Yves LAFARGUE : Strophe  pour orgue. Difficile. Delatour : DLT2399.

Cette pièce a été écrite pour le concours de composition Dom Bedos de Bordeaux en 2002. Il s'agissait d'utiliser les sonorités typiques de l'orgue classique français représenté ici par l'orgue Dom Bedos de l'église Sainte Croix de Bordeaux, restauré par Pascal Quoirin.

Jean-François TAPRAY : 5 pièces inédites : 4 Noëls et Air de l'écho  pour orgue. Facile. Delatour : DLT2547.

Jean-François Tapray (v. 1737 – v. 1819), est une redécouverte récente. On en lira l'historique sur la partition ou le site de l'éditeur. Rendons donc grâce à Yannick Merlin de nous faire découvrir ces œuvres qui ne manquent pas d'originalité. Pour en rendre tout le suc, il faudra disposer d'un instrument haut en couleurs.

Gérard HILPIPRE : Triptyque  pour orgue. Moyen. Delatour : DLT2482.

Il s'agit de la première œuvre pour orgue écrite par l'auteur en 1986-87. Le premier volet, intitulé Genèse, s'ouvre sur de larges accords fortissimo auxquels succèdent un tempo agitato.

Yves LAFARGUE : Sur le nom de Jules Magen  pour orgue. Moyen. Delatour : DLT2398.

Avant tout commentaire, on a tout simplement envie de dire : quelle belle œuvre ! D'autant qu'on peut l'écouter intégralement sur le site de l'éditeur (et Youtube) dans une vidéo qui fait découvrir en même temps l'instrument sur lequel elle a été réalisée et l'église qui sert d'écrin à cet instrument.

Johan-Sebastian BACH : Trois mouvements extraits des sonates et partitas transcrits pour orgue  par Natacha Casagrande. Chanteloup-musique : CMP028.

On peut discuter à perte de vue de l'opportunité et de la pertinence de telles transcriptions. Quoi qu'il en soit, il faut reconnaître la fidélité de celles-ci et le soin qui y a été apporté. Il s'agit de l'Adagio de la Première sonate BWV 1001 pour violon seul, de l'Andante de la  Deuxième sonate BWV 1003 et du Largo de la Troisième sonate  BWV 1005. On aurait mauvaise grâce à ne pas reconnaître l'intérêt de ces transcriptions et leur qualité. Bach lui-même n'a-t-il d'ailleurs pas souvent donné l'exemple, que ce soit pour Vivaldi ou pour certaines de ses propres œuvres ?

 

 

J.S. BACH : Troisième partie du Clavier Übung. Œuvres d'orgue vol. 4. Bärenreiter Urtext : BA5264.

Cette nouvelle édition est une mise à jour du volume correspondant de la « New Bach Edition » présentée par Manfred Tessmer en 1969. Ce volume contient une importante préface de Christoph Wolff qui non seulement décrit la genèse de l'œuvre mais apporte une mise à jour des sources. Une attention particulière a été apportée aussi aux « tournes » dans cette nouvelle édition. On notera également la présence, en tête de cette édition, des mélodies utilisées par Bach (kyrie grégorien ou chorals).

Valéry AUBERTIN :Troisième sonate.  Deuxième livre d'orgue. Chanteloup musique : CMP031.

Trois grandes parties dans cette œuvre : I – Chant général. II – Sonate sur le passage de la nuit. III Toccata. La « sonate sur le passage de la nuit se subdivise elle-même en trois parties : 1 – Nuit, 2 – Aube – 3 – Micro sonate subdivisée elle-même en trois micro mouvements.

L'ensemble  est présenté par l'auteur de façon détaillée avec les conseils de registration qui s'impose car l'œuvre repose essentiellement sur les ambiances de couleurs sonores. Il faudra donc, pour lui rendre justice, disposer d'un instrument capable de traduire toutes ces nuances de couleurs exprimées, bien sûr, par la structure rythmique, mais surtout par le chatoiement des divers timbres.

 

 

Archangelo CORELLI : Concerto grosso op. 6 n°8 pour la nuit de Noël.  Transcription pour grand orgue de Georges Bessonnet. Delatour : DLT1736.

Beaucoup d'organistes seront certainement très heureux de pouvoir mettre à leur répertoire cette très agréable transcription de ce célèbre concerto de Corelli. Deux claviers pédalier peuvent suffire. Un troisième clavier de gâchera rien… La transcription joue sur les différents plans sonores existant déjà dans l'œuvre orchestrale mais qui sont ici encore davantage mis en valeur par une régistration subtile. Bien sûr, un instrument baroque rendra au mieux les couleurs de cette œuvre, mais il serait dommage de s'en priver si on dispose d'un autre instrument ! Cette transcription est en tout cas une excellente idée remarquablement réalisée.

