"La musique contemporaine aime souvent provoquer, même si elle sait parfois se ranger dans une certaine forme d’académisme. Le jeune compositeur Johannes Kreidler enseigne à Hambourg le contrepoint et l’harmonie, et pourtant sa musique semble très éloignée de celle des maîtres anciens. Tributaire d’une ‘musique d'art conceptuel’, résolument post-moderne, Kreidler tourne en dérision presque systématiquement les matériaux qu'il utilise. Si certains n'y voient qu'une plaisanterie, Kreidler est une figure incontournable de la jeune scène de Darmstadt, et, comme la compositrice/performeuse irlandaise Jennifer Walshe, témoigne peut-être d'une forme d'amertume désenchantée chez la jeune génération. La France semble assez étrangère à ce genre d'expérimentations radicales. Les choses ont probablement peu changé depuis le siècle dernier. Ceci nous rappelle l'idée proposée par Christian Accaoui selon laquelle, chez Schoenberg (et en opposition à Debussy), ce qui est expressif n'est pas nécessairement beau..."

1.
Sensitivity has increased, so that everything is basically a remix. No one knows if or when a copyright infringement occurs anymore, because you always build upon what already exists; no writer invents his own letters and rarely his own words, and in music practically all sounds are found and recorded. Nobody writes on a blank sheet of paper anymore.

1.
Notre sensibilité a changé, de sorte que tout est aujourd’hui un remix. Personne ne sait si ou quand une violation de droit d'auteur se produit, car on s’appuie toujours sur ce qui existe déjà. Aucun écrivain n'invente ses propres lettres et rarement ses propres mots, et pratiquement tous les sons se trouvent déjà enregistrés en musique. Personne n'écrit plus sur une feuille de papier vierge.

So: authorship is a construct. What is by me? »Even I myself am not by me« (Sophie Rois). Whoever composes takes a selection of existing music, reduces it back to a pre-compositional state, and then reassembles it until it has the form of a work again. The author is not dead, as Roland Barthes said, but the dead are still authors with us. A work is full of other musics or their rudiments.

La paternité de l’oeuvre est une donc toujours une construction. Qu’est-ce qui est de moi? «Même moi je ne suis pas par moi» (Sophie Rois). Celui qui compose prend une sélection de musique existante, la réduit à un état pré-compositionnel, puis la ré-assemble jusqu'à ce qu'elle ait la forme d'une œuvre. L'auteur n'est pas mort, comme l'a dit Roland Barthes, mais les morts sont toujours auteurs avec nous. Une œuvre est pleine d'autres musiques ou de leurs rudiments.

Instrumentalists then play the piece; it is their muscles and nerves that create and control the sounds, their mental powers that (per-)form the body of the work live. Furthermore, the instrument makers have their share, the concert hall architects and the upholstery companies – how many instances does a work have at all? Everyone, even a Beethoven, still stands »on the shoulders of giants« (Bernard of Chartres).
At first I do nothing more than make this circumstance recognizable; I »coarsen« (Martin Schüttler) the individual tones again and again to whole musics. I call this »music with music«.

Les instrumentistes jouent ensuite la pièce; ce sont leurs muscles et leurs nerfs qui créent et contrôlent les sons, leurs pouvoirs mentaux qui constituent le corps du travail. En outre, les fabricants d'instruments ont leur part d'autorité, de même que les architectes des salles de concert et les fabricants de meubles rembourrés: combien de participants interviennent-t-ils dans une œuvre? Tout le monde, même un Beethoven, se tient toujours "sur les épaules de géants" (Bernard de Chartres).
Au début, je ne fais rien de plus que de rendre cette circonstance reconnaissable; Je vulgarise (Martin Schüttler) chaque note encore et encore sur la musique entière. J'appelle ça "musique avec musique".

2. It all started with short samples, snippets of pop music, barely longer than a single tone, and I applied them like single tones to all kinds of New Music compositional techniques of the last seventy years; small barbed hooks and hyperlinks. In my work series windowed I have fragmented given pieces of music to play with degrees of recognizability. Sound files of various origins running in the background are faded in only in excerpts between 40 and 1000 milliseconds. Depending on the size of such a ›window‹, the listener either perceives an indefinable sound fragment or a section that clearly refers to the underlying music. For example, I combined these fragments with actions of percussion instruments (as in windowed 1 for percussion and audio playback). After all, the percussion instruments are also sounds that have been torn out of various cultures.
Over time, there were more and more samples, up to 70,200, in thirty-three seconds (product placements) – which I then correctly registered with a truck full of 70,200 registration forms at the GEMA [Performing Rights Society], as a political music theater. Then I pressed the notes of whole pieces into the keys and generated different results on the computer (five programmings of a MIDI keyboard). Then melodies were formed from stock prices: every human being is an artist, even bank managers;

