13 Variations sur l’hymne « Veni Creator ».

Guy MORANÇON : 13 Variations sur l’hymne « Veni Creator ».  Le Chant du Monde : OR 4789. 16 p.  13 €.

 

Guy Morançon (1927-), renouant avec la tradition liturgique, a composé en 2010 ces 13 Variations. D’entrée de jeu, la main droite (jeu de hautbois) énonce le thème grégorien bien connu, en croches égales.  Dans les différentes Variations, il est présenté en valeurs plus longues, avec une légère ornementation donnant lieu à des triolets de croches (2e Variation),

 Siegfried-Idyll.

Richard WAGNER : Siegfried-Idyll.  Transcription par Edwin H. Lemare. Schott (www.schott-music.com) : ED 13472.  16 p.

 

Faisant appel au jeu d’anches (solo), plein jeu, chœur & pédalier, fort habile est cette transcription.

 

Concerto en ré majeur.  Trio à trois mains

Claude BALBASTRE : Concerto en majeur.  Trio à trois mains.  Restitution pour l’orgue par Marie-Agnès Grall-Menet.  1 CD.  Delatour : DLT1279

 

Précisons tout de suite que ces deux œuvres ont bien été écrites originellement pour orgue. Marie-Agnès Grall-Menet suppose, vraisemblablement à juste titre, que si le trio a été écrit « à trois mains », c’est à cause de l’impossibilité de jouer la troisième partie sur un petit pédalier à la française entièrement en tirasse.  Voilà pourquoi elle nous en offre cette version pour un seul organiste, mais avec pédalier complet…

Guillaume LASCEUX : Essai théorique et pratique sur l’art de l’orgue.Présentation par Jean Saint-Arroman. « Dominantes ». Anne Fuzeau Classique. Anne Fuzeau Productions : http://www.editions-classique.comQue voilà un ouvrage passionnant ! Né en 1740, l’auteur meurt à Paris en 1831. Il a donc connu de nombreux régimes et différentes manières d’exercer son art puisque, organiste de Saint Étienne du Mont au moment de la Révolution, il y continuera d’exercer en accompagnant les cérémonies des théophilanthropes à Saint-Étienne-du-Mont, convertie en «Temple de la Piété Filiale».  Il y reprit son poste d’organiste en 1803

Noël LEE : Mosaïquespour orgue. 1 vol. 1 CD. Delatour : DLT0816.

Créée par Yves Castagnet en 1989, cette œuvre, la seule de Noël Lee pour orgue, s’écoute avec beaucoup de plaisir : le langage, qualifié de dodécaphonique et néo-classique, est surtout pleinement original au service d’une œuvre d’une grande beauté. Il y faudra un instrument d’au moins deux claviers et possédant des mixtures et des anches substantielles. Les suggestions de registration ont été établies par Dominique Merlet et Carolyn Shuster-Fournier qui en a réalisé l’enregistrement aux grandes orgues Cavaillé-Coll de l’église Saint-Antoine-des-Quinze-Vingts à Paris.

Stéphane DELPLACE : Chacone pour orgue. 1 vol. 1 CD. Delatour : DLT1886.

 

L’histoire de cette œuvre est assez étonnante dans la mesure où elle a été écrite au départ sans destination particulière d’instrument… En fait, le hasard qui en a fait une véritable pièce pour orgue, avec la collaboration de son dédicataire Denis Comtet, peut être qualifié de providentiel.  Quoi de plus organistique que cette œuvre qui évoquera pour tout organiste une certaine Passacaille de la même tonalité… Hyper-tonale ?  Sans doute. Mais surtout, c’est une fort belle œuvre, remarquablement enregistrée par son dédicataire au grand orgue de Saint-François-Xavier, à Paris.

 

Carsten CLOMP : Organ plus one.

Passion Ostern Easter.  Œuvres originales et arrangements pour le service d’église et le concert.  Bärenreiter : BA 8503.

