Imprimer
Catégorie : ENTRETIENS

 Ce pur et dur rocker a gagné en 2013 le concours des ATA avec une musique énergique, rentre dedans. Il habite près de Montpellier et écoute surtout de la musique « industrielle » qu'on n'entend pas souvent à la télé et à la radio. Le mainstream ne l'intéresse pas !

 C'est en 2013 que vous avez été le lauréat des ATA : comment avez-vous connu ce concours ?

 C'était sur les conseils d'un ami, Pascal Lengagne, qui avait gagné ce concours. Je donnais des cours de guitare à ses enfants.

 Quel style de guitariste êtes-vous ?

 Très électrique, hard rock, indépendant. J'ai toujours eu des groupes dans ce style.

 

 

 

 

Qu'écoutiez-vous quand vous étiez jeune ?

 

Du Métal et du hard rock ! Les Zep font partie de mes références.

 

 

 

Et la musique à l'image alors ?

 

Les musiques de film me faisaient rêver sans pour autant y apporter plus d'importance que cela dans ma discothèque. Quant à faire de la synchro sur des images je n'y avais jamais pensé, c'est un pur hasard. Mais comme je fais beaucoup de musique assistée par ordinateur dans le cadre de mes groupes de rock, Pascal pensait que cela pouvait coller avec de l'image.

 

 

 

Il y a des rockers célèbres qui ont fait des musiques de films !

 

Il y a Trent Reznor qui est une de mes références.

 

 

 

Est-ce que ce prix vous a ouvert un monde nouveau ?

 

Pour moi c'était un des buts, car lorsqu'on est pas du milieu c'est assez difficile d'y entrer ! La collaboration avec Audi m'a permis d'avoir de la visibilité auprès des médias et du coup j'ai rencontré beaucoup de gens ; mais pour l'instant ça n'a pas abouti à de réels projets d'envergure.

 

 

 

Est que ce ne serait pas le fait que vous habitez en province ?

 

Je pense que cela joue pas mal malgré les facilités de communications qu'on a aujourd'hui avec le web. L'atout d'être résident sur Paris est un plus. L'année où j'étais lauréat j'ai dû monter à Paris pour Audi quatre et cinq fois et l'on rencontre autant de monde qu'en quatre ans ici !

 

 

 

Est-ce qu'aujourd'hui vous êtes plus sensibilisé à la musique de film ?

 

Oui j'ai une écoute différente, c'est vrai que j'ai plutôt tendance à analyser la musique.

 

 

 

Lorsque vous étiez plus jeune avez-vous peut-être flashé sur des musiques de films ?

 

Oui, Blade Runner de Vangelis. J'ai usé ma K7 en l'écoutant !

 

 

 

Avez-vous des bases classiques pour composer ?

 

Je suis un autodidacte et l'harmonie, je l'ai étudié en autodidacte ; mais je n'aime pas travailler la musique, ça me gonfle. J'ai énormément travaillé la guitare étant ado, dix heures par jour. Avec le temps je considère la guitare, la basse, les machines comme des outils pour composer.

 

 

 

Actuellement vous vivez de vos groupes plutôt que de la composition ?

 

Entre autres, j'enregistre pas mal de groupes aussi. Je suis en plus régisseur d'une salle de théâtre à côté de chez moi.

 

 

 

Et en ce moment vous avez un groupe ?

 

L'année où j'ai gagné aux ATA, en plus de composer les musiques pour Audi, on avait le financement pour faire une musique plus personnelle. Du coup j'ai produit le cinquième album de mon groupe, « Lunatic Age », qui existe depuis vingt ans ! L'album est sorti cet été : il s'appelle La Folie ; c'est de l'auto-production. On est en pleine répétition pour faire une tournée l'année prochaine.