2. Tout a commencé avec de courts extraits, de musique pop, à peine plus longs qu'un seul échantillon, que j’ai appliqués, comme sonorités simples, à toutes sortes de techniques de composition de la musique nouvelle des soixante-dix dernières années; guillemets et hyperliens. Dans mon travail en série, j'ai fragmenté des morceaux de musique pour jouer avec différents degrés de reconnaissabilité. Les fichiers sonores d'origines diverses en arrière-plan ne sont atténués que par des extraits compris entre 40 et 1 000 millisecondes. En fonction de la taille d'une telle "fenêtre", l'auditeur perçoit soit un fragment sonore indéfinissable, soit une section faisant clairement référence à la musique sous-jacente. Par exemple, j'ai combiné ces fragments avec des actions d'instruments de percussion (comme dans windowed 1 pour les percussions bande). Après tout, les instruments de percussion sont aussi des sons arrachés à différentes cultures.
Au fil du temps, il y avait de plus en plus d'échantillons, jusqu'à 70 200, en trente-trois secondes (placements de produits) - que j'ai ensuite correctement catalogués avec un camion rempli de 70 200 formulaires d'inscription à la GEMA (société des droits d’auteur), en tant que musique politique théâtrale. Ensuite, j'ai utilisé des graphes de spéculations boursières pour générer des mélodies. Des morceaux sont alors formées à partir des fluctuations du prix des actions: tout être humain est un artiste, même les directeurs de banque;

a children’s pop composition app has arranged pieces with these tunes for me (Charts Music). Then I let my music to be imitated by composers from low-wage countries for (little) money (Fremdarbeit).

une application de composition pop pour enfants a arrangé pour moi des morceaux à partir de ces airs (Charts Music). Ensuite, j’ai laissé ma musique être imitée par des compositeurs de pays à bas salaires pour (peu) d’argent (Fremdarbeit).

I have made programming code sound as a sound wave (Compression Sound Art), organized a composition competition for me (Fremdarbeit), used a condom as a speaker membrane to play a recording of the Pope (Compression Sound Art) and played the soundtracks of complete movies in a few seconds (Cantata).

J'ai fait sonner des langages de programmation comme des ondes sonores (Compression Sound Art), organisé un concours de composition pour moi-même (Fremdarbeit), j’ai utilisé un préservatif comme membrane de haut-parleur pour reproduire un enregistrement du pape (Compression Sound Art) et joué les bandes sonores de films complets en quelques secondes (Cantata).

Then I collected more than fifty different metal styles and let them dance to them (Feeds. Hören TV), or made countless style arrangements of one and the same tune with an arrangement software (Style 1).

Ensuite, j'ai rassemblé plus de cinquante styles de métal différents et je les ai laissés danser entre eux (Feeds. Hören TV), ou j'ai créé d'innombrables styles d’arrangements à partir d'un seul et même morceau, au moyen d’un logiciel d'arrangement (Style 1).

Then I re-interpreted the avant-garde; for example, I realized John Cage's Silence Classic 4'33" as a YouTube split screen video, fed Brian Ferneyhough's Second String Quartet into the pop composition software Band in a Box and let Arnold Schoenberg's Pierrot Lunaire speak by a car navigation device, or applied Maurice Ravel's Boléro – as the principle of steady increase in volume – to a remixed scene from the film Downfall;

Puis j'ai réinterprété l'avant-garde; Par exemple, j’ai réalisé le classique Silence 4'33" de John Cage sous forme de vidéo en écran partagé sur YouTube, chargé le Second Quatuor à cordes de Brian Ferneyhough dans le logiciel de composition pop Band in a Box et laissé Pierrot Lunaire d’Arnold Schoenberg chanter dans un appareil de navigation automobile, ou encore appliqué le processus du Boléro de Maurice Ravel - en tant que principe d'augmentation constante du volume - à une scène remixée du film Downfall;

I performed Alvin Lucier's pioneering sound art work Music for a Solo Performer as a political performance under artificially aggravated conditions – the »postmodernization of the modern« (Jean-François Lyotard).

J'ai interprété l'oeuvre musicale sonore pionnière d'Alvin Lucier, Music for a Solo Performer, comme une performance politique dans des conditions aggravées artificiellement - la «postmodernisation du moderne» (Jean-François Lyotard).

