Marc MAÏER : Les Sonates de Mozart, Les clés pour les jouer, Delatour : DLT2810.

Pour travailler les sonates de Mozart, l’auteur propose des exemples de formules en gammes, en arpèges, en arpèges brisés, en tierces et quartes brisées, des formules «  rotatives  », des formules de trilles, de mordants, de grupetti, des exercices pour la basse d’Alberti, pour les tierces et sixtes liées ou détachées, pour les octaves, les accords, les doigtés, certes utiles, mais pas très originales. En fin de chaque chapitre, Marc Maïer renvoie aux mesures des sonates qui présentent ces problèmes techniques.
Si, dans ces lignes de conclusion, l’auteur recommande de «  toujours travailler dans un esprit musical  », il écrit aussi, dans son introduction, «  le but recherché sera bien entendu une interprétation respectant le style, le toucher mozartien ; mais nous savons que ces étapes ne pourront être abordées qu’après avoir maîtrisé les différentes difficultés techniques  » …
On pourrait aussi se demander si les exercices proposés sont «  réservés  » uniquement aux sonates de Mozart : en quoi le travail des sonates de Scarlatti, qui contiennent ces mêmes problèmes techniques serait-il différent ? Ni le travail du toucher, ni le jeu du poignet, ni la recherche de phrasé, ni le travail de la vélocité ne sont particulièrement évoqués dans ces exercices ; cet ouvrage s’attache au travail technique, basé sur des variations rythmiques, sur l’utilisation de différents doigtés, ce qui demande beaucoup de temps et de patience…
Sophie Jouve-Ganvert