Max MÉREAUX : Jeu d’ombre et de lumièrepour orgue.  Armiane : EAL 488.

 

Cette œuvre suppose un instrument à trois claviers, mais peut évidemment s’adapter à d’autres instruments.  À un récitatif monodique très expressif succède une partie fuguée et contrastée qui illustre bien le titre.  Peut fort bien trouver sa place dans un contexte liturgique.