Christine MARTY-LEJON : Fjords pour piano. Cycle 2. Soldano : ES 664.

Ce qui caractérise les œuvres de Christine Marty-Lejon, c'est qu'elles sont d'abord de l'excellente musique. L'auteur, tout en ayant un langage bien à elle, sait rendre les différentes ambiances, se couler dans des styles très divers. Il est toujours très agréable de découvrir ses nouvelles œuvres. Il en est ainsi pour ces Fjords aux atmosphères changeantes qu'on aura également plaisir à écouter intégralement sur le site de l'éditeur.

 

 

 

Christine MARTY-LEJON – Jean-Claude SOLDANO : Sous la pluie  pour piano. Fin de 1er, début de 2nd cycle. Soldano : ES 610.

C'est donc une collaboration qui a donné naissance à cette pièce en forme de valse début de siècle (le XX°, naturellement…). Aux qualités musicales s'ajoute un brin d'humour qu'il sera intéressant de faire sentir aux élèves. Cette pièce se décline par ailleurs en de nombreuses versions : piano à quatre mains, hautbois et piano, clarinette et piano, violon et piano… Elle pourra donc donner lieu à des compétitions ou collaborations parmi les jeunes instrumentistes ! On peut également l'entendre sur le site de l'éditeur.

 

Matthieu STEFANELLI : 5 Exordes pour piano. Delatour : DLT2349. Pour piano à 4 mains : DLT2346.

Cette œuvre se décline donc en deux versions : pour piano solo et pour piano à quatre mains. Il s'agit bien de la même œuvre. On lira en quatrième de couverture ou sur le site de l'éditeur la présentation que l'auteur fait lui-même de son œuvre. Si on ajoute que ces cinq pièces sont chacune un hommage à un compositeur (Olivier Messiaen, Philippe Hersant, Alfred Schnittke et Magnus Lindberg) on aura une idée du caractère général de ces œuvres.

 

Claude DEBUSSY : Prélude à l'après-midi d'un faune. Transcription pour piano à quatre mains par Bruno Rossignol. Delatour : DLT2384.

Saluons une nouvelle production dans cette collection des « Grandes Transcriptions ». Grâce au « métier » de Bruno Rossignol, cette transcription est tout à fait convaincante. Inutile de préciser cependant qu'elle ne s'adresse pas à des débutants ! Aux pianistes d'utiliser au mieux ce travail pour retrouver sur leur instrument toute la palette sonore de l'orchestre de Debussy, et ce ne sera pas une tâche facile…

 

Alireza MASHAYEKHI : Avec Debussy  pour piano. Op. 162 n°2. Delatour : DLT2314.

Nous avons rendu compte dans notre lettre de novembre de Avec Chopin du même auteur. Le propos est le même : instaurer un dialogue des cultures et des traditions en reprenant certains extraits d'œuvres de Debussy et en les faisant dialoguer ou en les développant avec la tradition iranienne et son propre langage. L'auteur s'est ainsi fait le champion du multiculturalisme.

 

 

 

Alireza MASHAYEKHI. Op. 162. Franz SCHUBERT. Op 90 n°4 : Impromptu (Une solitude heureuse)  pour piano. Delatour : DLT2316.

De l'évocation à la longue citation en passant par la réécriture, l'impromptu de Schubert est omniprésent dans cette œuvre atypique écrite dans le même esprit que la précédente. On pourra l'écouter intégralement sur le site de l'éditeur.

 

Pierre-Richard DESHAYS : Distraction  pour piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.2730.

Cette charmante distraction dédiée à une élève qu'on souhaite aussi charmante comporte deux parties. D'abord se déroule une jolie mélodie en la mineur de style assez classique ; puis une partie plus jazzy en sol mineur lui succède, à interpréter en « ternaire ». L'ensemble est fort agréable et plein d'intérêt.

Célino BRATTI : Le portrait de Laetitia  pour piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.2788.

