Trois pièces pour grand-orgue.  Le Chant du Monde (31-33, rue Vandrezanne, 75013 Paris) : OR 4523.  27 p.  16 €.

Généralement, le répertoire organistique possède une finalité liturgique mais, notamment au XXe siècle, des compositeurs — comme A. Cellier et, plus proche de nous, J.-D. Pasquet — se plaisent aussi à évoquer des paysages, des atmosphères ou des thèmes particuliers.  C’est le cas de deux pièces de cette publication au nouveau « look » accrocheur, bien présentée, avec indications de registrations, claviers et nuances. 

Sous le titre Bestiaire, elle regroupe : Bast (déesse égyptienne à tête de chat) de François-Henri Houbart (°1952), redoutable par des « coups de patte » à la pédale suivis de sextolets de doubles croches, contrastant avec La licorne de Pierre Cholley (1962-), page plus calme et plus mystique, dédiée à son éditeur Hervé Désarbre.  En revanche, La valse des colombes de Julien Bret (°1974), de caractère plus léger, avec citation (en valeurs longues, à la partie médiane) du cantus firmus Veni sancte Spiritus, symbolisant l’Esprit Saint à l’instar de la colombe, se rattache à l’objectif cultuel.