André ALMURO : Du Sensationnisme au Dual-Art.

Philippe JUBARD : André ALMURO : Du Sensationnisme au Dual-Art. Sampzon, DELATOUR FRANCE (www.editions-delatour.com), 2015, 104 p. – 35 €.  Avec DVD encarté (Musique /transversales).

Ce livre, abondamment illustré et accompagné d'un DVD avec un film (Archives sonores de l'INA, extraits de presse), très vivant et suggestif, a sa place attitrée dans la Collection Musique/transversales. Ce qualificatif convient à plus d'un titre à la personnalité complète, polyvalente et transdisciplinaire d'André Almuro (1927-2009), producteur  radiophonique, compositeur et réalisateur de films.

Ma forêt musicale. Promenade émerveillée parmi les notes, les rythmes,  les hommes, les instruments…

Marc-Mathieu MÜNCH (essais réunis par) : Forme et réception. Rencontres interartistiques de l'Effet de vie. Paris, Honoré CHAMPION (www.honorechampion.com), 2015, 269 p. – 60 €.

Marc-Mathieu Münch, Professeur émérite de Littérature et de Littérature comparée, a organisé — les 3 et 4 février 2012, à l'Université de Metz — ce Colloque dans le cadre des Rencontres de l'effet de vie qui, selon l'éditeur, « cherchent à savoir comment fonctionne — indépendamment des variants culturels qu'il n'est pas question de nier — le phénomène de l'effet de vie ».

L'ardeur et la mélancolie. Voyage en musique allemande.

Hélène PIERRAKOS : L'ardeur et la mélancolie. Voyage en musique allemande. Paris, FAYARD (www.fayard.fr ), Coll.  Les chemins de la musique, 2015, 199 p. – 18 € .

Les problèmes d'identité concernant les arts sont d'actualité. Hélène Pierrakos convie ses lecteurs à un itinéraire musical allemand qui lui permet de détecter une certaine « germanité » de la musique, ce qui est aussi le cas en philologie allemande avec certains concepts typiques tels que la Sehnsucht ou la Gemütlichkeit pour lesquels il est difficile de rendre le sens précis en français.

Vent d'Est. Comptines et chansons populaires pour piano, de la Baltique à la Caspienne

Alain von RODEN : Essai d'initiation aux musiques médiévales polyphoniques ou contrapuntiques.Paris, L'HARMATTAN (www.harmattan.fr )

 

Ce livre nécessite un sous-titre explicatif : « Création d'une chapelle et d'une école musicale parisienne :Capella et schola parisis » (sic). Il est rédigé par un ancien Professeur de cardiologie, mélomane passionné et grand admirateur des « musiques médiévales polyphoniques ou contrapuntiques ». Son objectif concerne le lancement d'une nouvelle « chapelle vocale » à Paris.

Charles BALAYER – Gilles DENECKER : Zoot jive Dizzy  pour chœur mixte SATB et piano (ou section rythmique).  Delatour : DLT2550.

Charles BALAYER – Gilles DENECKER : Zoot jive Dizzy  pour chœur mixte SATB et piano (ou section rythmique).  Delatour : DLT2550.

Voici une pièce bien réjouissante ! En fait, la section rythmique est fortement conseillée en plus du piano, ainsi que la flûte présente dans l'enregistrement qui se trouve sur le site de l'éditeur. Si la partition n'est pas en soi difficile, elle demande d'être rompu à cette musique de jazz, hommage à Dizzi Gillespie et qui figurait au répertoire du célèbre « Chœur Artie Shaw ».

Musique, foi et raison. Correspondante inédite Gabriel Renoud/Camille Saint-Saëns 1914-1921

« Musique, foi et raison. Correspondante inédite Gabriel Renoud/Camille Saint-Saëns 1914-1921 » recueillie, introduite et annotée par Pierre GUILLOT. Paris, L'Harmattan (www.editions-harmattan.fr ), 237 p. -25 €.