Gabriel FAURÉ : Requiem.  Arrangement pour orgue de Christina Harmon. Delatour : DLT2529.

Beaucoup d'organistes n'ont pas attendu cette transcription pour mettre à leur répertoire telle ou telle partie du célèbre Requiem. Mais rendons grâce à Christina Harmon de nous en donner ici une transcription intégrale, tout à fait respectueuse du style de l'œuvre. Bien sûr, il faudra parfois adapter : tout le monde ne dispose pas forcément d'une flûte de 4' au pédalier pour jouer la mélodie de l' « In paradisum », mais les organistes sont habitués à résoudre ce genre de problème… L'ensemble est, en tout cas, tout à fait convaincant et rendra, comme le souhaite l'éditeur, grand service aux organistes liturgiques.

Félix MOREAU : Petite suite liturgique  pour orgue sans pédale. Assez facile. Delatour : DLT2546.

Sans pédale, certes mais avec au moins deux claviers et plutôt trois… L'auteur présente ainsi son œuvre écrite à la demande de ses élèves : « Je me suis efforcé d'écrire pour orgue 7 versets ou interludes brefs, sans pédale et dans le style tonal et atonal ». Si les titres sont classiques et rappellent les recueils de Franck, le style est tout à fait personnel. Ces pièces, qui font entre cinquante secondes et deux minutes, sont effectivement d'usage liturgique. On appréciera tout spécialement la « Monodie », sur le « Christus factus est… », l'un des chefs-d'œuvre du chant grégorien.

Nacho RIBAS TALENS : Pasacalle glosado  pour grand orgue. Chanteloup musique : CMP019.

Cette pièce a été écrite en  2011 par cet organiste et compositeur espagnol pour le tricentenaire de la mort de Juan Bautista Cabanilles. L'œuvre se compose d'un thème et de vingt-quatre variations qui revisitent la structure de la Passacaille. Les indications de registration sont très précises tout en laissant une grande liberté d'interprétation à l'organiste en fonction de l'instrument dont il dispose. Il y faudra de toute façon un instrument riche en timbres. Il faudra également se remettre dans l'oreille la facture si particulière des orgues espagnols…

 

Daniel MOULT : An easy Handel. Pièces originales et arrangements. Organ Album. Bärenreiter : BA 11 213.

Voici un recueil copieux contenant de courtes pièces originales ou transcrites et arrangées pour l'orgue. Il séduira d'emblée les jeunes ou nouveaux organistes en leur procurant dès leurs débuts une littérature de qualité. Les réductions sont faites dans le respect total des harmonies primitives. On va d'une grande simplicité à une difficulté moyenne, mais l'ensemble s'adresse vraiment à des débutants. Une préface très détaillée donne à la fois une présentation des œuvres et des indications d'interprétation et de registration tout à fait pertinentes. Cet album devrait connaître un grand succès et rendre de nombreux services.

Jean-Christophe AURNAGUE : Suite ailée.  Œuvre pour grand orgue. Delatour : 2429

Cette œuvre a été écrite à l'occasion de la restauration de l'église du Sacré Cœur de Monaco. Titulaire de l'orgue de cette église, l'auteur témoigne de son émotion et de son émerveillement dans cette Suite en trois parties, trois battements d'ailes. Il nous entraine d'abord  sur les ailes de la charité. Puis un Adagio nous fait planer grâce aux Ailes de la Foi. Enfin, une toccata nous entraine avec les Ailes de l'Espérance. Le tout est tout à fait jubilatoire sans être d'une difficulté insurmontable, mais demande un instrument capable de rendre toutes les couleurs demandées par cette Suite.

BRET (Julien) : Hévélius, pour orgue. Paris, Le Chant du Monde (www.lechantdumonde.com ), OR 4947, 2015, 22 p. –.

'illustration ci-dessous : Uranographia, argo navis, Johannes Hevelius révèle que l'auteur est un astronome polonais auquel Hervé Désarbre, organiste du Val de Grâce (Paris), a rendu hommage en créant, le 24. 06. 2015 : Hévélius, cette œuvre de Julien Bret, au Grand Orgue de la Cathédrale d'Oliwa en Pologne, comme il se doit. Jan Heweliusz (28. 01. 1611-28. 01. 1687), alias Hevelius, est né dans une famille de riches brasseurs.

