Voici comment l’auteur présente lui-même son œuvre : « Cette œuvre est sous-titrée « étude pour orgue » en raison de sa riche et complexe écriture harmonique, et de ce qu’elle exigera de la part de l’interprète en matière de registrations. Mais on pourrait aussi bien la qualifier de fantaisie ou de poème symphonique pour orgue, dans lequel l’imagination de l’auditeur est projetée dans des mondes sonores tour à tour mystérieux, visionnaires, éclatants ou fantastiques, comme dans un kaléidoscope aux dimensions cosmiques. » On ne peut mieux parler de cette œuvre foisonnante et évocatrice des différents mondes intérieurs de l’auteur mais aussi des auditeurs… D’autant plus que l’auteur laisse libre cours à l’imaginaire de l’interprète en ne lui donnant volontairement aucune autre indication de registration que les notations expressives qui parcourent l’œuvre. Si ces Mondes peuvent être ainsi exécutés sur des instruments très divers, il n’en reste pas moins qu’ils devront avoir pour support un instrument aux multiples facettes… et un organiste qui sache les mettre en valeur !
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019