3.
So I let compose. I let it be and let others work, sooner or now. Why? Because they do. That's the world.

3.
Je laisse donc composer. Je la laisse exister, et laisse les autres travailler (d’aujourd’hui ou d’hier). Pourquoi? Parce qu'ils le font. C'est le monde.

Before I start writing a single note or programming a sound wave, the entire history of music is practically already on my computer or on the Internet, both as sound files and as scores. So I don't need to compose many things anymore that already exist and can be used with a mouse click. Why nibble at the pen when others have come up with useful solutions? I often use pop music samples, mainly from bad pop music – the media noise, with which I make noise music.

Avant de commencer à écrire une seule note ou à programmer une onde sonore, toute l’histoire de la musique se trouve déjà pratiquement sur mon ordinateur ou sur Internet, à la fois en tant que fichiers son et en tant que partitions. Donc, je n'ai plus besoin de composer beaucoup de choses qui existent déjà et qui peuvent être utilisées avec un clic de souris. Pourquoi user le crayon quand d’autres ont proposé des solutions utiles? J'utilise souvent des échantillons de musique pop, mauvaise musique pop principalement - le bruit des médias, avec lequel je fais de la musique noise.

I also like to search the world for templates, ›pre-compositions‹ instead of sucking something out of my fingers. These are, for example, statistics, blueprints, politicians' speeches, et cetera. I also let the computer compose a lot itself; the more I work with it, the more beautiful I find the results (Maybe that's because you communicate so much with algorithms on Google, Facebook, & Co.).

J'aime aussi parcourir le monde à la recherche de modèles (templates) de pré-compositions, au lieu d’extirper quelque chose de mes propres doigts. Ce sont par exemple des statistiques, des plans, des discours de politiciens, etc. Je laisse aussi l'ordinateur composer beaucoup lui-même; plus je travaille avec lui, meilleurs sont les résultats (peut-être parce qu’on communique beaucoup avec des algorithmes sur Google, Facebook, etc.).

To put it bluntly: The medium must be composed; how this is then unfolded is the usual musical imagination that every church musician also has – or it can be filled in by algorithms and the already-existing.
You do not have to do any handy-craft for which there are machines. One does not live in isolation, but refers to things, one is already born into an existing world. Most composers still compose in the wrong place: »The largest buildings they know are those that a single man is capable of building.« (Bertolt Brecht, Stories of Mr. Keuner)

Pour parler franchement: c’est le support qui doit être composé; comment cela se déploie, c’est ce que sait faire l’imagination musicale habituelle de chaque chapelle de musicien - et elle peut être complétée par des algorithmes ou tout ce qui pré-existe.
Il n’est plus de bricolage pratique pour lequel il n’existe pas déjà des machines. On ne vit pas en vase clos, mais on se réfère à des choses, on naît dans un monde déjà existant. La plupart des compositeurs composent encore au mauvais endroit: "Les plus grands bâtiments qu'ils connaissent sont ceux qu'un seul homme est capable de construire." (Bertolt Brecht, Stories of Mr. Keuner)

The same applies to making music. Today we have a gigantic archive of audio recordings, from single tones, instrumental gestures, standardized composition techniques, expressive topoi to Mahler symphonies, in excellent quality.

La même chose s'applique à la musique. Nous disposons aujourd'hui d'archives gigantesques d'enregistrements audio, à partir de sons simples, de gestes instrumentaux, de techniques de composition standardisées, de topoi expressifs aux symphonies de Mahler, d'excellente qualité.

So why should musicians have to play that again? Just to give it more aura and sound more original? The live performance becomes an eye-candy, they do actually quote, but the redundancy is covered with sweat. Just as a composer should only compose as much as is really necessary, instrumentalists should also be stingy with their presence.

Alors, pourquoi les musiciens devraient-ils encore jouer tout cela? Juste pour lui donner plus d'aura et un son plus original? Le spectacle live devient de plus en plus apprécié, mais la redondance est laborieusement couverte de sueur. Tout comme un compositeur ne devrait composer que ce qui est vraiment nécessaire, les instrumentistes devraient également être avares de leur présence.

I was once asked to write tragic music for a play. I refused by saying that there are already thousands of tragic musics available. There is nothing to add! They should make use of music history. I only compose where there is something to compose. You don't have to reinvent the wheel, you also don't have to build it anew. After all, intellectual achievements are not taken away, but multiplied.

On m'a demandé une fois d'écrire une musique tragique pour une pièce de théâtre. J'ai refusé en disant qu'il y avait déjà des milliers de musiques tragiques disponibles. Il n'y a rien à ajouter ! Ils devraient utiliser l'histoire de la musique. Je ne compose que là où il y a quelque chose à composer. Vous n'avez pas à réinventer la roue, vous n'avez pas non plus à la reconstruire. Après tout, les réalisations intellectuelles ne s’effacent pas mais se multiplient.