Pascale ROUET : Pour continuer… l'orgue. Répertoire de pièces avec pédalier. Volume 1. Delatour : DLT2533.

Dans le même esprit que dans les recueils recensés ci-dessus, Pascale Rouet présente un florilège de pièces anciennes et contemporaines qui constituent une véritable méthode d'orgue. La première partie est axée sur l'acquisition progressive des difficultés les plus courantes au pédalier, la deuxième partie mélange les difficultés. On ne serait trop remercier les compositeurs contemporains, qu'on ne peut tous citer ici, d'avoir composé spécialement pour cet ouvrage.

Pascale ROUET : Bien commencer… l'orgue. Répertoire pour les premières années. Delatour : Volume 1 : DLT2535. Volume 2 : DLT2537. Volume 3 : DLT 2539.

Voici un ouvrage bien intéressant puisqu'il permet une initiation à l'orgue à un âge où on commence plutôt le piano. Pièces anciennes adaptées et pièces contemporaines se succèdent de façon graduée. Les explications pour la mise en œuvre sont parfaitement claires. Une présentation de l'instrument précède le répertoire : bien sûr, le professeur devra illustrer et compléter le tout. On sent que l'auteur a longuement pratiqué cette initiation des plus jeunes (à partir de six ans) et maîtrise parfaitement cette pédagogie. Les volumes deux et trois suivent la même progression et la même alternance entre pièces anciennes et contemporaines, mais avec une augmentation en longueur et en difficulté.

Karl-Peter CHILLA : Enjoy the organ 3. Sélection de pièces faciles à jouer. Bärenreiter : BA11209.

Ce recueil sera apprécié par les organistes amateurs ou de niveau moyen car il permet de se constituer un répertoire pour l'office à partir d'œuvres de compositeurs de qualité transcrites pour orgue avec beaucoup de goût et de fidélité par Karl-Peter Chilla. Ces pièces sont facilement adaptables à tous les types d'instruments.

 Méditation  pour orgue

Jean-Charles GANDRILLE : Méditation  pour orgue. Delatour : DLT2129.

L'œuvre porte bien son nom : si elle ne demande pas un gros instrument (deux claviers – pédalier suffiront), il faudra en revanche pouvoir jouer sur l'ensemble gambe/voix céleste afin d'exprimer toute la finesse et la sensibilité de cette belle pièce.

 Pièces minimalistes pour la liturgie

Jean-Charles GANDRILLE : Pièces minimalistes pour la liturgie. Delatour : DLT2371.

Ces pièces, de moyenne difficulté et ne demandant pas forcément un gros instrument (trois claviers sont souhaitables mais deux peuvent suffire) sont destinées à l'usage liturgique mais peuvent, bien sûr, constituer aussi des pièces de concert. Le style de l'auteur est à la fois moderne et traditionnel, dans la lignée des grands organistes français du XX° siècle. Minimalistes par la taille et une certaine sobriété, ces pièces ne le sont nullement par leur qualité spirituelle.

Henriette PUIG-ROGET : Trois pièces  pour grand orgue. Delatour : DLT2183

On se reportera à la recension précédente pour la personnalité de l'auteur. Ajoutons seulement que, comme pour les précédentes, cette publication a été possible grâce à Alain Cartayrade, secrétaire général de l'association Maurice et Marie-Madeleine Duruflé qui a œuvré avec la fille de l'auteur, ainsi que Yannick Merlin et Mami Sakato, organiste à Tokyo et filleule de l'auteur, pour que ces partitions soient disponibles et éditables.

Henriette PUIG-ROGET : Trois prières  pour grand orgue. Delatour : DLT2182.

Elève de Marcel Dupré et de Charles Tournemire, Henriette Puig-Roget (1910-1992) fut une musicienne accomplie. Remarquable pianiste, collaborant à de nombreuses émissions radiophoniques, elle fut aussi une non moins remarquable organiste, tant à la Grande Synagogue de la rue de la Victoire qu'à l'Eglise Réformée de l'Oratoire du Louvre. Mais elle eut aussi une activité moins connue de compositrice.

Remercions d'abord les éditions Delatour de publier pour la première fois cette œuvre monumentale d'un compositeur trop méconnu. Ce baron aux multiples talents, compositeur, pianiste et organiste, pédagogue, écrivain, poète, photographe, élève d'Alexandre Guilmant, Théodore Dubois et Camille Saint-Saëns fut un des fondateurs de la Schola Cantorum où, professeur d'harmonie, il comptera parmi ses élèves Déodat de Séverac, Blanche Selva, Auguste Le Guennant