Ce Quatuor composé à Paris en 2011 ne peut être interprété que par des violoncelliste, altiste et deux violonistes chevronnés, en raison des nombreuses difficultés techniques apparentes et cachées (sul pont., pizzicati, arco…) dans le premier mouvement Grave, contrastant avec l'Allegro molto assez dynamique, comportant de très fortes oppositions de nuances (ff au grave, ppp partie supérieure). Le troisième mouvement : Tranquillo fait appel aux harmoniques, mais aussi à des accords percutants. Le dernier : Quasi presto nécessite, selon le compositeur, une attaque feroce et se termine progressivement sur des accords parallèles avec des indications dynamiques très précises et contrastées.