 

Pierre Guillot — Professeur émérite à l'Université Paris-Sorbonne, organiste émérite de la Collégiale Notre-Dame de Bourg (Ain) où la vocation musicale et religieuse du prêtre Gabriel Renoud s'est déclarée — a, avec patience et minutie, regroupé pour la première fois (d'après des autographes conservés dans le Fonds Saint-Saëns du Château-Musée de Dieppe) 116 lettres du prêtre incitant son destinataire à la conversion et 25 réponses de Camille Saint-Saëns. Cet échange épistolaire pendant sept ans couvre la Première Guerre mondiale et l'après-guerre. Il est introduit et annoté avec beaucoup de soin par Pierre Guillot et présenté sous trois rubriques circonstanciées : musique, foi et raison.

L'enseignement de la culture musicale. Pratiques et innovations

Jean-Philippe GUYE (textes réunis et introduits par) : L'enseignement de la culture musicale. Pratiques et innovations. Sampzon, DELATOUR FRANCE (www.editions-delatour.com), 2014, BDT0002, 326 p. - 29 €.

 

Préfacé par Alain Poirier, directeur de la recherche au CNSMD de Lyon, ce volume regroupe les communications présentées par treize auteurs d'horizons divers, lors des journées professionnelles organisées par l'Association des Professeurs de Culture Musicale (APCM), à Paris en 2012.

Hyacinthe RAVET : Sociologie des Arts. Paris, Armand Colin (www.armand-colin.com), Collection « Cursus. Sociologie », 2015, 204 p. -  15, 50 €.

Plusieurs publications récentes en langue française sont axées autour de questionnements, par exemple : « Pourquoi la musique ? » (Francis Wolff, Fayard, 2015) ; Marc-Mathieu Münch, dans son ouvrage : « La beauté artistique. L'impossible définition » (Honoré Champion, 2014) lance le débat autour d'une nouvelle discipline : l'artologie. Hyacinthe Ravet, Professeur de Sociologie à l'UFR de Musicologie (Paris-Sorbonne) pose d'entrée de jeu de nombreuses questions percutantes : Qu'est-ce qu'une œuvre et comment peut-elle devenir une œuvre d'art ? Elle s'interroge sur les mécanismes qui contribuent à définir sa valeur ou encore sur les notions d'artiste, de créateur, sur le rôle de l'État dans la création, sur les publics des arts, les amateurs, les goûts artistiques, mais aussi les « rejets » dont les arts contemporains font l'objet…. pour aboutir au problème fondamental : qu'est-ce donc que l'art et comment s'inscrit-il dans le social ? (cf. quatrième de couverture).

Gabriel FAURÉ : Correspondance suivie de Lettres à Madame H. recueillies, présentées et annotées par Jean-Michel Nectoux. Paris, 1vol FAYARD (www.fayard.fr ), 2015, 913 p. – 38 € .

Résultat d'un patient et long travail de collecte, ce volume réunit environ huit cents lettres de Gabriel Fauré, né le 12 mai 1845 à Pamiers, mort à Paris, le 4 novembre 1924. Ce volume imposant est présenté par son meilleur spécialiste français : Jean-Michel Nectoux, en parfait connaisseur non seulement de l'œuvre du maître, mais aussi des divers contextes historiques, événementiels, artistiques et culturels et des lieux d'activités de Gabriel Fauré : organiste à la Madeleine, professeur en 1905 de composition, puis Directeur du Conservatoire et même critique musical du Figaro (1895). Il a doté les diverses lettres d'annotations critiques très éclairantes, n'a pas retenu celles d'un intérêt variable et précise en outre que les lettres de jeunesse adressées à ses parents ne nous sont pas parvenues et que d'autres ont disparu lors d'un incendie.

