Trois anges passent…

Bernard ZIELINKY, Arletta ELSAYARY : Trois anges passent… pour batterie et piano. Préparatoire. P.L.2571.

Ce titre sibyllin cache en réalité une très jolie pièce très… angélique. L’indication de caractère qui figure au début est « Con Affetto Affettuoso. » On voit ainsi à quelle délicatesse de jeu sont appelés les deux interprètes. Il leur faudra beaucoup d’écoute mutuelle pour jouer avec les timbres de leurs instruments et laisser passer les anges !

 Tuning

Yves CARLIN – Claudy MAHIEU : Tuning pour caisse claire et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2656.

Voici une pièce pleine d’entrain et de vie qui demande une bonne entente, un bon synchronisme, un bon « tuning » entre les deux interprètes. A ce prix, le résultat devrait être bien agréable à écouter.

 

 Fitness

Max MÉREAUX : Fitness pour caisse claire et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L. 2597.

Le titre est tout un programme ! Si après cela les deux interprètes ne sont pas dans une forme éblouissante, c’est qu’ils n’auront pas donné toute l’énergie et toute la vélocité que requiert ce morceau par ailleurs bien plaisant.

 

Aubia

Wieslaw JANECZEK : Aubia. Pièce en trois mouvements pour percussions et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.2578.

Les percussions mises en œuvre dans cette pièce sont trois timbales pour le premier mouvement, un xylophone dans le deuxième et, dans le troisième, des percussions diverses. Les timbales s’expriment dans un adagio puis un moderato où le piano entre en résonnance avec les fondamentales données par les timbales. Le deuxième mouvement est plein de grâce et de vélocité quant au troisième, il permet au percussionniste de s’exprimer en dialogue avec le pianiste. Le tout constitue un ensemble varié très intéressant.

 La romance de Pascaline

Pascal SAINT-LÉGER – Yvette-Line AUGUSTINE : La romance de Pascaline pour vibraphone et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2528.

Ce délicieux pastiche des romances un peu sentimentales du début du siècle (le XX°, bien entendu…) est particulièrement agréable et réussi. Il suffira d’interpréter « dans le style » pour que l’ensemble soit à la fois charmant et en même temps fasse éclore un léger sourire de la part de l’auditeur. Souhaitons donc beaucoup de plaisir tant aux interprètes qu’à leur public.

Bruno GINER : Irae.

Piano et percussion. Dhalmann : FD0387.

Cette commande du Concours International d’Orléans « Brin d’herbe 2013 » n’est évidemment pas de la plus grande facilité. Irae : allusion au « jour de colère » ou à des « colères » qui s’exprimeraient dans cette pièce tumultueuse ? Difficile de le savoir. Beaucoup de travail mais aussi beaucoup de plaisir en perspective !

 

Régis FAMELART : Puissance 2

Ensemble de tambours à quatre voix. Niveau moyen-difficile. Dhalmann : FD0367.

Cette pièce peut aussi âtre jouée sur caisse claire ou tom basses. Il s’agit d’une pièce « tambourinaire » bien vivante et bien réjouissante qui peut servir d’introduction à une audition ou à un spectacle et permet de faire jouer ensemble toute une classe de percussion.

 

Nicolas LEFEBVRE : G.T. Pièce visuelle

pour 6 tambours et grosse caisse. Niveau moyen-difficile. Dhalmann : FD0267.

L’auteur fait de sa pièce, dont le titre s’explique par les initiales du dédicataire, sinon une chorégraphie, du moins une scénographie. Une nomenclature gestuelle très détaillée fait partie intégrante de la partition. L’ensemble devrait être aussi plaisant à regarder qu’à écouter.

 

La méthode Pygmalion

Denis DIONNE : La méthode Pygmalion. Découvrez, apprenez, créez ! Dhalmann : FD0394.

A partir d’études simples à jouer d’abord sur la caisse claire, l’auteur propose toute une série de « jeux » dans tous les sens du terme permettant à l’élève de découvrir et de maîtriser l’ensemble des instruments mis peu à peu à sa disposition. Si l’idée est simple, disons qu’il fallait quand même y penser ! Et n’est-ce pas mettre tout de suite l’élève « en situation » ? Amateur ou professionnel, peu importe : un batteur inventif est une bénédiction.

Les claviers de percussion de deux à quatre

Thomas Vandevenne : Les claviers de percussion de deux à quatre. Volume 1. Dhalmann : FD0375.

Il s’agit d’une méthode très complète mettant non seulement en jeu la technique des baguettes (de deux à quatre) mais toutes les notions solfégiques, mélodiques, dynamiques et harmoniques qui en découlent. On lira avec beaucoup d’intérêt la « Note aux élèves » que tout musicien peut lire avec profit et transposer pour son propre instrument. Interprétation et création s’interpénètrent tout au long des pages. Bref, il s’agit d’un ouvrage d’une grande richesse et pleinement pédagogique.

