Dan COATES : Easy Piano

Selection from Once. Alfred : 4829.

Cette sélection très simple tirée de la célèbre comédie musicale créée en 2011 réjouira évidemment les jeunes pianistes qui connaissent l’œuvre mais peut réjouir également les autres en leur faisant découvrir ces airs plaisants et rythmés. Ajoutons que la présence au-dessus des portées des accords de guitare peut permettre de savoureux duos.

Dan FOX et Dick Weissman

Chord progressions : theory and practice for pianists. Every thing you need to create and use chords in every key. Alfred : 35174.

Voici un remarquable ouvrage, certes, tout en anglais, mais cela ne devrait arrêter personne puisqu’on apprend maintenant l’anglais dès les classes primaires… Théorie et pratique des accords et de leurs enchainements sont minutieusement expliquées. Les puristes regretteront sans doute que les chiffrages « classiques » ne soient pas mentionnés. Mais l’expérience nous a appris qu’il n’était pas difficile de les rajouter au fur et à mesure. Et il faut bien dire que cette méthode vise plus à faire accompagner des mélodies actuelles ou à improviser sur elles qu’à réaliser à vue des basses chiffrées. Bref, il s’agit d’une démarche salutaire si on veut initier les élèves aux joies de l’improvisation et de l’harmonisation, ce que tout professeur de piano recherche, bien entendu.

Ingrid JACOBSON CLARFIELD et Phyllis ALPERT LEHRER

Classics for the developping pianist. Core repertoire for study and performance. Alfred : 37288.

Les deux éditrices de ce recueil ont choisi une sélection de dix-huit œuvres du répertoire pianistique allant de Jean-Sébastien Bach à Béla Bartók, classées par périodes. Le choix est tout à fait judicieux et on peut conseiller ce recueil non seulement comme outil de travail pour les pianistes déjà assez avancés ou comme utile manuel de déchiffrage qui permet de se constituer à la fois un répertoire et surtout une culture musicale. Ajoutons que l’édition est soignée, et abondamment doigtée.

Ryo NAGAMATSU et divers auteurs

New Super Mario Bross.wii mélodies arrangées par Shinobu AMAYAKE. Solos de piano pour pianiste moyen ou avancé. Alfred : 38604.

On ne présente pas le célèbre plombier qui a fait les délices de nos enfants et s’apprête à faire celles de nos petits-enfants. Beaucoup de jeunes et moins jeunes pianistes seront donc heureux de retrouver ici pas moins de dix-sept séquences musicales tirées du jeu vidéo allant du « Title Theme » au « Game over »…

Modeste MOUSSORGSKY : tableaux d’une exposition

Souvenir de Victor Hartmann, pour piano. Bärenreiter Urtext : BA 9621.

Qu’il est agréable pour un pianiste de trouver cette œuvre fondamentale du répertoire dans une véritable édition critique. Christoph Flamm a réévalué les sources et découvert de bien intéressantes variantes. On lira donc avec beaucoup d’intérêt la longue et minutieuse préface qui précède cette édition et en explique la genèse. Ajoutons à cela que la partition est particulièrement claire et agréable à lire, ce qui ne gâche rien !

Wilhelm OHMEN : L’incantation du feu

Paraphrase de concert pour piano sur la Walkyrie de Richard WAGNER. Schott : ED 21393.

Dans la grande tradition des fantaisies de concert si en vogue au XIX° siècle, l’auteur nous offre une pièce virtuose qui suit de très près la scène où Wotan condamne Brünnhilde au Sommeil éternel et lui accorde d’entourer le rocher d’une barrière de flamme. On y retrouve dans l’ordre les principaux thèmes dans des feux d’artifices d’accords et d’arpèges.

Pascal PROUST : Les volets bleus

pour piano. Sempre più : SP0065.

Volets ouverts, volets fermés : deux parties dans cette courte pièce de niveau premier cycle. Instinctivement, la couleur des volets fait penser à la Bretagne… Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une jolie pièce, délicate, aux multiples facettes et faisant appel aux différentes techniques du piano (lié, détaché, chant à droite, chant à gauche…). Elle offre la possibilité de progrès techniques sans oublier de faire appel à la sensibilité de l’interprète.

BEETHOVEN : Concerto n°1

en do majeur pour piano et orchestre op. 15 édité par Jonathan Del Mar. Bärenreiter Urtext. Partition complète : BA 9021. Réduction pour piano d’accompagnement : BA 9021-90. Partie de soliste : BA 9021-90.