  Hyacinthe RAVET : L'orchestre au travail. Interactions, négociations, coopérations

Comment fonctionne un orchestre ? Comment se prépare une interprétation ? Autant de questions soulevées par Hyacinthe Ravet, sociologue et musicologue, docteur (Université de Nanterre) avec une thèse portant sur les musiciennes de l'orchestre : interactions entre représentations sociales et itinéraires (2000) et d'un ouvrage sur « Les Musiciennes : Enquête sur les femmes et la musique » (2011), notamment.

Gilles CANTAGREL : La rencontre de Lubeck. Bach et Buxtehude. Récit. Réédition.  Paris, DESCLÉE DE BROUWER (www.editionsddb.fr ), Coll.  Les chemins de la musique, 2015, 199 p. – 17, 90 € .

Gilles Cantagrel  — le spécialiste français de J. S. Bach — a, en plus de ses qualités de présentateur (publications, analyses, introduction de concerts), un vrai don de conteur, encore confirmé par la réédition de son roman historique, en un style enlevé et suggestif, se lisant d'un seul tenant. Il connaît à fond les divers contextes historiques, religieux, psychologiques et rappelle que J. S. Bach avait obtenu une autorisation d'absence de « 4 semaines » et « est resté quatre fois aussi longtemps » à Lubeck (Procès-verbal du Consistoire d'Arnstadt, 21. 12. 1706). Ce long séjour a été confirmé par son fils Carl Philipp Emanuel en 1775 à J. N. Forkel. Alors âgé de 20 ans, il effectue le trajet à pied (400 km aller).

Tricia TUNSTALL. Changer des vies par la pratique de l'orchestre. Gustavo Dudamel et l'histoire d'El Sistema. Collection Pédagogie. 1 Vol Symétrie, 2015, 293 p, 19 €.

Le Sistema est une méthode éducative née au Venezuela, qui étonne car jamais jusqu'à présent l'éducation musicale ne s'était assigné un but aussi ambitieux : changer les vies et pourquoi pas changer le monde. Dépassant la quête spirituelle et esthétique, la musique entreprend une quête éducative sans précédent, doublée d'une quête sociale et politique. Un projet audacieux initié en 1975 par le maestro José Antonio Abreu, porté dans le monde entier par un de ses sujets, Gustavo Dudamel qui en est l'incarnation vivante.

Pawel GANCARCZYK : La musique et la révolution de l'imprimerie. Les mutations de la culture musicale au XVIe siècle. Lyon, Éditions Symétrie (www.symetrie.com ), Coll. Recherche-Série Anciens et Modernes, 2015, 242 p. – 35 € .

La transition du parchemin vers le papier a permis à Johannes Gutenberg (Johannes Gensfleich, v. 1400-1468) d'imprimer la première Bible entre 1452 et 1455 à Mayence, grâce à son invention des caractères métalliques mobiles. Les copistes ont alors été relayés par les fondeurs de caractères.  Pour un coût moins élevé, des missels, des traités sont, entre autres, imprimés sur papier. Si son rôle est bien connu, celui d'Ottaviano Petrucci (1466-1539) pour l'imprimerie de la musique l'est moins.

Élise PETIT (dir.) : La création artistique en Allemagne occupée (1945-1949). Enjeux, esthétiques et politiques. Sampzon, DELATOUR FRANCE (www.editions-delatour.com), 2015, 265 p. –29 €.

En Alsace annexée par l'Allemagne nazie entre 1940 et 1944, la musique de compositeurs juifs ou étrangers, considérée comme « dégénérée » (entartete Musik), était interdite. En Allemagne occupée entre 1945 et 1949 après la capitulation du IIIe Reich, le processus de dénazification est engagé et la renaissance artistique se manifestera différemment à l'Est et à l'Ouest, en fonction des idéologies politiques et des valeurs de démocratie et de liberté défendues par les Alliés. Celles-ci se répercuteront sur la production musicale, artistique, littéraire, cinématographique et théâtrale.