Au bord du soir

Olivier DEVIENNE : Au bord du soir pour caisse claire et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2491

 

Tandis que le piano égrène une fort jolie mélodie, la caisse claire ponctue le discours par un rythme tantôt parallèle à celui de la mélodie, tantôt en introduisant ses propres ponctuations. Le tout constitue un ensemble bien agréable et qui exercera nos jeunes interprètes à l’écoute mutuelle.

 

Jogging

Max MÉREAUX : Jogging pour caisse claire et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.2453.

Tandis que le piano se lance dans une course ininterrompue en ternaire, la caisse claire l’encourage par des rythmes entrainants rappelant à certains moments ceux de l’Apprenti sorcier. Il faudra à nos interprètes beaucoup de régularité et de constance pour mener à bien cette course qui culmine sur un fortissimo.

Bruno GINER : Mémoires de Peaux

pour six percussionnistes. Dhalmann : FD0358.

Cette œuvre pour six percussionnistes utilise les instruments à peaux de base : toms échelonnés, bongos, caisses claires et grosses caisses. C’est une œuvre difficile créée à Montréal en novembre 2011 par l’ensemble dédicataire Sixtum. Elle utilise tous les procédés mis en œuvre habituellement par son auteur, notamment la spatialisation.

Thomas VANDEVENNE : Alcazar.

Marimba solo. Dhalmann : FD0392.De niveau intermédiaire, cette pièce pour marimba solo exploite toutes les possibilités rythmiques et mélodiques de l’instrument. Improvisation sur un rythme donné et sur le mode phrygien, un choral, bref beaucoup de variété dans cette œuvre tout à fait attachante.

 

Marimba Concerto n° 1 : One World – One Dream – One Love

Chin-Cheng LIN : Marimba Concerto n° 1 : One World – One Dream – One Love. Réduction pour Marimba et piano. Dhalmann : FD0348PR.

Composé en 2009, la version originale est conçue pour orchestre symphonique. Il a été ensuite réécrit pour orchestre à cordes.

Memoro. Percussion duo

Aïko MIYAMOTO : Memoro. Percussion duo. Dhalmann : FD0359.

Arrivée en France en 1990, cette percussionniste japonaise entrée depuis 1991 à l’Orchestre National de Lille se consacre également depuis quelques années à la composition. Elle présente ainsi son œuvre :

Looping pour percussions et piano

Sébastien CALCOEN, Michel NIERENBERGER : Looping pour percussions et piano (caisse claire/tom basse/cymbale suspendue). Débutant. Lafitan : P.L.2421.

Bien que débutant, il faudra que le jeune batteur ne manque pas de sens du rythme et

Timbaliculture pour timbales et piano

ean COYEZ : Timbaliculture pour timbales et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.2529.

Voici une œuvre où les timbales jouent une vraie partie concertante.  Quelques réminiscences ponctuent le discours : « Il court le furet » ou

Cool la vie !

Bernard ZIELINSKI, Arletta ELSAYARI : Cool la vie ! Pièce pour caisse claire, 3 toms, grosse caisse et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2382.

Si le principal objet de cette pièce est d’habituer le jeune batteur à jouer avec un pianiste dès les premières années d’apprentissage, comme

Hamy.

Christian HAMOUY, Paul MINDY : Hamy.  Ensemble pour marimba et percussions traditionnelles.  Dhalmann : FD0275.

De difficulté moyenne, cette œuvre en quatre parties est tout à fait originale en ce qu’elle veut permettre des passerelles entre les classes de percussions classiques et celles de percussions traditionnelles. Les auteurs, issus eux-mêmes de ces deux traditions, présentent la manière d’interpréter ces pièces. Ils donnent ce conseil très judicieux qui résume bien leur propos : « Il est recommandé d’explorer auparavant ces instruments qui

Capalès.

Régis FAMELART : Capalès.  Concert’Opéra pour piano et percussion d’après Carmen de Georges Bizet pour la fin du cycle 1. Dhalmann : FD0373.

Voici une œuvre bien réjouissante qui s’inscrit dans la lignée des nombreuses « fantaisies » sur des thèmes d’opéra pour divers instruments qui ont fait florès au XIXe siècle. On la voit bien terminer brillamment une audition d’élèves. Bref, souhaitons beaucoup de plaisir aux interprètes et à leurs auditeurs !

Show Time.

Nicolas LEFEVRE : Show Time.  Pièce visuelle pour deux tambours et grosse caisse. Dhalmann : FD0266.

De difficulté technique moyenne à difficile, ce trio ponctué d’exclamations met en valeur la précision rythmique et le sens de l’écoute mutuelle des interprètes.