Concerts ou services, il s’agit bien d’œuvres liturgiques, même si elles peuvent être utilisées bien au-delà du cadre du culte réformé.  Les thèmes sont ceux des chorals traditionnels.  Les pièces, qui peuvent leur servir de prélude, ont été transposées dans le ton de l’Evangelisches Gesangbuch.  Comme le titre l’indique, les arrangements ou compositions sont écrits pour orgue & un instrument mélodique, plutôt à vent.  Le volume contient la partie de l’instrument qui s’ajoute à l’orgue dans les tonalités d’ut, sib, mib et fa, pour pouvoir s’adapter à tous les instruments.

Jacques VEYRIER : Prélude, aria et fugue

Delatour : DLT0644.

Il est un peu étonnant, de prime abord, de ne trouver aucune indication de registration pour ce triptyque de forme classique, mais d’un contenu qui l’est moins.  Mais après tout, puisqu’il n’existe pas deux instruments semblables, n’est-ce pas au contraire faire confiance au goût et au savoir-faire de l’instrumentiste ?  D’ailleurs, une simple lecture de l’œuvre suggère immédiatement un monde sonore, des timbres, une esthétique… que nous ne préciserons pas davantage : à chacun son interprétation !  Mais ce serait vraiment dommage de ne pas en découvrir la richesse et la poésie.

 

Organ plus one

Carsten CLOMP : Organ plus one.  Passion Ostern Easter.  Œuvres originales et arrangements pour le service d’église et le concert.  Bärenreiter : BA 8503.

 

Concerts ou services, il s’agit bien d’œuvres liturgiques, même si elles peuvent être utilisées bien au-delà du cadre du culte réformé.  Les thèmes sont ceux des chorals traditionnels.  Les pièces, qui peuvent leur servir de prélude, ont été transposées dans le ton de l’Evangelisches Gesangbuch.  Comme le titre l’indique, les arrangements ou compositions sont écrits pour orgue & un instrument mélodique, plutôt à vent.  Le volume contient la partie de l’instrument qui s’ajoute à l’orgue dans les tonalités d’ut, sib, mib et fa, pour pouvoir s’adapter à tous les instruments.

 

 

 

 Prélude, aria et fugue

Jacques VEYRIER : Prélude, aria et fugue pour orgue.  Delatour : DLT0644.

Il est un peu étonnant, de prime abord, de ne trouver aucune indication de registration pour ce triptyque de forme classique, mais d’un contenu qui l’est moins.  Mais après tout, puisqu’il n’existe pas deux instruments semblables, n’est-ce pas au contraire faire confiance au goût et au savoir-faire de l’instrumentiste ?  D’ailleurs, une simple lecture de l’œuvre suggère immédiatement un monde sonore, des timbres, une esthétique… que nous ne préciserons pas davantage : à chacun son interprétation !  Mais ce serait vraiment dommage de ne pas en découvrir la richesse et la poésie.

Variations pour orgue sur O Filii et Filiae

Claude MONNIER : Variations pour orgue sur O Filii et Filiae…  Armiane : EAL 470.

Organiste de l’église Saint-Joseph de Clamart, Claude Monnier, avec ses variations de niveau facile, permettra aux organistes débutants d’avoir à leur répertoire une œuvre fort intéressante.  Faciles techniquement, ces variations n’en possèdent pas moins un grand intérêt musical.  Deux claviers, un pédalier et quelques mutations, c’est tout ce qu’il faut pour interpréter ces pièces variées dans leur style et dans le traitement du thème qui passe des mains aux pieds, sans oublier une variation en canon fort bienvenue.

 Six préludes divers.  Six fugues pour l’orgue

Guy MIAILLE : Six préludes divers.  Six fugues pour l’orgue.  Les Escholiers (17, rue du Bois, 28310 Santilly.  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), 2011.  34 p.

