Killer Joe

Film de William Friedkin. Musique de Tyler Bates. 1CD Les éditions Milan, distribué par Universal.

Avec « Killer Joe », c’est le grand retour de William Friedkin, le réalisateur de « French Connexion », et de « l’Exorciste ». Pour cette adaptation théâtrale, il s’est offert une musique, ou plutôt une ambiance sonore, de Tyler Bates, compositeur atypique qui avait signé ce film si original qu’est « 300 ». Deux personnalités iconoclastes ne pouvaient que concocter des moments inoubliables, tant pour la mise en scène que sur la bande sonore. A l'origine, Tyler Bates a une grande culture musicale, allant du rock au classique. Puis, il a formé un groupe rock, s’est fait  la main sur des films underground.

Les Adieux à la Reine.

Film de Benoît Jacquot. Musique de Bruno Coulais. 1 CD Quartet Records.

Il s'agit de la troisième collaboration de Benoît Jacquot avec Bruno Coulais. La musique des « Adieux à la reine » offre l’originalité d’avoir été enregistrée avant le tournage, sous forme de maquettes. « Elles ont parfois influencé les montages image et son, lesquels ont ensuite influencé la musique », explique Coulais, dans ce bel album présenté par le grand spécialiste de la BO qu’est Stéphane Lerouge. Celui-ci a initié une très passionnante collection de plus d’une quarantaine d’albums et de compilations. Benoît Jacquot n’était pas un adepte des musiques originales. Avec Coulais, il

Alfred Hitchcock et la musqiue.

Film de Sacha Gervasi. 2CD : Les musiques des films des Editions Milan. Distribué par Universal.

Pour la sortie du « biopic » sur le plus célèbre des réalisateurs, les éditions Milan offrent, en deux CD, une compilation des musiques de films qui accompagnent des films aussi célèbres que « Vertigo », « Psycho » ou « La Mort aux Trousses », au total sept films de la collaboration entre Herrmann et Hitchcock.  Le second CD est dédié aux autres compositeurs « hollywoodiens », dont la collaboration ne fut pas moins talentueuse :

Ernest et Célestine

Film de Benjamin Renner,Vincent Patar,Stéphane Aubier. Musique de Vincent Courtois. Chansons écrites par Thomas Fersen. 1CD Les éditions Milan. Universal

Vincent Courtois est violoncelliste de formation. Il étudie avec Roland Pidoux, du Trio Wanderer, et Frédéric Lodéon, puis s’oriente vers le jazz. Il joue dans plusieurs formations (Solal, Lourau, Escoudé, Sclavis, Pifarely). Il a de nombreux disques à son actif. Il travaille aussi avec les Rita Mitsouko. En 2007, il signe la musique du film « Ma vie n’est pas une comédie romantique ».

DJANGO enchaîné.

Réalisation Quentin Tarantino. Musiques de divers compositeurs. 1 CD Républic UMG Universal / Mercury :602537270286.

Quentin Tarantino, le roi du mashup! En s’inspirant du Django, de Sergio Corbucci, un des grands réalisateurs de Western Spaghetti, il fait des morceaux de bravoures cinématographiques soutenus par des musiques grandioses de Morricone, Bacalov, Ortolani, compositeurs cultes de ces westerns, et un morceau d’Under Fire  (réalisateur Roger Spottiswoode), du célèbre compositeur Jerry Goldsmith. Tarantino ajoute quelques chansons inédites, 100 black Coffins, de Rick Ross, co-écrite et produite par Jamie Foxx, Who Did That To You?, De John Legend, Ancora Qui, d’Ennio Morricone et Elisa Tiffoli,

Blanca Nieves

Réalisateur Pablo Berger. Musiques de Alfonso de Vilallonga. 1CD Milan : 399 455 2. Universal Music

« Blanca Nieves » est un film en noir et blanc, muet, avec des intertitres. L’histoire se passe dans les années 20. Les films étaient à l’époque muet et accompagnés par un orchestre symphonique dans les grandes salles. Ici, le réalisateur, dont c’est le troisième film, joue sur tous les codes de ce cinéma avec un certain humour noir hispanique. L’histoire est celle, bien sûr, de Blanche Neige, mise à la sauce espagnole, dans le monde de la tauromachie. Blanche Neige va s’enfuir de l’hacienda où commande une belle-mère acariâtre, et sera recueillie par sept toreros nains !

Il Diluvio universale.

Michelangelo FALVETTI : Il Diluvio universale. Dialogue à cinq voix et cinq instruments. Texte de  Vincenzo Giattini. Fernando Guimaräes, Mariana Flores, Matteo Bellotto, Evelyn Ramirez Munroz, Fabian Schofrin, Magali Arnault, Caroline Weynants, Thibaut Lenaerts, Benoît Glaux. Keyvan Chemirani, percussions. Chœur de Chambre de Namur. Cappella Mediterranea, dir. Leonardo García Alarcón. 1 CD Ambronay : AMY026. TT.: 64'35.

Une heureuse découverte que ce « Déluge universel », de Michelangelo Falvetti (1642-1692), créé en 1682, à Messine, où celui-ci occupait les fonctions de maître de chapelle de la cathédrale.

Quatuors à cordes op.10 n° 2, en ré mineur, op. 9 n° 3, en fa mineur, op.21 n°3 en mi bémol majeur

George ONSLOW : Quatuors à cordes op.10 n° 2, en ré mineur, op. 9 n° 3, en fa mineur, op.21 n°3 en mi bémol majeur. Quatuor Ruggieri. 1 CD AgOgique : AGO006. TT.: 69'52.

La musique de chambre de Onslow sort peu à peu de l'ombre, en particulier ses quatuors. Après les interprétations des Diotima (Naïve), c'est au tour du Quatuor  Ruggieri de révéler de nouvelles visions.

 L'œuvre pour violoncelle et piano

Félix MENDELSSOHN : L'œuvre pour violoncelle et piano. Sonates N° 1 en si bémol majeur, op. 45, et N ° 2 en ré majeur, op. 58. Variations concertantes en ré majeur, op. 17. Albumblatt. Romance sans parole en ré majeur, op. 109. Gary Hoffman, violoncelle. David Selig, piano. 1 CD La dolce volta : LDV05. TT. 62'13.

Mendelssohn s'est peu livré au genre de la musique de chambre. Ses pièces pour violoncelle et piano sont quasi absentes des concerts et du catalogue enregistré. Deux sonates et quelques pages isolées, de quoi former la matière d'un CD. Les sonates offrent une construction classique, équilibrée.

Henri DUPARC : Complete Melodies.

Henri DUPARC : Complete Melodies.  Fuga Libera (Outher S. A. Rue du Chêne 27, B 1000 Bruxelles Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : FUG 552.  TT : 61’44.

L’intégrale des Mélodies de Henri Duparc (1848-1933) qui peut, en quelque sorte, être considéré comme l’un des précurseurs du genre français quelque peu équivalent du Lied, est interprétée par Michèle Losier (mezzo-soprano), ayant étudié aux États-Unis et faisant une carrière internationale. Avec Daniel Blumenthal - pianiste américain, soliste et accompagnateur -, ils forment une équipe équilibrée au service des poésies bien connues de Ch. Baudelaire, Th. Gautier, Ch. Leconte de Lisle, A. Sylvestre... Les mélomanes seront ravis de réentendre Mon enfant, ma sœur, songe à la douceur… ou encore J’ai longtemps habité sous de vastes portiques… jadis gravés par l’inoubliable Gérard Souzay. Les interprètes réussissent à recréer avec bonheur 16 mélodies