On ne peut que se réjouir de ce travail qui permettra aux « violoncellistes de 7 à 77 ans et ayant 2 à 5 ans de pratique » d'aborder ces œuvres qui demeurent le fondement de toute culture musicale. Dans ce but, il n'est pas fourni de « parties séparées ». Chacun des interprètes peut ainsi suivre l'ensemble et mieux s'en imprégner. Cela permet aussi de mieux saisir la polyphonie et notamment de rapprocher, comme le conseille Odile Bourin, les chorals BWV 21 et 270, 67 et 256. Ces transcriptions sont donc à recommander chaudement.