Sven HIEMKE : Heinrich SCHÜTZ : Geistliche Chormusik. Kassel, BAERENREITER Verlag, Collection Werkeinführungen (www.baerenreiter.com ), 2015, 148 p. – 16, 95 € .

En 1648 — année marquant la fin de l'interminable Guerre de Trente Ans —, Heinrich Schütz (1585-1672) a composé cet important recueil de motets intitulé : Musique chorale spirituelle. Grâce à Sven Hiemke — ancien collaborateur scientifique de l'Institut Bach à Göttingen —, les chefs de chœur, solistes, choristes, organistes et instrumentistes trouveront une remarquable introduction à cette Anthologie destinée à un ensemble vocal de solistes avec quelques instrumentistes. Ils apprécieront les commentaires de tous les Motets (5, 6 et 7 voix) avec leur Index alphabétique ainsi quelesprécieux renseignements relatifs à leur interprétation historique.

Stéphane LELIÈVRE (textes rassemblés, annotés et présentés par) : Lettres et Musique. L'Alchimie fantastique. La musique dans les récits fantastiques du Romantisme français (1830-1850). Château-Gontier, Éditions Aedam Musicae (www.musicae.fr ), AEM 145, 2015, 371 p. – 40 €.

Comme le laisse entendre le sous-titre, Stéphane Lelièvre a regroupé des textes émanant, d'une part d'auteurs aux frontières du fantastique, d'autre part représentant le fantastique noir, enfin autour de la Damnation des nouveaux Faust. Chaque œuvre de cette Anthologie couvrant deux décennies est introduite par deux notices utiles : Auteur et Texte. Le dénominateur commun de ces récits est le Romantisme ; la condition sine qua non de ce volume est fondée sur l'association de la musique au fantastique.

En feuilletant cet ouvrage collectif (25 auteurs), les lecteurs seront d'emblée fascinés par la qualité et la diversité des nombreuses illustrations, figures et documents iconographiques très révélateurs de l'instrumentarium médiéval : miniatures, gravures, chapiteaux, fresques, photos, instruments et instrumentistes, ainsi que manuscrits (Psautiers). Ils seront avides d'en apprendre davantage au sujet des travaux du Colloque intradisciplinaire (Paris et Chartres, 2014) ayant réuni des historiens d'art et de la musique, des musicologues et ethnomusicologues, des interprètes et des luthiers. La problématique concerne « la restitution du son » et la reconstruction d'instruments anciens, préoccupations relativement récentes, car les interprètes sont soucieux d'utiliser des instruments historiques d'époque (ou des copies fiables) : c'est le travail des archéomusicologues, luthiers et facteurs.

Marc DESMET (dir.) : La monodie du psautier en vers français au XVIIe siècle. Lyon, SYMÉTRIE (www.symetrie.com), Coll. Symétrie Recherche, Série Anciens & Modernes, 2015, 203 p. – 47 €.

Après le Concile de Trente (1545-1563), lors de la Contre-Réforme, pour contrecarrer le grand succès du Psautier huguenot (Genève, 1562), des poètes catholiques ont — à la suite de Clément Marot (1496-1544) et de Théodore de Bèze (1519-1605) — paraphrasé des Psaumes en français que les musiciens ont dotés de mélodies simples, homosyllabiques et faciles à mémoriser ; elles seront en usage au XVIIe siècle. Ce volume regroupe les communications présentées en novembre 2009  lors de deux Journées d'études à l'Université de Saint-Étienne. Marc Desmet (direction) s'est assuré la participation de Cécile Davy-Rigaud, Thomas Leconte, Clémence Monnier et Jean-Michel Noailly. Entre 1624 et 1663, sont édités — comme le précise Marc Desmet dans son Introduction —  « cinq Psautiers contenant l'intégralité des 150 Psaumes, dans une paraphrase versifiée et métrique, chaque Psaume étant pourvu d'une mélodie simple », donc accessible à tous et facile à mémoriser. Deux créateurs sont mis à contribution, l'un pour le texte et l'autre pour la mélodie.

