Antoine REICHA : 34 Études dans le style fugué opus 97 Cahier 4 : livre 2 – Études 27 à 34. Édition Michael Bulley. Symétrie : ISMN 979-0-2318-0841-4.

Voici la publication du quatrième et dernier cahier des 34 études dans le genre fugué op. 97 de Reicha. Il contient les études 27 à 34. Cette édition est fondée sur celle d’Érard parue en deux volumes en 1820. L’œuvre fut rééditée en 1840 par Schonenberger. Comme dans les précédents cahiers, chaque étude se présente en deux pièces : « une étude qui n’est pas fuguée » et un « morceau fugué qui n’est pas une étude ».
En tant que professeur de fugue et de contrepoint, Reicha avait déjà publié 36 Fugues en 1803 et 6 Fugues en 1810 puis une autre en 1824.
Même si l’on peut faire un rapprochement avec les Préludes et Fugues du Clavier bien tempéré de Bach, par la présentation, l’esprit est beaucoup plus léger et le style varié, plein d’inventions : on y trouve une Folie d’Espagne, un « air entendu dans une rue de Paris », une Enharmonique (souvenir de Rameau ?), un Andante maestoso dans le style des mouvements lents de Bach, des variations, un petit souvenir d’une célèbre passacaille de Haendel (Étude 32) …Il se permet même ce que l’on pourrait prendre pour un clin d’œil : terminer cette longue série de pièces fuguées par une simple cadence parfaite formée de deux simples accords plaqués. Dans ses « remarques sur quelques morceaux », (Études 1, 2, 3, 5, 6, 7, 8, 11, 15, 16, 17, 20 24, 26, donc dans les précédents cahiers), Reicha conseille et instruit les « jeunes compositeurs » en expliquant, proposant, analysant quelques passages typiques de ses études. Il nous renseigne aussi de ce fait sur l’évolution du langage et de l’écriture.
Il serait temps de redécouvrir les œuvres pédagogiques de Reicha, remarquables par leur efficacité, leur inventivité, leur intérêt, leurs qualités techniques et musicales. N’oublions pas que Berlioz, Liszt, Gounod, Onslow et Franck figurent parmi ses élèves.
Sophie Jouve-Ganvert
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

 

Mike CORNICK : Ragtime blues and more. Pour niveau intermédiaire et au-dessus. Universal : UE 21780.

Précisons d’abord que ce « niveau intermédiaire correspond pour nous à une fin de premier cycle. L’ensemble des onze pièces présentées ici constitue un panorama allant du ragtime au be-bop et aux autres formes de jazz. Agréables et fort bien écrites, elles peuvent facilement constituer une véritable initiation à ces différentes formes de musique qu’on ne peut en aucun cas ignorer et qui procureront à leurs jeunes interprètes beaucoup de plaisir. Elles constituent aussi une invitation à l’improvisation qu’il ne faut jamais négliger. Bref, on ne peut que remercier cet auteur de fournir ainsi aux élèves une musique de qualité et pour tous niveaux.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Matthieu STEFANELLI : Ombres chinoises 7 études – pantomimes pour piano. Lemoine : 29479 H.L.

Ce recueil fait suite à Jeux de mimes dont nous avons rendu compte dans la lettre 101 de mars 2016.Le propos de l’auteur est de « résoudre des difficultés techniques par la gestuelle avec du théâtre musical ». On pourra écouter l’ensemble du recueil sur YouTube https://www.youtube.com/watch?v=5j_NCQhe_OU ce qui permettra de se rendre compte de la qualité musicale des œuvres proposées. Bien loir de l’exercice d’école, chaque pièce est un petit tableau poétique et évocateur. Toutes sont précédées d’un petit « chapeau » technique donnant les indications pour vaincre les difficultés qu’elles recèlent. Elles sont classées par niveau de difficulté et commencent par le début du deuxième cycle pour finir par une étude de virtuosité. Mais l’ensemble a suffisamment d’unité pour constituer une partie d’un récital…
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Hans-Günter HEUMANN : Mini Maestro 3. 50 petites pièces pour piano. De facile à moyen. Schott : ED 23200

Comme les deux précédents, ce volume contient cinquante pièces allant de Pachelbel à… Hans-Günter Heumann en passant par Bach, Mozart, Beethoven, Chopin, Grieg, et bien d’autres. Précisons qu’il ne s’agit pas ici d’arrangements mais que les pièces sont publiées dans leur texte original. Ajoutons que si les auteurs sont célèbres, les pièces ne le sont pas forcément et qu’on découvrira ainsi tout un répertoire trop méconnu. Ajoutons qu’on trouvera également en prime trois pièces surnuméraires pour piano à quatre mains. Tout cela constituera une source de répertoire pour les professeurs mais pourra constituer aussi une occasion intéressante de déchiffrage pour les élèves.

Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Hans-Günter HEUMANN : Pianotainment Christmas 100 célèbres pièces de Noël de Haendel à Mariah Carey. Schott : ED 23068.

