferveur et la foi d’une prière. La musique du ballet Daphnis et Chloé est « LE » chef d’œuvre ravélien….Symphonie chorégraphique en trois parties sur une chorégraphie de Fokine d’après les Pastorales de Longus, écrivain grec du IIIe siècle, elle fut créée dans le cadre des Ballets russes de Diaghilev, sous la direction de Pierre Monteux, en 1912 au Théâtre du Chatelet. Du ballet intégral donné ce soir, évènement rare, furent tirées deux Suites orchestrales à ne pas confondre car bien plus souvent données au concert. Exceptionnelle partition, véritable feu d’artifice orchestral s’appuyant sur une orchestration d’une redoutable complexité utilisant tous les timbres de l’orchestre avec force percussions, elle évolue sur plusieurs crescendos fulgurants évoluant par vagues successives tout au long des trois tableaux donnant, tour à tour, la part prédominante aux associations timbriques, aux rythmes, au chœur sans paroles utilisé come une famille d’instruments à l’instar de Sirènes de Debussy, ou au tutti. Une partition luxuriante, audacieuse et raffinée dont Bernard Haitink sut tirer la quintessence, aidé en cela par un « National » au mieux de sa forme (flute, clarinette, cor anglais, cuivres) et à un Chœur de Radio France particulièrement réactif et impliqué. Un programme rare, une interprétation superlative pour une soirée inoubliable et triomphale.