The great emotions are all expressed in music, and these musics probably work forever (tension-relaxation!). «It corresponded in a certain way with my own and, as I had found out, not only individual, growing tendency to see all life as a cultural product and in the form of mythical clichés and to prefer the quotation to the 'independent' invention.» (Thomas Mann, The Genesis of Doctor Faustus)

Les grandes émotions sont toutes exprimées dans la musique, et ces musiques fonctionnent probablement pour toujours de la même façon (tension-détente). ”Cela correspondait d'une certaine manière à moi-même et comme je l’avais trouvé,- il n’était pas seulement individuel, d'un individu à l'autre, mais d'une tendance croissante à voir toute la vie comme un produit culturel et sous la forme de clichés mythiques et à préférer la citation à l'invention indépendante'’. (Thomas Mann, la genèse du Docteur Faust)

4.
But just because creating today is so highly related to the existing, originality is required. You can copy originals, but not originality! Of course, there are ideas, qualitative leaps, achievements of individuals. The attitude, however, is different from that of the genius-autonomous author: Open Source. You open the sources and have your transparent wishes with them.

4.
Mais ce n’est pas parce que la création d’aujourd’hui est étroitement liée à l’existence que l’originalité est requise. Vous pouvez copier des originaux, mais pas l'originalité! Bien sûr, il y a des idées, des sauts qualitatifs, des réalisations d'individus. L'attitude, cependant, est différente de celle de l'auteur de génie: Open Source. Vous ouvrez les sources et vos souhaits transparaissent en eux.

5.
He who writes for violin, is copying.

Every composition is a continued composition.

5.
Celui qui écrit pour le violon ne fait que copier.

Chaque composition n’est que la suite d’une autre composition.

Gérard Grisey said: I no longer compose with notes, but with tones. I would say: I no longer compose with tones, but with music. In this sense, I am a musician.

Gérard Grisey avait déclaré: Je ne compose plus avec des notes, mais avec des fréquences. Je dirais: je ne compose plus avec des fréquences, mais avec de la musique. En ce sens, je suis musicien.

Today it is no longer the question whether a noise can be music, but whether a pop song can be music.

Aujourd'hui, la question n'est plus de savoir si un bruit peut être de la musique, mais si une chanson pop peut être de la musique.

Musique concrète recorded everyday sounds and musicalized it. I take existing music and musicalize it.

La musique concrète a enregistré les sons de tous les jours et les a ainsi musicalisés. Je prends la musique existante et la musicalise.

I like to make noise music. Pop music is noise.

J'aime faire de la musique noise. La musique pop n’est que du bruit.

Pop music quotes in atonal music: to make listening difficult with that which is simple. I only like to quote music that I don’t like.

Citer de la musique pop dans la musique atonale: rendre l’écoute difficile avec ce qui est simple. J'aime seulement citer des musiques que je n'aime pas.

Picasso once said: I do steal – where there is anything to steal. I would say today: I do compose – where there is anything to compose.

Picasso a dit un jour: Je vole - là où il y a quelque chose à voler. Je dirais aujourd'hui: je compose - là où il y a quelque chose à composer.

6.
Even today, some composers succeed in mastering the art of producing a never-heard-before sound, but otherwise they inevitably make use of the existing. This applies not only to basic musical elements, such as the eighty-eight keys of the piano, but also to their combinations.

6.
Même aujourd'hui, certains compositeurs réussissent à maîtriser l'art de produire des son jusqu’ici inouïs, ils utilisent inévitablement l'existant. Cela s'applique non seulement aux éléments musicaux de base, tels que les quatre-vingt-huit touches du piano, mais également à leurs combinaisons.

Instrumental gestures, standardized compositional techniques and expressive topoi are omnipresent and can hardly be circumvented or reinterpreted after a hundred years of New Music and thirty years of its institutionalization (similarly applies to pop music).

Les gestes instrumentaux, les techniques de composition standardisées et les topoi expressifs sont omniprésents et peuvent difficilement être contournés ou réinterprétés après cent ans de musique nouvelle et trente ans d’institutionnalisation (ce qui s’applique de la même manière à la musique populaire);

Finally, the Internet, the total archive, makes it almost impossible to forget art history. That is why a change of category begins: The question is less and less concerned with whether or not a composer quotes, but what, how, and for what.

Enfin, Internet, l’archive totale, rend presque impossible l’oubli de l’histoire de l’art. C’est pourquoi un changement de catégorie commence: la question se pose de moins en moins de savoir si un compositeur cite, mais plutôt quoi, comment et pourquoi il le fait.