Nous sommes toujours heureux de retrouver depuis tant d’années les transcriptions et adaptations de Hans-Günter Heumann faites avec tant de goût et de respect des originaux. Ce copieux album ne déroge pas. C’est tout un panorama des chants et airs de Noël que nous brosse l’auteur. Nous ne citerons évidemment pas les cent titres proposés. Nous y retrouvons bien entendu Es ist ein Ros’entsprugen (en français : Dans une étable obscure) qui, au passage, date de 1599 : on voit que la référence à Haendel ne marque pas forcément une date précise de début de la sélection…, mais aussi un Noël angevin dans la version de César Franck extraite de « L’organiste » qu’on est heureux de retrouver ici. Bien sûr, ce recueil fait la part belle aux Noëls allemands, mais qui sont devenus universels, et puis on retrouve au passage le White Christmas de Bing Crosby. On y trouve aussi des pièces qui ne sont pas des Noëls mais qui se trouvent cependant dans l’ambiance de Noël telles que plusieurs extraits du Casse-Noisette de Tchaïkovsky. L’ensemble est abordable pour un bon pianiste amateur et devrait permettre d’animer joyeusement les fêtes de Noël. De quoi oublier un peu l’ambiance peu festive dans laquelle nous risquons de passer ce Noël. A consommer sans modération !
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Aldo SCELLI : Selina Song pour piano. Élémentaire. Lafitan : P.L.3688.

Voici un beau cadeau de naissance pour la petite Sélina, fille de l’auteur… Cette réjouissante partition lui plaira sûrement quand son papa la lui jouera et, peut-être, quand elle la jouera elle-même, nettement plus tard ! Construite en bonne partie sur le rythme 2 croches 2 croches croch’ deux doubl’ deux doubl’ croche qui lui donne un air dansant et sautillant fort agréable, la pièce module avec élégance et un petit air dégingandé bien sympathique. Trois parties avec reprises se succèdent, donnant à l’ensemble une grande variété dans l’unité rythmique. L’interprète pourra y déployer toutes ses qualités musicales.

Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Hans-Günter HEUMANN : Galaxy piano. 20 pièces galactiques faciles pour piano. 1 vol. 1 CD. Schott : ED23203.

On est toujours très heureux de retrouver les productions de Hans-Günter Heumann qui invite ici ses interprètes à entreprendre un voyage dans les étoiles. Chacune des pièces comporte un titre évocateur : Promenade sur la lune, rencontre d’extra-terrestres, voyage vers la grande ourse, tout est permis à notre jeune pianiste voyageur autant que rêveur. Malgré la facilité, chaque pièce permet de recréer une ambiance. Souhaitons que beaucoup de jeunes pianistes entreprennent ce voyage, aidés par le CD remarquablement enregistré par l’auteur.

Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Tristan MURAIL : Le rossignol en amour pour piano. Lemoine : 29504 H.L.

Créée le 15 septembre 2019 au Festival « Les solistes à Bagatelle » par Fabrizio Chiovetta, cette pièce est ainsi présentée par l’auteur : « Au mois de mai, dans la haie de chênes verts, en face de la terrasse, un rossignol a élu domicile. Tout le mois, jour et nuit, il a chanté : il était très amoureux. Hormis le titre, cette pièce n’a aucun rapport avec la pièce homonyme de François Couperin… Les chants du rossignol – qui sont d’une grande variété et d’une grande fantaisie – ont été analysés à l’aide de logiciels d’analyse spectrale, puis traités par divers algorithmes (transposition, dilatation temporelle, « stretching » séquentiel…).
Ainsi apparaissent éléments mélodiques, couleurs harmoniques, etc., tous extraits et dérivés du chant du rossignol ».
L’ensemble correspond bien au langage habituel de l’auteur, plein de délicatesse et jouant avec bonheur des timbres et des diverses possibilités de l’instrument. C’est donc une pièce à déguster sans modération…
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Florent NAGEL : Pièces jointes – 7 études pour piano. Combre : CO 6824.

Élève d’André Dumortier puis de Marcel Bitsch et Claude Ballif, ce compositeur, auteur de nombreuses pièces pour piano, de mélodies, d’œuvres de musique de chambre, a été découvert par le grand public en raison du succès considérable qu’il a obtenu avec Alice au Pays des Merveilles pour piano à quatre mains et récitant. Toutes ces sept études ont un titre et constituent chacune un paysage, une ambiance musicale de grande qualité. On pourra s’en faire une idée précise en en écoutant quelques-unes sur YouTube interprétées par le compositeur qui est en même temps un remarquable pianiste qui mène également une belle carrière de soliste.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020

Tristan MURAIL : Cailloux dans l’eau pour piano. Lemoine : 29394 H.L.

Tristan Murail nous offre, avec ces « cailloux » une relecture des Reflets dans l’eau de Debussy, une relecture très inspirée qui met en jeu toutes les possibilités poétiques du piano. François-Frédéric Guy nous en livre une interprétation très inspirée sur YouTube https://www.youtube.com/watch?v=mefDFOvt5A4
On y retrouve toute la poésie et la délicatesse de l’écriture du compositeur. C’est vraiment une œuvre à découvrir au plus vite même si, évidemment, elle suppose une maitrise technique absolue. L’auteur précise lui-même les différentes notations qu’il utilise pour recréer les effets et l’ambiance qu’il souhaite et on aura intérêt à suivre à la lettre ces indications.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020