On ne saurait trop insister sur la qualité de cette nouvelle édition qui ne compte pas moins de dix-sept corrections inédites effectuées par Beethoven lui-même après la publication de l’œuvre. Elle inclut également trois cadences de Beethoven. Quant à la partition du soliste, elle comporte, comme dans l’édition originale, l’ensemble de la basse chiffrée, ce qui permet au pianiste de diriger en même temps l’orchestre, comme à l’époque de Beethoven. Et bien sûr, la copieuse préface permet de comprendre et d’apprécier le remarquable travail qui a été effectué et de mettre en œuvre l’ensemble avec le maximum de précision et d’efficacité.

Mike SPRINGER : Not just another Jazz Book

Vol 1. Niveau début deuxième cycle. 10 Original Piano Solos avec CD d’accompagnements facultatif. 1 vol. 1 CD. Alfred : 40527. http://www.alfredUK.com et http://www.alfred.com/.

Saluons d’abord l’arrivée dans nos recensions de cette maison d’édition anglaise mais qui diffuse ses productions dans le monde entier. On consultera avec profit le très abondant catalogue de cette maison dans tous les domaines musicaux.

Sharon GOODEY : Playing with colour

« Commencer le piano », vol 2 « Mains ensemble au piano », vol 3 : « En parcourant le premier degré au piano ». Alfred : 20132, 20133, 20134.

Cette méthode de piano s’appuie beaucoup sur le côté visuel du clavier et des mains puisqu’elle joue entièrement sur les couleurs. Certes, elle est en anglais, mais puisque nos chères têtes blondes sont maintenant initiées à la langue de Shakespeare dès le primaire sinon dès la maternelle… Ceci dit, la progression est tout à fait intéressante. Comme toujours avec ce type d’approche, il faudra veiller à ce que le visuel ne l’emporte pas sur l’auditif mais en soit seulement l’auxiliaire. La présentation est très claire et très agréable, les morceaux judicieusement choisis et harmonisés. On sent que l’auteur est une pédagogue…

Dances of Our Time

Collection de nouvelles pièces pour piano. Petrushka Project. Schott : ED 21 470. www.schott-music.com

Il s’agit d’une collection unique en son genre : les éditions Schott ont ainsi grâce au Projet Petrushka mis à contribution soixante-quinze compositeurs de vingt-six pays pour réaliser avec de courtes pièces un album consacré au thème de la Danse de notre temps. Il est évident que ces œuvres contemporaines sont aussi variées et originales que possible.

MOSZKOWSKI : 15 études de virtuosité

pour piano op. 72. Schott : ED 21498.

Disons tout de suite combien nous apprécions qu’il s’agisse d’une édition trilingue. Philipp Alexander Marguerre, qui a édité ces études, fait une préface très intéressante et y ajoute un index des difficultés techniques fort bienvenu. Ajoutons-y une présentation claire. Les doigtés sont ceux de la première édition de 1903, la plus fiable dans ce domaine.

 

Hans-Günter HEUMANN : The Classical Piano Method.

Method Book 1. 1 vol. 1 CD. Schott : ED 13352.

Autrefois, nous avions dit tout le bien que nous pensions des volumes Piano Détente de cet auteur publiés aux éditions Lemoine. Nous le retrouvons avec plaisir pour cette méthode de Piano classique parue aux éditions Schott. Le volume est accompagné d’un CD très utile sinon indispensable à la mise en œuvre.

Hans-Günter HEUMANN : Best of Piano classics.

50 pièces célèbres. Schott : ED 9060.

Voici, réactualisés, les « classiques favoris ». De Bach à Satie, H.G. Heumann nous propose un parcours qui contient effectivement les « incontournables » de l’étude du piano. Précisons qu’il n’y a aucun arrangement ou aucune simplification : les textes sont scrupuleusement respectés, doigtés et annotés et le choix particulièrement judicieux et équilibré. Voilà un recueil qui devrait être bien utile pour les professeurs et leurs élèves.

 

Arletta ELSAYARY : La valse du coucou pour piano

Débutant. Lafitan : P.L.2574.

On sait combien il est difficile d’écrire pour les débutants. Cette charmante pièce, où le coucou passe d’une main à l’autre est pleine de grâce et devrait séduire les jeunes interprètes. Un grand bravo à l’auteur !

