George Philipp TELEMANN : 12 FANTASIEN für Violine solo, (TWV 40: 14-25) Wiener Urtext Edition, Schott/Universal Edition : UT 50415

Editées d’après les sources et munies de Notes sur l’interprétation par Bernhard Moosbauer. Edition trilingue.
Telemann a composé soixante-douze pièces pour instrument seul, sous le titre de Fantaisie, les unes pour clavecin, d’autres pour flûte traversière, d’autres pour viole de gambe et enfin pour violon, parues en 1735. Elles s’apparentent au Prélude, à la Toccata, au Capriccio, à la Boutade
Quelques-unes comportent des fugues (les six premières), d’autres sont des « galanteries » selon Telemann. Tout au long du recueil, on remarque une évolution de la forme sonata da chiesa (vif-lent-vif-lent) pour la première Fantaisie, à la forme tripartite de la huitième à la douzième. Aux mouvements fugués s’ajoutent des mouvements de danses, nommées (siciliana) ou non (gigues et courantes italiennes, gavotte, sarabande).


« Brèves, concises, avec leur caractère propre, elles [les Fantaisies] sont une mine inépuisable […] ; elles possèdent en outre une grande valeur artistique et didactique ».
Composées pour des amateurs, ces pièces malheureusement trop méconnues exigent un certain niveau technique, bien que les changements de position ne dépassent pas la quatrième position. On consultera à ce sujet, l’ouvrage de Merck De l’application pour jouer dans les aigus (1695). La sensibilité, les capacités, les connaissances, le choix des coups d’archet, du bon tempo et des ornements sont indispensables au bon rendu musical.
On lira avec beaucoup d’intérêt les précieuses Notes sur l’interprétation (renvoyant à des passages précis des pièces), dont le paragraphe sur les coups d’archet, sur l’adaptation des règles avec l’utilisation d’un archet moderne ; celui qui concerne la polyphonie soulève le problème de l’exécution des notes liées dans les dissonances. L’ornementation est abordée un peu rapidement, étant donné que le propos est essentiel pour l’interprétation. La technique de vibrato est aussi analysée.
« Ainsi, les Fantaisies posent-elles des exigences non négligeables non seulement sur le plan de la réalisation musicale, mais aussi dans le domaine de la technique violonistique ».