In other words, music is objectified and functionalized, music with music: this is how I formulate the »content-aesthetic turn« (Harry Lehmann). There is plenty of ›material‹ or ›media‹. But this is no simple lexicon of vocabulary with which one could now form sentences.

En d’autres termes, la musique est objectivée et fonctionnalisée, la musique avec la musique: c’est ainsi que j’ai formulé le «tournant esthétique du contenu» (Harry Lehmann). Il y a une infinité de matériaux et de médias. Mais ce n’est pas un lexique simple de vocabulaire avec lequel on pourrait ensuite former des phrases.

Material is coarse and large, the sounds are heavy and cumbersome. They immediately contract into whole entities. Even the single tone is a composition. Today, sounds are no longer just bundles of structureable parameters, but semantic objects (you can see it again on the computer where the sounds are files and therefore have filenames and are tagged in archives).

La matière est grossière et volumineuse, les sons sont lourds et encombrants. Ils se contractent immédiatement en entités entières. Même une sonorité unique est une composition. Aujourd'hui, les sons ne sont plus simplement des ensembles de paramètres structurables, mais des objets sémantiques (vous pouvez l’observer en informatique, où les sons sont des fichiers et ont des noms de fichiers et sont étiquetés par ‘tags’ dans des archives).

Even those who presumably compose in an abstract manner today compose ›content-aesthetically‹: this is how the clichés emerge. The oboe sounds beautiful, but also like an instrument of the bourgeois orchestral concert.

Même ceux qui composent probablement de manière abstraite aujourd'hui composeront à partir de contenus esthétiques : c'est là que les clichés émergent. Le hautbois sonne beau, mais il est aussi un instrument du concert orchestral bourgeois.

How to deal with it? If there is conscious faithfulness to the work, there must also be conscious unfaithfulness to the work, a director’s theater in music.

Comment faire avec ça ? S’il existe une fidélité consciente à l’œuvre, il faut aussi qu’il y ait une infidélité consciente à l’œuvre, comme chez un metteur en scène.

Combine a piano sound with a harpsichord sound. Play the second act of the Meistersinger an octave higher (if at all). Why does ›interpretation‹ always only concern tempo, phrasing and dynamics? With this concept of interpretation, classical music is not updated, but neutralized. We are alienated and any form of misappropriation is therefore more honest.

Combinez un son de piano avec un son de clavecin. Jouez le deuxième acte du Meistersinger une octave plus haut (voire pas du tout). Pourquoi l’interprétation ne concerne-t-elle toujours que le tempo, le phrasé et la dynamique? Avec ce concept d'interprétation, la musique classique ne s'est pas mise à jour, elle s’est neutralisée. Nous sommes aliénés et toute forme d’appropriation illicite est donc plus honnête.

Whoever sings the Jägerchor right, sings it wrong (or are we in the 19th-century?). I myself find it embarrassing that the music is far behind the Regie(sprech)theater that is already getting old, but now it also goes through that, and thoroughly.

Quiconque chante bien le Jägerchor le chante mal (ou alors sommes-nous au 19ème siècle?). Je trouve moi-même embarrassant que la musique soit loin derrière le théâtre (sprech) qui est déjà vieux, mais qui passe également par là de manière plus approfondie.

7.
The extreme case is the ready-made, the completely adopted, which only becomes a new work through minimal addition or re-contextualization. Besides, it is mainly all the transformation from other media and areas into the music and the new “let it be made” by others or by machines: the extended ready-made concept.

7.
Le cas extrême est le ready-made, complètement adopté, qui ne devient une nouvelle œuvre que par un ajout minimal ou une recontextualisation. En outre, il s’agit principalement de la transformation d’autres médias et domaines en musique et du nouveau «laisser faire» par d’autres ou par des machines: le concept ready-made étendu.

All this is a barely cultivated field in the music of the concert hall. Musique conrète was limited to Schaeffer, Henry and Ferrari, in Germany it was adornianly excluded, in France it has been replaced by spectralism, and these things are most likely to have further developed after Cage in the American underground, in the sampling of pop music and in sound art.

Tout cela est un domaine à peine cultivé dans la musique des salles de concert. La musique concrète s’est limitée à Schaeffer, Henry et Ferrari. En Allemagne, elle a été exclue par Adorno. En France, elle a été remplacée par le spectralisme, et ces choses-là vont probablement encore se développer après Cage dans l'underground américain, dans l'échantillonnage de la musique pop et dans l'art sonore.

