Pascal PROUST : Hadès pour tuba basse en ut et piano. Fin 2e cycle. Sempre più : SP0250.

Certes, la tessiture du tuba basse nous entraine aux enfers, mais ce séjour des morts fait plutôt penser à Offenbach. Ne nous en plaignons pas : l’ensemble est fort plaisant et le tuba bien caressant dans ses arabesques poétiques. Un certain « allegretto scherzando » à 5/8 est notamment bien réjouissant. L’ensemble est varié, à la fois léger et poétique et se termine triomphalement par un fortissimo.