Les éditions « Les Escholiers », toujours dynamiques, proposent aux organistes une sélection de Préludes, Fugues, Toccata de difficulté technique moyenne (avec précision des registrations appropriées) pouvant servir d’entrée ou de sortie de messes dominicales.  À noter le Prélude et la Fugue pour l’abbé Armand Ory, sur un air de Déodat de Séverac : De mai, le frais sourire.  Un CD interprété par le compositeur illustre les caractéristiques de ce programme classique : simplicité, atmosphère plus populaire, effets parfois inattendus voire primesautiers, souci didactique, clarté (Fugue, p.32 sqq.).  Professeurs et élèves pourront sélectionner les œuvres convenant à leurs affinités.

Kleine Choralvorspiele und Begleitsätze… : Gottesdienst.

Gunther Martin GÖTTSCHE & Martin WEYER : Kleine Choralvorspiele und Begleitsätze… : Gottesdienst.  Kassel, Bärenreiter : BA 9274, 2011.  71 p.  29,95 €.

 

Les organistes - soucieux, pour les entrées et les sorties, de respecter les mélodies officielles ou de les faire connaître lors d’un culte (Gottesdienst) dans une adaptation contemporaine - apprécieront à sa juste valeur ces petits préludes et harmonisations de chorals.  Ces pages correspondant au recueil luthérien actuel reposent sur des mélodies antérieures à la Réforme, par exemple : Allein Gott in der Höh sei Ehr (p.24), reposant sur le Gloria in excelsis Deo (IVe siècle) et arrangé par Nicolas Decius (1523) et la version œcuménique sur la même source : Gott in der Höh sei Preis und Ehr (p.26), composée par G. M. Göttsche.  Elles exploitent également des mélodies

REQUIEM UT 772 pour chœur, solistes et orgue

Philippe MAZÉ : REQUIEM UT 772 pour chœur, solistes et orgue.  Éditions de la Schola Cantorum (Sapin 2a, CH-2114 Fleurier.  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), 2011, Préface III, 95 p.

Nous avons déjà attiré l’attention des discophiles sur le Requiem UT 772 (cf. Lettres d’information, septembre 2010 et février 2011) de Philippe Mazé.  La partition, très bien gravée, pour chœur, solistes et orgue, manquait encore.  Cette lacune vient d’être comblée grâce aux Éditions de la Schola Cantorum (Suisse).  Une remarquable préface du compositeur précise les circonstances historiques bien connues, les 3 niveaux de lecture (émotionnelle, analytique et spirituelle), les symboles numériques ayant présidé à la genèse de l’œuvre (de l’Introït au In paradisum) : de quoi éclairer les lecteurs et les chefs qui auront à cœur de diffuser ce Requiem exceptionnel (partition d’orgue, format horizontal : SC 8736/O).

Six préludes divers.  Six fugues pour l’orgue.

Guy MIAILLE : Six préludes divers.  Six fugues pour l’orgue.  Les Escholiers (17, rue du Bois, 28310 Santilly.  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), 2011.  34 p.

Les éditions « Les Escholiers », toujours dynamiques, proposent aux organistes une sélection de Préludes, Fugues, Toccata de difficulté technique moyenne (avec précision des registrations appropriées) pouvant servir d’entrée ou de sortie de messes dominicales.  À noter le Prélude et la Fugue pour l’abbé Armand Ory, sur un air de Déodat de Séverac : De mai, le frais sourire.  Un CD interprété par le compositeur illustre les caractéristiques de ce programme classique : simplicité, atmosphère plus populaire, effets parfois inattendus voire primesautiers, souci didactique, clarté (Fugue, p.32 sqq.).  Professeurs et élèves pourront sélectionner les œuvres convenant à leurs affinités.

Kleine Choralvorspiele und Begleitsätze… : Gottesdienst

Gunther Martin GÖTTSCHE & Martin WEYER : Kleine Choralvorspiele und Begleitsätze… : Gottesdienst.  Kassel, Bärenreiter : BA 9274, 2011.  71 p.  29,95 €.

