pour grand orgue. Delatour : DLT2084.

Qu’on ne s’y trompe surtout pas : le Con morbidezza par lequel l’auteur caractérise son œuvre n’a rien de morbide ! Il s’agit de délicatesse, de tendresse. Et c’est bien ainsi qu’on peut caractériser cette œuvre qui évoque, mais sans les pasticher, les grands Chorals de la musique française d’orgue Franck, Vierne… Tendresse, délicatesse qui persiste y compris dans les parties les plus animées.