Des six pièces pour piano op. 32 de ce compositeur norvégien à cheval sur le XIX° et le XX° siècle (1856 – 1941), seule la troisième, Frühlingsrauschen  (Souffle du printemps) est encore couramment jouée aujourd'hui et c'est dommage. Espérons que cette nouvelle édition permettra de les tirer d'un oubli injuste. On pourra lire avec beaucoup d'intérêt la préface de Michael Kube et les notes sur l'interprétation par Peter Roggenkamp, grâce aux traductions françaises de Geneviève Geffray.