 Il canto degli Italiani

Francis COITEUX : Variations sur l’hymne italien « Il canto degli Italiani » pour piano. Niveau troisième cycle. Sempre più : SP0061.

Voici une œuvre qui fait penser aux nombreuses variations sur des hymnes nationaux écrites au début du siècle. Ce qui n’est pas une critique ! Le thème est tout simplement l’hymne exprimé dans son harmonisation d’origine et dans son intégralité. Les variations sont également des classiques du genre et permettent au jeune (ou moins jeune) pianiste de montrer à la fois toute sa technique et tout son sens musical. Il s’agit d’un morceau de « bravoure » fort bien venu.

SCHUBERT

Œuvres pour piano à quatre mains. Edité par Walburga Litschauer et Werner Aderhold. Vol. III. Bärenreiter : BA 9645.

Cinq pièces figurent dans ce volume : Variationen über ein Thema aus der Oper « Marie » von L.J. Ferdinand Hérold op. 82/1 – D 908, Fantasie in f op. 103 – D 940, Allegro in a op. post. 144 – D 947, Rondo in A, op. post. 107 – D 951 et Fuge in e op. post. 152 – D 952. Il n’est pas besoin de souligner l’importance des œuvres publiées dans cette monumentale édition. Chaque pièce est présentée de façon tout à fait pertinente par son éditeur. De plus, les notes pour l’exécution de ces pièces concernant toucher, articulation, ornements, rythme et tempo par Mario Auschauer sont tout à fait intéressantes et bien utiles. On appréciera également la présence de fac-similés des manuscrits. Bref, il s’agit d’une excellente édition par ailleurs bien agréable à lire.

 

Gabriel FAURÉ : Valses-Caprices

éditées par Christophe Grabowski. Urtext d’après les Œuvres complètes. Bärenreiter : BA 10843.

On lira avec beaucoup d’intérêt la préface de Christophe Grabowski qui situe très bien à la fois dans leur époque et dans l’œuvre de Fauré ces œuvres aussi délicates qu’intéressantes. On appréciera en particulier les « notes d’interprétation » avec des indications de Fauré lui-même qui sont à méditer en cette époque où le nombre de notes à la seconde remplace parfois la pensée musicale…

 

 Barcarolles

Gabriel FAURÉ : Barcarolles éditées par Christophe Grabowski. Urtext d’après les Œuvres complètes. Bärenreiter : BA 10842.

Là encore, la préface est tout à fait passionnante ainsi que le paragraphe sur l’interprétation des Barcarolles. On y retrouve bien sûr Marguerite Long mais aussi une écoute critique des rouleaux de piano pneumatique enregistrés par Fauré lui-même. Et bien sûr, l’édition elle-même est d’un soin et d’une clarté digne d’éloges, bien loin de l’édition Hamelle qui ne fut jamais corrigée malgré les demandes de Fauré lui-même.

David LAMPEL : 5 pièces

pour piano à 4 mains. Delatour : DLT2125.

Ecrite comme un cadeau de naissance à son fils en 1999, ces cinq pièces d’un niveau deuxième cycle sont pleines de charme et de variété. Les deux parties de piano sont de difficulté égale. On trouvera sur le site des éditions Delatour une vidéo de l’ensemble des cinq pièces ce qui permet d’en goûter toute la poésie et la variété.

Variations sur un thème de Paganini

Michaël SEBAOUN : Variations sur un thème de Paganini pour piano à 4 mains. Delatour : DLT 1523.

 

De niveau difficile, ces variations sur le célèbre thème sont à la fois fidèles au modèle du thème et variations et font en même temps appel aux techniques d’écriture contemporaines. On lira donc avec intérêt la présentation qu’en fait l’auteur. L’œuvre a été enregistrée par le compositeur avec d’autres de ses œuvres. On en trouvera la référence sur le site et dans la partition.

 

René MAILLARD : Sonate

pour piano opus 3. Delatour : DLT 2140.

Cette sonate se présente classiquement en trois mouvements et est de niveau difficile. Résolument atonale, elle séduit par son sens rythmique et mélodique : à un premier mouvement très tonique succède un adagio méditatif aux couleurs mélancoliques et parfois tragiques qu’on pourrait qualifier de « nocturne ». Vient enfin un allegro marcato martial et riche de combinaisons rythmiques. Cette œuvre de jeunesse (écrite en 1951 – il avait vingt ans) mérite pleinement d’être redécouverte. On a le plaisir de pouvoir l’entendre intégralement sur le site de l’éditeur.