Alireza MASHAYEKHI : Jardins persans pour piano. Volumes 1 et 2. Delatour : DLT 2846 & 2847.

Né à Téhéran en 1940, Alireza Mashayekhi est un pionnier du multiculturalisme musical. Mais depuis 1990, ses œuvres sont essentiellement inspirées par la musique persane. Comme l’indique leur titre, c’est le cas de ces deux recueils qui nous proposent chacun quatre pièces aux noms évocateurs. Le procédé de composition utilisé par l’auteur est celui de la « Théorie complémentaire », défini par lui comme « un complément modal à l’harmonie classique et au contrepoint baroque ». C’est un monde à la fois étrange et bien séduisant dans lequel nous entraine ce compositeur très attachant.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Jakub METELKA : Moderni klavirni etudy, Bärenreiter Praha : BA 11559.

Ce recueil de trente courtes études «  modernes  » pour piano, composées dans tous les tons majeurs et mineurs, s’adresse à des jeunes enfants. Chaque étude au nom évocateur (Petite danseuse, Marche des fourmis soldats, Danse de la souris aveugle, Mer agitée, Aquarium…) traite d’un problème technique particulier (ornements, glissando, intervalles de tierces, de sixtes, arpèges…) avec efficacité et musicalité. L’auteur propose un large choix de doigtés.
Sophie Jouve-Ganvert

Jean KLEEB : Classic goes Jazz 3 arrangements jazzy. Moyenne difficulté. 1 vol. 1 CD. Bärenreiter : BA 8760.

Ces arrangements sont du meilleur goût et pleins de fraicheur… On ne peut qu’être séduit par cette manière que possède l’auteur de transformer en pièces de jazz les grands classiques des débutants (ou moins débutants) au piano, depuis les menuets du Petit Livre d’Anna Magdalena, jusqu’à Chopin et Schubert en passant par Mozart, Schumann et Brahms… L’auteur se justifie dans une préface pleine d’esprit, mais il n’a pas besoin de se justifier ! Le résultat parle de lui-même et réjouira, nous l’espérons, les pianistes qui se lanceront dans ce répertoire. Ce sera en même temps l’occasion de découvrir différents styles de jazz : blues, tango, salsa, et j’en passe ! On pourra d’ailleurs s’amuser à intercaler original et version jazz dans le même concert… Quant au CD joint, s’il est destiné bien sûr à servir d’exemple, il est d’abord un régal d’un bout à l’autre : l’auteur est manifestement un remarquable pianiste et on ne se lasse pas d’écouter son jeu plein d’élégance.
Daniel Blackstone

Daniel Gottlob TÜRK : Morceaux pour les débutants pour piano. Niveau 1. Edités et préfacés par Erich Doflein, avec indications pour l’apprentissage par Samantha Ward. Schott : SE 1021.

L’auteur de ces pièces est un compositeur allemand, contemporain de Haydn et de Mozart. Surtout connu aujourd’hui pour ses ouvrages pédagogiques, il a composé de nombreuses pièces pour accompagner sa méthode de piano. Ces pièces ont été soigneusement revues pour une édition raisonnée qui pourra rendre les plus grands services. Les indications pour l’apprentissage de Samantha Ward sont particulièrement judicieuses et permettront de tirer le meilleur parti de cet ouvrage. Les pièces sont, la plupart du temps, présentées avec leur titre d’origine, sauf lorsque celui-ci serait obscur pour les jeunes pianistes d’aujourd’hui. On appréciera comme d’habitude qu’il s’agisse d’une édition trilingue anglais, allemand et français, ce qui la rend immédiatement utilisable par nos élèves.
Daniel Blackstone

Arletta ELSAYARY : Stara historia pour piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.3282.

C’est toujours un plaisir de découvrir une nouvelle composition d’Arletta Elsayary. Celle-ci ne nous fera pas mentir. Cette «  histoire ancienne  » est en effet pleine de charme. Tonale ? Oui, mais d’une tonalité un peu flottante, fluctuante, qui donne beaucoup de caractère à cette œuvre. A une première partie à trois temps où la main droite déroule sa mélodie mélancolique succède une deuxième partie à quatre temps, plus rapide, plus mouvementée, plus inquiétante aussi. Les quatre dernières mesures, dans un tempo «  molto meno mosso e rubato  » permettent de baisser la tension jusqu’à une tierce picarde qui conclut le tout dans un rayon de lumière.
Daniel Blackstone

Julia HÜLSMANN : Modern piano improvisation. 15 pièces faciles pour jouer et improviser. Volume 1. Schott – Advance music : ADV 9048.