Cette Laetitia est pleine de légèreté et de grâce. Deux aspects se succèdent : une partie plus insouciante marquée par de jolies gammes descendantes à laquelle succède un passage plus lyrique et plus mouvementé. Le da capo nous ramène enfin dans l'ambiance primitive. Gageons que les élèves trouveront beaucoup de plaisir à brosser ce joli portrait.

 

André TELMAN : Dans l'aire de transit  pour piano. Débutant. Lafitan : P.L.2805.

Voici une pièce bien intéressante. Si le titre est un peu mystérieux, l'œuvre est attachante : la place des résonnances est primordiale, l'emploi de la pédale indispensable ! On pourra faire écouter et goûter les différentes ambiances sonores qui se succèdent de mesure en mesure grâce aux sons qui s'ajoutent et se nourrissent les uns des autres. Cette aire de transit peut être l'occasion d'une vraie découverte de l'essence même de la musique.

Gualtiero DAZZI : Tombeau de Claudio Abbado.  Piano solo. Dhalmann : FD0437.

Cette pièce difficile a été écrite par G. Dazzi quelques jours après la mort de Claudio Abbado qu'il a connu dans sa jeunesse et auquel il voue une grande admiration. Il s'agit d'une « pièce en forme d'étude qui, compte tenu des difficultés techniques qu'elle comporte, peut être inscrite dans un cursus d'apprentissage à un niveau avancé (début 3ème cycle). ». L'auteur présente lui-même sa pièce dans une introduction limpide qui donne en même temps les indications d'exécution et la manière de préparer le piano.

Antoine REICHA : Grande sonate en ut. Edition Michaël Bulley. Symétrie : ISMN 979-0-2318-0760-8

Après la Grande sonate en mib, voici cette Grande sonate en ut établie également à partir de la seule source existante, le manuscrit Ms 2498 de la Bibliothèque Nationale de France. Il est heureux qu'on redécouvre à travers ces parutions ce compositeur trop longtemps méconnu. L'édition proposée ici est claire et agréable à lire et par conséquent à travailler.

 

Christine MARTY-LEJON : 4 cartes postales. Volume 2 pour piano. 1er cycle-2ème année, 1er cycle-3ème année. Soldano : ES 1051. http://www.partition-soldano.fr/

L'Inde, la Dalmatie, la Californie, Prague, autant de courtes images aussi variées qu'intéressantes qui peuvent, en plus de leur charme intrinsèque, donner lieu à des « écoutes complémentaires » bien enrichissantes. On admirera l'habileté avec laquelle l'auteur a su saisir le style, l'ambiance de ces différents pays. On peut écouter l'intégrale sur le site de l'éditeur.

 

Alireza MASHAYEKHI : Avec Chopin  pour piano. Op. 130. Delatour : DLT2315.

Cette œuvre techniquement difficile est issue de la vision multiculturelle de ce compositeur iranien. Composée à partir de citations de Chopin souvent revisitées et de citations de sa propre musique, elle illustre ce métissage si prôné en notre temps. On pourra l'écouter intégralement sur le site de l'éditeur.

Arnaud PETIT : Douze Pièces faciles pour pianiste fatigué, LE CHANT DU MONDE (www.chantdumonde.com  ), Paris, PN4898,  15 p.

Les titres de ces Douze Pièces faciles d'Arnaud Petit (né à Metz en 1959), en fait de difficulté technique progressive, tendent à évoquer la fatigue et ses manifestations. Ce recueil propose une familiarisation avec les changements de mesures (7/8 - 5/4), le rythme syncopé, le jeu lié, le chromatisme et les tierces parallèles, sauts d'octaves, traits de doubles-croches (n°10 : Queue de chien), le mouvement contraire (L'ombre du chat) ainsi que les accords plaqués.

 

Ivan JEVTIC : Radouïsya pour piano à quatre mains, Paris, LE CHANT DU MONDE (www.chantdumonde.com  ), 2013, PN4891, 28 p.

