On peut dire de ces jardins qu’ils sont sagement asiatiques, car si la partie de trompette est écrite sur quatre sons (en ut : mib – fa – lab – sib) donnant à cette partition un air très exotique, la partie de piano vient bien vite tempérer cet exotisme par une harmonisation très occidentale. Que ceci n’apparaisse pas comme une critique ! Car le mariage des deux langages est fort agréable et tout à fait réussi. Comme d’habitude dans cette collection, la partie de piano n’est pas simplement une partie d’accompagnement : les deux instruments dialoguent constamment, Saluons une fois de plus une partition pour débutant pleine d’agrément et de vraie musique.
Daniel Blackstone