Cette très courte pièce (une minute) ne manquera pas de séduire les inconditionnels du Marsupilami. Quant aux ignares, ils pourront aller consulter Wikipédia… Bref, le sympathique animal fait des siennes pendant la brève apparition qu’il fait à nos yeux et surtout à nos oreilles. Musique descriptive ? Certes. Et le texte qui l’accompagne ne nous démentira pas. Mais qui n’est pas pour cela sans poésie. Et pas si facile ! Ce sera en tout cas un délicieux moment pour l’interprète… et pour ses auditeurs !
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Nous avons déjà recensé un premier Nocturne dans la lettre n° 123 de Novembre – Décembre 2018. Ce deuxième nocturne est dans la même veine. La main droite déroule une série continue de croches quasiment conjointes qui constituent une très jolie mélodie. C’est à peine si quelques triolets viennent troubler le cours du discours dans les dernières mesures. Les harmonies sont délicates et modulent insensiblement, créant des atmosphères diverses, pleines de délicatesse et de charme. L’accompagnement de main gauche comporte deux plans sonores qu’il faudra mettre en valeur. L’ensemble fera ressortir les qualités expressives de l’interprète, mais qui devront être servies par une technique sans faille.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Il s’agit de la version pour piano à quatre mains de l’oeuvre que nous avons recensée dans la lettre n° 32 de juin 2014 où nous écrivions ceci : « De difficulté moyenne, cette oeuvre autobiographique relève de l’atmosphère du dessin animé. Encadrés par une musique qui sert à la fois de générique de début et de fin, des portraits ou des scènes vécues se succèdent, évoquant le château de la Grand-Front d’Angoulême qui abrita la jeunesse de Francis Coiteux. Cette musique bien réjouissante est abordable par des élèves de niveau moyen. » Qu’en dire de plus sinon que des grands élèves… ou leurs professeurs auront certainement bien du plaisir à interpréter ces pièces si évocatrices et qui remontent le moral en ces temps un peu troublés…
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Cette pièce d’une durée de presque trois minutes pourra figurer au programme de quatrième année d’études de piano. La première partie de la danse est à 3/4 en mi mineur. La seconde est une variation vivace ternaire, en tarentelle, dans le ton homonyme.
Presque entièrement doigtée, cette partition est très pédagogique, car elle regroupe un certain nombre de difficultés propres au clavier : régularités des croches à la main gauche, phrasés lié-détaché différents aux deux mains, accents, croisement de mains, passages identiques aux deux mains, gammes chromatiques en mouvements contraires, accords, particularités de doigtés…
Sophie Jouve-Ganvert
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

 

Ce petit recueil rassemble cinq sérénades romantiques et célèbres à jouer à quatre mains : Plaisir d’amour de J.P. Martini (1784), Nola de F. Arndt (1915), Santa Lucia (mélodie napolitaine), Fascination de F. M. Marchetti (1876-1940), The Didn’t Believe Me de J. Kern (composée en 1914). Les arrangements, de niveau assez facile, sont agréables à jouer et à écouter. Le CD joint permet d’entendre une version des deux parties ensemble ; une autre version permet de jouer la première partie avec la seconde partie qui est enregistrée et inversement.
Sophie Jouve-Ganvert
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Voici une toute petite pièce de niveau de premier cycle pour découvrir le triton et la gamme par tons en blanches et en noires… en quarante secondes.
Sophie Jouve-Ganvert
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Cette courte pièce est d’une durée d’une minute 20 pour un niveau fin de premier cycle. Nous avons tout d’abord des chromatismes à la main droite pendant que la main gauche tient des octaves. Puis c’est la main gauche qui « chromatise », amenant des tierces en question réponse à la main droite et à la main gauche. On continue ensuite sur des chromatismes à la main droite pendant que la main gauche joue des tierces, d’abord en rondes, puis en blanches, avec quelques passages où les deux mains échangent entre elles des croches. Toute la pièce évoque le titre dans une ambiance lancinante et nostalgique, rappelant l’être aimé.
Marie Fraschini
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Ces pièces portent bien leur nom. Inspirées par les pierres précieuses, les pierres médicinales et les minéraux, elles sont censées explorer l’effet mystique de chaque pierre précieuse et mettre en évidence leurs caractéristiques particulières. Quel que soit la réalité de cet effet, disons simplement qu’il s’agit de pièces assez faciles au charme certain et qui se révèleront certainement apaisantes aussi bien pour les élèves que pour leur professeur. Il sera intéressant de faire découvrir à ceux qui interpréteront ces pièces les diverses pierres dont il est question dans chacune de ces pièces. C’est effectivement joli et apaisant.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

Nous avons rendu compte du premier livre dans la lettre n° 96 d’octobre 2015. Nous reprenons ici ce que nous écrivions alors : Delatour : DLT2207.

« Si cela ne vous rappelle rien… L'auteur, dans sa présentation ne cache pas la filiation, même s'il précise bien qu'il ne s'agit en rien d'un pastiche. Chacune des pièces est présentée par l'auteur de façon succincte mais précise. Techniquement, cela reste abordable, du même niveau que son modèle. Avouons que l'entreprise est originale et mérite d'être écoutée… et jouée ! » Nous n’ajouterons rien sinon que chaque pièce est dédiée à un compositeur, de Martin Luther à Jimmy Hendrix… et que cette dédicace n’est pas un simple hommage mais se reconnait à l’oreille. Les commentaires aident à voir à la fois les allusions et les clins d’œil.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019

 

Il s’agit en fait d’un recueil de théâtre musical : en dix tableaux nous sont présentés tous les personnages de la commedia dell’arte présentés par un Monsieur Loyal. Le jeu scénique a donc autant d’importance que les pièces musicales. Les acteurs peuvent être les différents pianistes qui se succèdent au piano à queue indispensable, ou d’autres. En plus d’un piano à queue, « il faut se munir de quelques accessoires : un boitier de CD plastique pour préparer le piano, une baguette dure, un stéthoscope en plastique, un piano jouet, un bol avec des pièces de monnaie, une caisse claire… Bref, chaque numéro apporte son lot de surprises. L’écriture va du totalement contemporain au pseudo-classique. Ce n’est pas facile, mais les participants devraient bien s’amuser à monter ce piano-spectacle. La partition donne toutes les indications nécessaires à une bonne exécution de l’œuvre. L’ensemble est original et de bon aloi…
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019