Composée par Ivan Jevtic (1947-) à Paris, en avril 2004, publiée en 2013 et dédiée « à son ami Dusan Jankov et à sa famille », l'interprétation de la pièce : Radouïsya exige des deux pianistes une grande rigueur, un bon esprit d'équipe et le sens de l'écoute réciproque. L'œuvre est structurée en 4 mouvements : Andante particulièrement expressif, évoluant dans la douceur et nécessitant la maîtrise de la pédale et le respect des nuances (de p dolce à ff) ; Allegro avec rythme précis 3 contre 2 (c'est-à-dire croches par 3 liées contre croches par 2 staccato) ; Andante espressivo e sostenuto imprégné de douceur, comportant des accords arpégés et des changements de mesures (4/4, 5/4, 9/8) ; enfin : Molto rustico, très énergique, page de virtuosité réservée aux bons solfègistes et pianistes chevronnés.

 

Antoine REICHA : Grande sonate en mib. Edition : Michaël Bulley. Symétrie : ISMN 979-0-2318-0758-5.

Antoine Reicha (1770-1836) est maintenant plus qu’un nom et si le professeur qui compta parmi ses élèves Berlioz, Franck, Liszt, et Gounod fut grandement apprécié en son temps, sa musique mérite beaucoup mieux que l’oubli dans lequel elle était tombée. Cette Grande sonate, composée à Vienne mais dont le titre est en Français, est publiée d’après la seule source existante, un manuscrit de la Bibliothèque Nationale. Reicha en écrivit en même temps deux autres. Elle ne démérite pas face à celles de son ami Beethoven. Souhaitons qu’elle trouve bientôt sa place dans les récitals.

Christine MARTY-LEJON, Jean-Claude SOLDANO : Les bêtises pour piano 4 mains. Soldano : ES845. www.editions-soldano.fr

Sous-titrée « Quand trois petits chats s’amusent… », cette pièce porte bien son nom : dans un tempo assez vif, une mélodie, qui évoque à la fois par ses notes et par son rythme le rag-time, folâtre, module pour se terminer en feu d’artifice. L’ensemble est plein de fraicheur. Il est destiné à deux pianistes de fin de cycle 1qui devraient y trouver beaucoup de plaisir.

André TELMAN : L’androïde intelligent pour piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2804.

Cet androïde se décline en trois mouvements qui ont en commun une écriture atonale basée, pour les deux premiers mouvements, sur des quintes parallèles, et pour le troisième sur des quintes diminuées. Mais ces procédés n’ont rien d’artificiel et l’intelligence de cet androïde se manifeste par le subtil jeu des rythmes et des élans lyriques qui le caractérisent. Cette pièce plaira certainement beaucoup par son étrangeté. Sans compter que les allusions à peine voilées au prélude de Tristan permettront au professeur de compléter la culture musicale de ses élèves…

Noël LEE : Distances pour piano. Delatour : DLT2312.

Ecrite en 1996, l’œuvre a été éditée par Dimitri Tchesnokov pour le « Concours-Festival – répertoire pianistique moderne » (Paris 2014). L’éditeur en reconnaît le caractère énigmatique ainsi que la richesse harmonique et polyphonique. Si techniquement la pièce n’est pas d’une difficulté insurmontable, elle n’en demande pas moins une grande maturité. C’est donc une œuvre à découvrir et à faire connaître.

 

Jean-Luc GILLET : Petits préludes pour piano. Moyen. Delatour : DLT2344.

Ces dix petits préludes ont vocation à préparer les jeunes interprètes à l’interprétation de la musique contemporaine. Loin de l’exercice scolaire, ils sont autant de petits tableaux illustrant ou évoquant les titres des pièces.

Sylvain KUNTZMANN : Musiques de sous-bois.

5 pièces pour piano. De débutant à préparatoire (et au-dessus…). Delatour : DLT2214.

Pour être « pédagogiques », ces pièces n’en sont pas moins d’abord de la très agréable musique.

Rose-Marie JOUGLA : Un violon pour une Ochidée.

Rose-Marie JOUGLA : Un violon pour une Ochidée. Version piano à 4 mains. Delatour : DLT2234.

 

Voir le compte-rendu de cette pièce sous la rubrique « Accordéon ».