Serge DIAGHILEV : L'Art, la Musique et la Danse. Lettres, Écrits, Entretiens. Paris, Vrin (www.vrin.fr ), Coll. Musicologie, Centre National de la Danse, Institut National d'Histoire de l'Art, 2013, 539 p. - 45 €. Version française éditée par Jean-Michel Nectoux, I. S. Zilberstein et V. A. Samkov.

Ce volume est particulièrement révélateur de la personnalité de Serge Diaghilev (1872-1929). L'authenticité des faits et de ses multiples activités est garantie par des extraits de lettres, d'entretiens et d'écrits concernant sa carrière depuis ses premiers pas artistiques à Saint-Pétersbourg jusqu'à l'incontestable rayonnement international du chorégraphe. Mieux que par les biographies en langue anglaise, le lecteur curieux sera d'emblée immergé dans sa correspondance avec des interlocuteurs venus d'horizons très variés et, parfois, inattendus : littéraires (Anton Tchekhov, Rainer Maria Rilke), artistiques (Pablo Picasso, Georges Braque), musicaux (Claude Debussy, Francis Poulenc, Érik Satie, Manuel de Falla, Igor Stravinsky) et chorégraphiques (Serge Lifar).

Georges  Friedrich HÄNDEL : Agrippina.  Opera in tre atti. HWV 6. Bärenreiter Urtext : BA4092-90.

Cette édition de l'un des premiers opéras de Haendel bénéficie de toutes les qualités habituelles des éditions Bärenreiter. Une préface très intéressante précède le texte musical. L'œuvre est intéressante non seulement par sa musique mais par l'intérêt de son livret : l'action dramatique offre une véritable intensité. L'ensemble est disponible en version chant et réduction de piano, mais aussi avec le conducteur et le matériel d'orchestre.

Un livre et sa démonstration discographique   Martha COOK : L'art de la Fugue. Une méditation en musique, 1 volume, Paris, Fayard (www.fayard. ), 2015

Un livre et sa démonstration discographique 

Martha COOK : L'art de la Fugue. Une méditation en musique, 1 volume, Paris, Fayard (www.fayard. ), 2015, 271 p.  17 €.

Jean Sébastien BACH : Die Kunst der Fuge. Martha Cook, clavecin. 1CD Passacaille :  1014 (www.passacaille.be ).

La claveciniste et musicologue américaine Martha Cook lance une autre « clé de lecture » suscitant une autobiographie et une autre conception de L'art de la Fugue dont l'ordre de succession des Contrepoints a intrigué tant de spécialistes, par exemple Jacques Chailley qui — dans sa « mise en ordre » des quatorze fugues et quatre canons — a davantage prôné une logique d'ordre musical et philologique. Après avoir examiné à fond la partition dans ses états successifs : manuscrit autographe, édition posthume datant de 1751-1752 (p. 259 sq.) réalisée dans la précipitation et Annexes du MS. P 200 (canons…, choral), elle suggère une approche absolument inédite s'appuyant sur la Théologie de la Croix élaborée par Martin Luther.

   Association Beethoven  France et Francophonie :  Beethoven, sa vie, son œuvre. Dossier : Egmont, ouverture et musique de scène, Ablis,

L'Association Beethoven France et Francophonie (ABFF) publie un bulletin semestriel avec des informations concernant l'homme, le compositeur, l'œuvre et un dossier plus ponctuel. Son rédacteur-en-chef, Dominique Reniers a judicieusement fait appel à des membres de l'Association afin de relancer l'intérêt pour ce grand musicien, de le situer dans ses divers contextes psychologiques et sociologiques, au milieu de ses amis, notamment : Nicolaus Zmeskall, célibataire, domestique puis ami et dédicataire du Quatuor (op. 45) Quartetto serioso.