A dozen roses – Douze roses

Kathryn POTTER : A dozen roses – Douze roses  pour hautbois seul.  Fortin-Armiane : EAL 524.

Ces Douze roses constituent un recueil de douze pièces assez faciles, pleines de charme et de poésie. Chaque pièce possède un caractère bien particulier : nul risque d’ennui si on veut en faire un bouquet pour une audition ou un concert.

The secrets of ravens.

Kathryn POTTER : The secrets of ravens.  7 duos pour hautbois. Niveau moyen.  Fortin-Armiane : EAL 478.

Le vol des corbeaux dans les airs est en fait une invitation à profiter de la vie telle qu’elle est. Et ces sept duos en évoquent différents aspects. Un seul regret, que les textes anglais ne soient point traduits en français à commencer par l’adresse aux musiciens de la compositrice.

 

Flying with ravens into the night – Le vol des corbeaux

Kathryn POTTER : Flying with ravens into the night – Le vol des corbeaux  pour quatre hautbois.  Fortin-Armiane : EAL 520.http://www.armiane.fr

Fondatrice de la compagnie « Oboe Brillance Inc. », c'est-à-dire « le Rayonnement du Hautbois », cette compositrice anglaise nous offre ici une pièce de niveau supérieur inspirée d’un de ses poèmes. Cette pièce très expressive est très suggestive d’une ambiance à la fois poétique et descriptive.

Rêverie et Polka burlesque.

Michel NIERENBERGER : Rêverie et Polka burlesque.  Pièce en deux mouvements pour hautbois et piano. Élémentaire. Lafitan : P.L.2217.

Si la Rêverie s’exprime dans un langage quasi atonal, la Polka, même modulante, affiche couleur et tonalité ! On est toujours, dans cette polka à la limite entre rire et larmes. Le burlesque frôle parfois le tragique. Les deux interprètes devront bien se pénétrer de l’esprit de cette œuvre pour en faire vivre les divers aspects.

 

Bernard de VIENNE : Sillage

 pour hautbois seul. Dhalmann : FD0337.

Laissons parler l’auteur : « Un titre qui est une invitation au voyage, pour une musique riche, foisonnante expressive. Celle-ci, animée de l’esprit des musiques improvisées (européennes ou non-européennes), est à interpréter avec fantaisie, simplicité et fraicheur et doit donner du plaisir à jouer et à entendre ». Ce beau programme s’effectue dans un langage faisant appel à toutes les techniques contemporaines de l’instrument qui mène l’instrumentiste à la limite de ses possibilités : la pièce est classée « Très difficile »…

Sérénade orientale

Claude-Henry JOUBERT : Sérénade orientale  pour hautbois avec accompagnement de piano.  Niveau fin du 1er cycle.  Lafitan : P.L.2130.

 

La série « Sérénade » présente une écriture contemporaine avec des essais d’improvisation simple. La Sérénade orientale de Claude-Henry Joubert répond tout à fait à ce programme avec, en prime, l’humour dévastateur bien connu du compositeur.  Si les jeunes instrumentistes jouent le jeu, ils devraient y prendre beaucoup de plaisir.

 

Sonatine

Jacques VEYRIER : Sonatine pour hautbois & piano.  Delatour : DLT0659.

 

Attention, cette Sonatine est plus proche de Ravel que de Clémenti !  Trois mouvements : Modéré, Lent et Agité, tous trois d’un lyrisme et d’une poésie remarquables.  Un véritable dialogue entre les deux instruments.  C’est une œuvre petite par la taille mais grande par la musique qui l’habite.

 

 

 

Laura COLOMBO : Romance – Sweet melody.  Deux pièces pour hautbois & pianoforte (ou piano).  Armiane : EAL 492.

Pourquoi avoir choisi le pianoforte de préférence au piano moderne ?  Sans doute parce que la richesse harmonique et le timbre particulier du premier convenait mieux au caractère de ces deux pièces, dont l’écriture très fluide correspond bien aux titres choisis.  Si l’on joue ces pièces sur un piano moderne, il faudra veiller à en respecter le caractère autant que faire se peut.  La partie de pianoforte, techniquement peu difficile, pourra être confiée à un élève : occasion rêvée pour faire pratiquer la musique de chambre.

 

 Sonate

Vincent FRIBERG : Sonate pour hautbois & piano. Armiane : EAL 435.

On lira avec fruit le texte de Vincent Friberg en exergue de sa Sonate et intitulé « Instants magiques ». Les quatre mouvements de cette sonate devraient, pour ses exécutants, leur faire vivre ces instants magiques que représente l’interprétation d’une musique agréable et délicate qui passe par une romance et se termine par un Allegro furioso mais d’une furie qui reste bon enfant.

Melodia

Max MÉREAUX : Melodia pour hautbois seul.  Armiane : EAL504.

Cette Melodia porte bien son nom, se déroulant comme une rhapsodie lyrique avec, à son service, les techniques contemporaines de l’instrument.  Alternant tempo rapide et passages plus libres, elle convient au timbre toujours empreint de mélancolie du hautbois.