Jean-Charles GANDRILLE : Stèle  pour violoncelle et orgue. In memoriam Olivier Messiaen. Delatour : DLT2305.

Jean-Charles Gandrille nous gratifie d'une de ces atmosphères dont il a le secret : à la fois mystérieuse, envoutante, priante et avant tout, tout simplement fort belle.

Puisque cette pièce est écrite « in memoriam Olivier Messiaen », comment ne pas évoquer ici « L'eau » (ou l'oraison) de la Fête des Belles eaux (1937) reprise dans la « Louange à l'éternité de Jésus » dans le Quatuor pour la fin du temps de 1940 ? La vidéo est disponible sur le site de l'éditeur et sur You Tube.