John Oswald was a pioneer of sampling, but almost exclusively in the tape-only field and remained in the technical limits of the 80s. With today's means of digital sound processing on the laptop, with today's gigantic audio archives and the possibilities of combining them with live instruments, a huge field is opening up, especially as the Internet is now giving them greater social and political relevance.

John Oswald était un pionnier de l'échantillonnage, mais presque exclusivement dans le domaine de la bande et resta dans les limites techniques des années 80. Avec les moyens actuels de traitement du son numérique sur ordinateur portable, les gigantesques archives audio du big data et la possibilité de les combiner avec des instruments live, un champ immense s'ouvre, d'autant plus qu'Internet leur confère une plus grande pertinence sociale et politique.

Collage is no longer just an art form, but an ubiquitous principle, be it Wikipedia articles on which many authors write, cosmetic operations and gender attributes that can be chosen individually, modular furniture, the mixed calculation of precarious working conditions (my tax return is a complex collage), patchwork families, the multicultural society or life philosophies, everything: collages.

Le collage n’est plus une pratique artistique, c’est un principe omniprésent, qu’il s’agisse d’articles de Wikipédia sur lesquels de nombreux auteurs écrivent, d’opérations esthétiques et d’attributs de genre pouvant être choisis individuellement, de meubles modulaires, du calcul mixte de conditions de travail précaires (ma déclaration de revenus est un collage complexe), familles de patchwork, société multiculturelle ou philosophies de vie, tout est collages.

Variations on a theme, paraphrase, potpourri, objet trouvée, collage, assemblage, musique concrète, bricolage, pastiche, medley, cover version, intertextuality, eclecticism, remix, remake, rework, sampling, appropriation art, bastard pop, patchwork, mash-up – that has also diffused somewhat, and it's easy to say: that’s old.

Variations sur un thème, paraphrase, pot-pourri, objet trouvé, collage, assemblage, musique concrète, bricolage, pastiche, medley, version de couverture, intertextualité, éclectisme, remix, remake, ré-interprétation, échantillonnage, appropriation art, bâtard, patchwork, mash- up - cela a aussi quelque peu diffusé, et il est facile de dire: c'est vieux.

No. It's just starting. Web 2.0 creates a huge mash-up culture, in pop as well as elitist art. Think of internet memes like Hitler finds out ..., the inappropriate soundtracks or the shreds. Fifteen years ago, that had only been possible in extremely expensive studios, and an effective distribution was almost impossible. However, material and technology are now available to almost everyone, almost free of charge, now everything can be combined.

Non, ça ne fait que commencer. Le Web 2.0 crée une immense culture de mash-up, à la fois pop et art élitiste. Songeons à Hitler finds out ..., the inappropriate soundtracks ou encore the shreds. Il y a quinze ans, cela n'était possible que dans des studios extrêmement coûteux et une distribution efficace était presque impossible. Cependant, les technologies sont maintenant disponibles pour presque tout le monde, presque gratuitement, et maintenant tout peut être combiné.

You can dismiss the idea of collage as an old hat, but nonetheless, whether you like it or not, it is the sign of the Internet age, it is its most typical form. Only the global information technology network is the great catalyst for some postmodern insights, the copying and the archiving is now so entirely virulent. We now have a huge, even total memory at our disposal with which we can compare everything. When a song is playing in the pub, all I need to do is hold my mobile phone in the air for thirty seconds, and the title of the song is given to me.

Vous pouvez rejeter l'idée du collage comme un vieux chapeau, mais néanmoins, que cela nous plaise ou non, c'est le signe de l'ère d'Internet, c'est sa forme la plus typique. Seul le réseau mondial des technologies de l’information est le grand catalyseur de certaines idées postmodernes. La copie et l’archivage sont à présent si virulents. Nous avons maintenant une immense mémoire à notre disposition grâce à laquelle nous pouvons tout comparer. Quand j’entends une chanson dans un pub, je n’ai besoin que d’en en quelques secondes sur un téléphone pour en obtenir les références.

One will not program such a thing for New Music and set up a plagiarism detection platform of New Music, but one can imagine it, and / or the threat should suffice. Thus forgetting becomes impossible, we always live in comparison with the past; every action is, now verifiable, the differentiated repetition of what has already been.

Personne ne peut programmer une telle application pour la nouvelle musique, et monter ainsi une plateforme de détection de plagiat dans les musiques nouvelles, mais on peut l’imaginer et/ou la menace suffirait. L’oubli devient impossible, nous vivons toujours en comparaison avec le passé; chaque action est désormais vérifiable et sa répétition différentiable de ce qui a déjà été.