 

Les organistes - soucieux, pour les entrées et les sorties, de respecter les mélodies officielles ou de les faire connaître lors d’un culte (Gottesdienst) dans une adaptation contemporaine - apprécieront à sa juste valeur ces petits préludes et harmonisations de chorals.  Ces pages correspondant au recueil luthérien actuel reposent sur des mélodies antérieures à la Réforme, par exemple : Allein Gott in der Höh sei Ehr (p.24), reposant sur le Gloria in excelsis Deo (IVe siècle) et arrangé par Nicolas Decius (1523) et la version œcuménique sur la même source : Gott in der Höh sei Preis und Ehr (p.26), composée par G. M. Göttsche. 

 Six Pièces pour orgue

Jean-Dominique PASQUET : Six Pièces pour orgue.  Europart Music (www.europart-diffusion.com).  31 p.

 

Après l’édition du Notturno et de Mosaïque de J.-D. Pasquet, ses Six Pièces pour orgue retiendront l’attention à plus d’un titre.  Ses affinités avec l’œuvre de M. Dupré sont bien connues, et ce volume s’ouvre aux accents du Lamento in memoriam du maître décédé en 1971, avec traduction musicale de son nom.  D’une manière générale, les registrations, alternances de claviers, indications techniques (nuances, agogique, tempi, jeu legato/non legato, avec/sans pédale) sont indiquées avec une grande précision.  Son Lamento est dédié à S. Chaisemartin, et son Choral varié, à M.-L. Girod-Parrot, avec un thème bien rythmé et 5 variations.  Pour le Temps de

Jeu d’ombre et de lumière

Max MÉREAUX : Jeu d’ombre et de lumièrepour orgue.  Armiane : EAL 488.

 

Cette œuvre suppose un instrument à trois claviers, mais peut évidemment s’adapter à d’autres instruments.  À un récitatif monodique très expressif succède une partie fuguée et contrastée qui illustre bien le titre.  Peut fort bien trouver sa place dans un contexte liturgique.

 

 Allegretto de la 7e Symphonie.

Ludwig van BEETHOVEN : Allegretto de la 7e Symphonie. Transcription pour orgue par Yves Lafarge.  Delatour : DLT1831.

Après une période de purisme outrancier, ces transcriptions retrouvent leur heure de gloire. Les organistes n’hésitent plus à reprendre une tradition de transcriptions d’œuvres symphoniques. Celle-ci est particulièrement réussie.  Inutile de dire l’importance de la registration pour ne pas trahir la remarquable mise en valeur des différents plans musicaux et être fidèle tant à l’auteur qu’au transcripteur.

14 Méditations pour orgue

Didier MATRY : 14 Méditations pour orgue.  Armiane : EAL438.

 

Bien que l’auteur soit titulaire du grand-orgue de Saint Augustin à Paris, ces pièces ne demandent pas un instrument très important.  Ces quatorze très courtes méditations portent bien leur nom et trouveront aisément leur place aussi bien au concert qu’à l’office.  Chacune a son climat, son atmosphère.  Ce sont autant de petits bijoux à découvrir.

 

Max MÉREAUX : Vitrail

pour orgue.  Armiane : EAL 489.

Cette pièce pour deux claviers & pédalier n’exige pas un instrument très important.  La registration fait uniquement appel aux fonds de 16, 8 et 4.  Divisé en deux volets, ce Vitrail, d’un caractère plutôt méditatif, déploie d’amples mélodies.  Le second volet est fugué, de façon fluide, avec un thème chromatique descendant très mélancolique.

Maurice JOURNEAU : Simple cantilène

op.50.  Version pour orgue.  Combre : C06695.

Pas besoin d’un gros instrument pour jouer cette petite pièce dont le titre traduit le caractère.  Un langage limpide, poétique, voilà ce qui caractérise la musique d’un compositeur discret mais à l’œuvre attachante, mort à cent ans en 1999.