Imprimer
Catégorie : BO en CDs

LE PARIA. Réalisateur : Denys De La Patellière. Compositeur : Georges Garvarentz. 1CD Music Box records : MBR-069

 Georges Garvarentz a commencé sa carrière de musicien de cinéma avec Denys de La Patellière au début des années 1960. Venant de la variété, ayant produit une grande quantité de tubes de la génération des yéyés, pour Johnny Hallyday (« Retiens la nuit ») et Sylvie Vartan (« La plus belle pour aller danser »), entre autres, Garvarentz avait aussi une formation classique.

C'est Aïda, sœur de Charles Aznavour et future épouse de Garvarentz, qui encouragea Georges à s'essayer à la composition pour le cinéma. Aznavour lui permit donc de démarrer avec la partition d' « Un taxi pour Tobrouk » dont le disque de la bande originale se vendit à un million d'exemplaires. Denys de La Patellière confia à Garvarentz la musique de la presque totalité de ses films et quand le réalisateur fut sollicité par la télévision au milieu des années 1970, le compositeur continua de l'accompagner. Garvarentz fut aussi brillant à la télévision qu'au cinéma. On se souvient de ses grands thèmes pour « Quentin Durward », « Les Mohicans de Paris », « La Porteuse de Pain » ou encore « La Lumière des Justes ».

 « Le Paria », a été spécialement conçu pour Charles Aznavour. Cette mini-série conte la revanche de Julien Mauriès, le cadet d'une famille de parfumeurs, obligé de s'exiler à la suite d'une expérience malheureuse dans l'immobilier. Piégé par des concurrents qui voyaient d'un mauvais œil son programme de logements à bas prix, Mauriès quitte la France à la veille de son procès. Après vingt ans passés au Venezuela où il a fait fortune, il revient en Camargue pour reprendre sa place au sein de sa famille et laver son honneur. Mais pour y parvenir, il devra mener une enquête dangereuse et échapper à la mort. Music Box Records présente la partition intégrale du feuilleton, en reprenant et complétant le programme du 33 tours publié en 1985. A côté d'un générique pulsé au look des années 1980, Georges Garvarentz a composé une large symphonie dans laquelle se côtoient chaleur et tendresse, action et passion. De la farandole au western, le compositeur développe un lyrisme qui lui est propre, se mettant entièrement au service de l'histoire pour la magnifier. Avec, pour finir, la chanson incontournable de ce genre de productions, confiée à la voix jazzy et enjôleuse de Nicole Croisille.