The postmodern diagnosis that we now produce re-enactments, re-mixes, updates instead of the new or as new, continues to apply, it applies more than ever, it applies forever. How should this be overcome?

Le diagnostic postmoderne selon lequel nous répétons, remixons, mettons à jour, au lieu du nouveau pour le nouveau, se vérifie plus que jamais.Comment ceci peut-il être maîtrisé?

Innocence is irreversibly lost. Whatever new epochs come, an essential moment of postmodernity, the lost innocence, presence of history, ironic or not, will remain, for the Internet is the most postmodern thing there is, and hopefully there will be no turning back from it, despite the terrible new barriers that corporations and governments want to impose.

L’innocence est irréversiblement perdue. Quels que soient les temps à venir, un moment essentiel de la postmodernité, l’innocence perdue, la présence de l’histoire, ironique ou non, restera, car Internet est la chose postmoderne par excellence, avec l’espoir qu’il n’y aura pas de retour en arrière en dépit de toutes les terribles nouvelles barrières que les corporations et les gouvernements tentent d’imposer.

Gottfried Benn's statement that »the art of the future will be collage« was more far-sighted than one had thought. It's only now that sampling and remixing are really getting started!

La déclaration de Gottfried Benns que “l’art du futur sera collage” est une des plus pertinentes qui soit. C’est aujourd’hui que ce sampling et remixing sont en train de démarrer.

8.
For samples, it is of course difficult to write on five staff lines with ink. That's why I've been programming my own composition and notation software COIT since 2007. The name is the acronym of Calculated Objects in Time. Calculated means algorithms, Objects is another word for notes, i.e. a graphical representation, in Time refers to the playback of notes in time. The goal was a software that unites as much as possible: a notation interface, comparable to music paper on which I can place notes, in this case graphical objects, by hand or via MIDI keyboard; then these objects must also be able to be generated or modified by algorithms, and all this should be able to be played back for listening (both the electronic parts and the instrumental parts, thanks to a huge, high-quality instrument sample library, »ePlayer«).

8.
Pour les échantillons c’est naturellement difficile d’écrire à l’encre son travail sur une portée à cinq lignes; c’est pourquoi j’ai programmé mon propre logiciel de composition et de notation COIT depuis 2007. Le nom est l’acronyme de “Calculated Objects in Time”. Calcul signifie algorithme, Objet est un autre mot pour notes (soit représentation graphique), Time fait référence au playback des notes. Le but était un logiciel qui unirait autant que possible une interface de notation, comparable à la partition papier sur laquelle je peux mettre mes notes, dans ce cas des objets graphiques, à la main ou via un clavier Midi ; ces objets peuvent ensuite être modifiés ou générés par des algorithmes, et tout ça peut être rejoué pour l’écoute (les parties électroniques et les parties instrumentales, grâce à une immense bibliothèque d'échantillons d'instruments de haute qualité, le “ePlayer”.

In the open source programming language, Pure Data, I had the necessary tools at hand: algorithms of all kinds are the very possibility of any programming language; I had already worked with synthetic or concrete sounds in Pure Data, as the software is specialized in digital sound synthesis and processing; the graphical representation was made possible by Data Structures, a special feature within Pure Data. In addition, there are the now extensively existing sample recordings of instrumental sounds, which can immediately give a sounding impression of the composed.

Dans le langage de programmation open source Pure Data, je disposais des outils nécessaires: des algorithmes de tous types sont la possibilité même de tout langage de programmation; J'avais déjà travaillé avec des sons synthétiques ou concrets dans Pure Data, le logiciel étant spécialisé dans la synthèse et le traitement du son numérique; la représentation graphique a été rendue possible par des Data Structures, une fonctionnalité spéciale de Pure Data. De plus, il existe de nombreux exemples existants d’enregistrements de sons instrumentaux, qui peuvent immédiatement donner une impression sonore du son composé.

On the one hand, COIT was born out of the need to have a suitable compositional medium for my aesthetic approach. On the other hand, it was supposed to develop the potential to compose music that had never occurred to me before, or could not even occur to me at all! So I have been developing the software for five years.

D'un côté, COIT est né de la nécessité de disposer d'un support de composition adapté à mon approche esthétique. D'autre part, il était supposé développer le potentiel de composition d'une musique qui ne m'était jamais venue auparavant, ou ne pouvait même pas se produire du tout! Je développe donc le logiciel depuis cinq ans.

I can experiment a lot with it (unlike twenty years ago, when you had to imagine everything at your desk like the deaf Beethoven used to do), and at the end, a playable score in five-lined notation is generated for the instrumental parts. Afterwards, I can put some work online and publish it via my blog and Facebook; my blog Kulturtechno, my own internet festival, so to speak, has a three-digit number of visitors every day.

