Rémi MAUPETIT : L’après-midi bleu bleu pour saxhorn basse/euphonium/tuba et piano. Fin de 1er cycle. Lafitan : P.L.3226.

Il y a deux aspects dans cet après-midi : nous débutons par un moderato en fa majeur qui pourrait s’apparenter à une marche tranquille mais qui n’a rien de militaire. Puis, après une cadence qui assure la transition, c’est un allegro en ré mineur qui nous attend, à la fois rêveur et batifolant, pleine de charme. Piano et cuivre dialoguent à l’envie dans un discours fluide qui ne manque pas d’intérêt. L’écriture, comme toujours avec Rémi Maupetit, est très équilibrée et contribuera à former l’oreille des deux interprètes qui devront faire preuve – mais est-il utile de le dire – de toute leur capacité à faire chanter leurs instruments respectifs…

Rémi MAUPETIT : Sambodrome pour saxhorn basse /euphonium / tuba et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.3020.

La première partie de la pièce est déjà sur un rythme de jazz un peu nonchalant à 76 à la noire. La mélodie est chantante et se déploie sur un rythme de piano syncopé qui nous évoque déjà une ambiance sud-américaine. Quant à la deuxième partie, c’est une samba en bonne et due forme à 76 aussi, mais à la blanche, cette fois, et sans répit jusqu’à la fin. Il va falloir que nos deux interprètes fassent preuve d’un sens de ce rythme si particulier qu’il faut sentir pour bien le jouer. L’écoute de quelques sambas typiques pourra certainement les aider pour l’interprétation… Ajoutons que c’est tout simplement une musique bien agréable à entendre.

 

Rémi MAUPETIT : Chantaline pour saxhorn basse/euphonium/tuba. Fin de 1er cycle. Lafitan : P.L.3019.

Ce morceau comprend deux parties très différentes : d’abord on trouve une sorte de valse un peu nostalgique qui évoque un peu les « couleurs du temps » d’un certain Béart dans un fa mineur un peu sombre, le tout sous forme de variations. Une Cadence dans le même style conclut cette partie. Puis on enchaine sur un swing en do Majeur bien balancé qui contraste avec la première partie. L’ensemble ne manque donc ni de variété ni de charme et devrait séduire ses jeunes interprètes.

Alain FLAMME : L’insoumis pour saxhorn basse / euphonium / tuba et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.3069.

Construite sur un rythme récurrent dans un la mineur énergique et martial, cette pièce, tantôt rebelle tantôt plus lyrique comporte deux parties : un moderato à 3/4 puis un allegro à 4/4. Le thème du début revient dans les six dernières mesures. L’ensemble est très bien écrit tant pour l’instrument à vent que pour le piano. Les deux interprètes devraient y trouver beaucoup de plaisir.

Pascal PROUST : Hadès pour tuba basse en ut et piano. Fin 2e cycle. Sempre più : SP0250.

Certes, la tessiture du tuba basse nous entraine aux enfers, mais ce séjour des morts fait plutôt penser à Offenbach. Ne nous en plaignons pas : l’ensemble est fort plaisant et le tuba bien caressant dans ses arabesques poétiques. Un certain « allegretto scherzando » à 5/8 est notamment bien réjouissant. L’ensemble est varié, à la fois léger et poétique et se termine triomphalement par un fortissimo.

SAXHORN, EUPHONIUM, TUBA

 Max MÉREAUX : Retrouvailles pour saxhorn et piano. Fin de 1er cycle. Sempre più : SP0228.  
Il s’agit de la version pour saxhorn (euphonium ou tuba) de l’œuvre pour basson recensée plus haut.

 Pascal PROUST : Petit trot pour saxhorn et piano. 1er cycle. Sempre più : SP0221.

Il s’agit de la version pour saxhorn (euphonium ou tuba) de l’œuvre pour basson recensée plus haut.

 Am Stram Gram

Rémi MAUPETIT : Am Stram Gram pour saxhorn basse/euphonium/tuba et piano. Débutant. Lafitan : P.L.3018.

Le titre fait allusion au rythme et à la mélodie un peu répétitifs de cette très agréable pièce qui se déroule sur un rythme martial. Saxhorn et piano dialoguent avec bonheur. L'ensemble est carré, tonal et plein de bonne humeur.

Rémi MAUPETIT : Week-end prochain  pour saxhorn basse, euphonium ou tuba et piano.

Fin de 2ème cycle. Lafitan : P.L.2879

Que voilà un week-end bien occupé… Après une introduction du piano en forme de marche, le saxhorn déploie des arabesques puis un rythme de samba s'installe sur quelques mesures avant un retour au rythme original

Thibaut VUILLERMET : Ouverture  pour 4 tubas. Assez difficile. Sempre più : SP0192.

Cette pièce a un côté incantatoire et inquiétant qui ne manque pas de charme. L'ensemble se complexifie peu à peu tout en gardant d'un bout à l'autre un rythme obsédant. On pourra écouter l'ensemble de la pièce sur le site de l'éditeur.

 

Rémi MAUPETIT : Parfum arc-en-ciel  pour saxhorn basse / euphonium / tuba et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.2878.

Ce parfum ne manque ni de rythme ni de couleur et n'engendre pas la mélancolie. On y trouve, là aussi, un parfum d'opérette ou de kiosque à musique, ce qui est un compliment ! Les interprètes devraient prendre beaucoup de plaisir à distiller ces parfums comme les auditeurs à les recevoir !