Bien sûr, c’est bilingue allemand/anglais, mais avouons que cet anglais est compréhensible par tous ! Nous nous permettons cependant de traduire le début de la préface : «  Est-il possible d’apprendre à improviser ? C’est la question que tout le monde me pose. Ma réponse est : Bien sûr, vous pouvez ! (Of course, you can !) C’est un peu comme apprendre une nouvelle langue.  ». On ne peut que se réjouir de trouver ce premier volume qui prend les choses par le tout début et devrait ainsi décomplexer bien des pianistes. C’est toujours dramatique de se trouver face à des instrumentistes qui ne savent jouer que des partitions… et c’est le moment ou jamais pour chacun de s’y mettre grâce à cette méthode qui conduit le musicien pas à pas vers la liberté ! L’ensemble des outils musicaux se trouve en ligne sur le site de l’éditeur grâce à un code contenu dans chaque volume. Et, comme conclut l’auteur, «  Essayez donc !  ».
Daniel Blackstone

Tim RICHARDS : Jazz, Latin and Modern Collection. On line material audio. Schott : ED 13970.

Bien sûr, on peut dire que ce volume n’est pas techniquement difficile. Mais tout est dans le «  feeling  » qu’on saura y mettre… Ce recueil est une compilation des différents ouvrages de l’auteur disponibles chez le même éditeur. L’écoute des exemples en ligne de l’auteur sera indispensable pour interpréter les 13 pièces originales et les deux arrangements, (Duke Ellington et Thelonius Monk) que contient ce volume. Tous les outils nécessaires à un travail fructueux sont ici réunis. Les exemples en ligne se trouvent à l’adresse www.schott-music.com/tim-richards-piano-books


Daniel Blackstone

Valérie ROUSSE – Joël LITTORIE : Couleurs caraïbes pour piano. Volume 2. Lemoine : 29 405 H.L.

Nous avons dit tout le bien que nous pensions de cette série dans des articles précédents. Voici le début d’une nouvelle série qui s’annonce avec de nouvelles pièces pour piano. On verra plus bas les nouvelles pièces pour flûte et piano et clarinette et piano. Rappelons que ces pièces sont toutes originales et non pas la déclinaison des mêmes pièces pour d’autres instruments. Ce volume contient neuf nouvelles pièces graduées, toutes bien sûr, dans le style créole. Valse créole, biguine, calypso se succèdent, certainement pour le plus grand plaisir des interprètes.
Daniel Blackstone

Marc MAÏER : Les Sonates de Mozart, Les clés pour les jouer, Delatour : DLT2810.

Pour travailler les sonates de Mozart, l’auteur propose des exemples de formules en gammes, en arpèges, en arpèges brisés, en tierces et quartes brisées, des formules «  rotatives  », des formules de trilles, de mordants, de grupetti, des exercices pour la basse d’Alberti, pour les tierces et sixtes liées ou détachées, pour les octaves, les accords, les doigtés, certes utiles, mais pas très originales. En fin de chaque chapitre, Marc Maïer renvoie aux mesures des sonates qui présentent ces problèmes techniques.
Si, dans ces lignes de conclusion, l’auteur recommande de «  toujours travailler dans un esprit musical  », il écrit aussi, dans son introduction, «  le but recherché sera bien entendu une interprétation respectant le style, le toucher mozartien ; mais nous savons que ces étapes ne pourront être abordées qu’après avoir maîtrisé les différentes difficultés techniques  » …
On pourrait aussi se demander si les exercices proposés sont «  réservés  » uniquement aux sonates de Mozart : en quoi le travail des sonates de Scarlatti, qui contiennent ces mêmes problèmes techniques serait-il différent ? Ni le travail du toucher, ni le jeu du poignet, ni la recherche de phrasé, ni le travail de la vélocité ne sont particulièrement évoqués dans ces exercices ; cet ouvrage s’attache au travail technique, basé sur des variations rythmiques, sur l’utilisation de différents doigtés, ce qui demande beaucoup de temps et de patience…
Sophie Jouve-Ganvert

Nikolaï KAPUSTIN : Oeuvres pour piano, Sunrise, Op. 26, Suite in the Old Style, Op. 28, Toccatina, Op. 26, Variations, Op. 41, Motive Force, Op. 45, Big Band Sounds, Op. 46, Contemplation, Op. 47, Schott : ED 22929.

Ce recueil rassemble des œuvres populaires de N. Kapustin, composées entre 1977 et 1987. Sunrise (Daybreak) était à l’origine une pièce orchestrale, pour big band et orchestre à cordes, publiée en 1976. La présente version pour piano date de 1982. De style jazzy, la pièce apparaît comme improvisée.
La Suite in the Old Style est la première œuvre écrite pour piano solo. Elle date de 1977. Inspirée de la suite de danse française du XVIIIème siècle, elle se compose d’une allemande, de deux gavottes, d’une sarabande, de deux bourrées, d’une gigue aux caractéristiques facilement identifiables.