Une enquête du commissaire Léonard pour violoncelle avec accompagnement du professeur de violoncelle. Fin de 1er cycle. Lafitan : P.L.2800.

Voici encore une œuvre en « kit », puisqu’il faudra composer la cadence… et la conclusion : le coupable est ad libitum ! Peut-être faudra-t-il commencer par expliquer ce qu’est la cancoillotte. On peut aussi imaginer une dégustation pour le public…

Bref, il y a beaucoup à tirer de cette remarquable aventure, ne serait-ce que la complicité obligée entre le professeur et son élève. L’auteur ne laisse pas les interprètes sans munitions : deux pages d’explications permettent de se lancer sans risque dans les délices de la composition. N’est-ce pas d’ailleurs ce que tout musicien digne de ce nom devrait savoir faire ? Dans les précisions de bas de page, on trouve : « - mesure  8 : c’est l’élève qui hurle, d’une façon épouvantable ; s’il joue cette pièce à un examen, il sera naturellement évalué sur la qualité de son hurlement ». Humour de l’auteur ou expérience vécue ? Nous ne nous prononcerons pas…