Imprimer
Catégorie : Orgue

Gerhard DODEDER, Miguel Bernal RIPOLL (éd.) : A. de CABEZÓN : Ausgewählte Werke für Tasteninstrumente. Selected Works for Keyboard. Urtext. Vol. I-IV, Kassel…, Baerenreiter, 2010 :  BA9261, 68 p. (XXVII + 58 p.) ; –BA 9262 : 78 p. (XVII+70 p.) ; BA 9263  : 82 p. (XVII+72 p.) ; BA 9264 : 88 p. (XXVII + 78 p.).

 

La musique d’orgue de la Péninsule ibérique n’a pas encore bénéficié de toute la diffusion qu’elle mérite : elle est pourtant elle est très digne d’intérêt. Son répertoire cultive différentes formes associées à la liturgie et surtout les Tientos (dans différents tons). Grâce à l’heureuse initiative des organistes G. Doderer et M. B. Ripoll et aux Éditions Baerenreiter (Kassel), cette lacune est comblée à l’occasion du 500e anniversaire de la naissance de l’Espagnol Antonio de Cabezón, musicien de chambre à la Cour, né vraisemblablement en 1510  à Castrillo de Matajudios (quartier de Castrojeriz) et mort à Madrid en 1566. Il a été au service de la Maison d’Espagne, puis musicien de la Chambre et de la Chapelle du Roi ; très estimé par Charles Quint.

 

 

Le remarquable apparat critique fait d’abord état de la genèse du projet de publication, rappelle la vie, les activités et les compositions du maître, renseigne sur les principes de la tablature, la tradition de Cabezón. Les organistes apprécieront les judicieuses précisions concernant la technique de jeu et l’interprétation, la métrique (mesure, proportion, tempi, notamment l’utilisation du temps imparfait diminué), les doigtés, les ornementations et, bien entendu, la registration, avec des références aux sources et Traités d’époque, par exemple la Declaracion de instrumentos musicales (1557) de Juan Bermudos et l’Arte de taner fantasia de Tomas de Santa Marias qui d’ailleurs cite Cabezon en tant qu’ « éminent organiste royal ».

 

Les interprètes disposent ainsi de 4 Volumes (67 œuvres) classés thématiquement d’après les formes, représentant une sélection très révélatrice des genres en usage : hymnes (himno) sur des thèmes grégoriens ; tientos libres ou sur un thème grégorien ; duos ; faux-bourdons (fabordones) ; versets (versos) de Magnificat ; nombreuses canson glosada (adaptations libres et transcriptions plus ou moins fidèles de chansons) d’après des chansons françaises de Thomas Créquillon, Cyprien de Rore, Josquin des Prés, Johannes Lupi, Nicolas Gombert, Claudin de Sermisy, entre autres… et encore des diferenciasmot espagnol signifiant « différence » — c’est-à-dire des variations souvent très ornées reposant sur un thème de chant grégorien ou sur des mélodies d'origine populaires pour instruments à clavier (orgue), luth, vihuela...

 

Par souci de mémoire et de fidélité à la tradition en cause, il est indispensable de consulter, à la fin de chaque volume, la liste des abréviations, le protocole éditorial concernant notamment les accidents ; les sources des œuvres et autres précisions ou références aux textes, par exemple les trois parties du Kyrie trinitaire, l’indication de l’incipit mélodique du Kyrie ou du Magnificat (notamment référence à l’Arte de Canto Llano de Francisco de Montanos, Madrid, 1592). Cette excellente édition si bien présentée comporte également d’éclairants éléments bibliographiques : un modèle du genre qui contribuera largement à la diffusion et à la valorisation de la musique espagnole de clavier au XVIe siècle.