Curieuse et attachante figure que celle de Frédérick Martin. Un parcours hors norme, une œuvre monumentale, une passion pour la musique qui faisait fi des frontières entre musique savante et musique populaire mais privilégiait l'expérience, jusqu'à l'extrême. Qu'il nous soit donné de lire aujourd'hui ce travail considérable est un soulagement.
Celui qui s'attacherait à écrire l'histoire des trente dernières années de musique contemporaine trouverait dans la figure de Frédérick Martin un étrange portrait de cet entre-deux-siècles, dont il était l’observateur attentif et passionné autant que, ce qui apparaît plus nettement à mesure que le temps passe, un acteur essentiel.
On peut avoir le sentiment d'un musicien à deux faces en le découvrant. Compositeur très soucieux de l'artisanat (ou des artisanats) de la musique, c'est aussi un défenseur infatigable du rock (ce qui ne transparaît que subtilement dans son œuvre propre). C'est pourtant bien le même homme qui écrit Eunolie (Légendes du Black Metal) et la très délicate « Lune des chats ». La même exigence d'intégrité, plus que de radicalité. La même volonté de voir la musique dire, traduire, absorber l'intensité du vivre.
Puisque Frédérick Martin était un passionné de métal, peut-être faut-il indiquer aux lecteurs de BabelScores cette recommandation qu'on trouve au dos de nombreux disques de hard rock : PLAY IT LOUD !

Frédérick Martin et BabelScores,

par Flore Dupuy, , pianiste et épouse de Frédérick

C'est au téléphone, au début des années 2010, que mon mari Frédérick Martin m'a annoncé qu'il avait découvert sur la Toile un site où on pouvait consulter librement des partitions parmi les plus récemment parues. Pour un homme qui était un lecteur insatiable de musique, c'était comme mettre un gourmand dans une chocolaterie ! Frédérick, comme bien des compositeurs d'ailleurs, avait le regard panoramique. Il pouvait apprécier et jauger une partition complexe en un coup d'œil. Ayant été copiste dans sa jeunesse, il avait pu lire énormément de littérature musicale récente. C'était un besoin quasi vital. Aussi je vous laisse à penser le temps qu'il a pu passer à lire sur BabelScores et sa joie quand certaines de ses œuvres y ont été publiées. Je suis heureuse que BabelScores continue la mise en ligne de son œuvre. J'espère qu'elle stimulera de jeunes compositeurs, que les plus expérimentés y trouveront un frère d'armes. En tant qu'interprète, je peux témoigner qu'elle restitue largement l'énergie qu'elle requiert pour entrer dans son univers !

Consulter son catalogue:

https://www.babelscores.com/FrederickMartin

 
 

Jonathan Bell

 

© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019