Je peux beaucoup expérimenter avec ça (contrairement à vingt ans plus tôt, lorsque vous deviez tout imaginer à votre bureau, comme le faisait auparavant le sourd Beethoven), et à la fin, une partition jouable en notation à cinq lignes est générée pour les parties instrumentales. Ensuite, je peux mettre en ligne des travaux et les publier via mon blog et Facebook; mon blog Kulturtechno (http://www.kulturtechno.de/), mon propre festival Internet, pour ainsi dire, compte chaque jour un nombre de visiteurs à trois chiffres.

 


Figure 1 : Capture d'écran du logiciel COIT

9.
The medium is the symphony.

Welcoming leap: Whatever epoch comes after postmodernity – it will be even worse.

9.
Le médium est la symphonie.

Un saut accueillant: quelle que soit l'époque qui vienne après la postmodernité, ce sera encore pire.

Computers will always be stupid algorithm machines as long as people are even stupider.

Les ordinateurs seront toujours des machines à algorithmes stupides tant que les gens seront encore plus stupides.

Not preparing instruments, but preparing the listening; not with advanced playing technique, but advance to play with technology; not only differentiating, but also coarsening; not scores that are too difficult, but too easy; not only pitch intervals, but also human intervals.

Ne pas préparer les instruments, mais préparer l'écoute; pas avec une technique de jeu avancée, mais avancer pour jouer avec la technologie; non seulement différenciant, mais aussi en vulgarisant; pas des partitions trop difficiles, mais trop faciles; non seulement les intervalles de hauteur, mais aussi les intervalles humains.

Statistical music: not according to statistical criteria, but according to existing statistics; chance not as what is natural, but as a cultural phenomenon; a piano not only because it sounds beautiful, but also because it sounds like a piano.

Musique statistique: non pas en fonction de critères statistiques, mais en fonction de statistiques existantes; le hasard non pas comme ce qui est naturel, mais comme un phénomène culturel; un piano non seulement parce que ça sonne beau, mais aussi parce que ça sonne comme un piano.

Composing means to steal an instrument.

Composer, c'est voler un instrument.

The Well-Tempered Clavier is – technology-driven – postmodern Baroque.

Le Clavier bien tempéré est - basé sur la technologie - baroque postmoderne.

A Mahler symphony is still in a pre-compositional state, while the single tone is already an opus.

Une symphonie de Mahler est toujours dans un état pré-compositionnel, alors que la sonorité simple est déjà un opus.

To stand in Schoenberg's tradition means to break with it.

Rester dans la tradition de Schoenberg signifie rompre avec elle.

10.
Characteristic of the aesthetics of »music with music« is expropriation and misappropriation. I was once presumed by someone, as if I must hate music if I were to (mis)handle it in this way. Well, I actually don't feel connected to the so-called ›tradition‹, or if there is a tradition at all in which I feel rooted, then these are a few pieces from New Music of the last thirty years, but not art from the time of the stagecoach. This is not meant to mean ignorance; I have passionately enjoyed playing the piano since my childhood, and I teach counterpoint and harmony at the university and work in music theory research.
Otherwise, pop music is the music I listen to most, voluntarily and involuntarily. However, an artificially maintained and pornographically exploited »drive of sounds« is manifested to my musical sensibilities today; and almost only from the distant position of the cutting table, this sound becomes music again.

10.
L'expropriation et l'appropriation illicite sont caractéristiques de l'esthétique de la «musique avec la musique». J'ai une fois été critiqué par quelqu'un, qui pensait que je devais détester la musique si je la traitais de cette façon. Eh bien, en fait, je ne me sens pas connecté à la soi-disant "tradition", ou bien, s'il y a une tradition dans laquelle je me sens enraciné, ce sont quelques morceaux de la musique nouvelle des trente dernières années, mais pas de l'art, depuis l'époque de la diligence. Cela ne veut pas dire ignorance; J'adore jouer du piano avec passion depuis mon enfance, j'enseigne le contrepoint et l'harmonie à l'université et j’ai en cours des travaux de recherche en théorie de la musique.
Autrement, la musique pop est la musique que j'écoute le plus volontiers, ou involontairement. Cependant, un «appétit de sons» maintenu artificiellement et exploité pornographiquement se manifeste aujourd'hui dans ma sensibilité musicale; et c’est presque seulement à partir de la posture de son étranger aux autres, que dans mon atelier, ce son redevient musique à nouveau.

With thanks to Haosi Howard Chen

Merci à Haosi Howard Chen

Traduction Jonathan Bell

 

© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019