Medea : Création chorégraphique de Sacha WALTZ, d’après l’opéra Medeamaterial de Pascal DUSAPIN, sur un livret de Heiner Müller. Caroline Stein. Sacha Waltz & Guests. Vocalconsort Berlin. Akademie für Alte Musik Berlin, dir. Marcus Creed.

 

 

 

Description : H:breves1212_fichiersimage016.jpg
© Sebastian Bolesch

 

Deuxième volet de la Trilogie Médée au TCE. Après la Médée de Charpentier, il y a quelques semaines, voici un regard bien différent sur le mythe, s’appuyant sur le texte fort de Heiner Müller, porté, en la circonstance, par Pascal Dusapin en collaboration avec la chorégraphe allemande Sacha Waltz. Une collaboration ancienne ayant, maintes fois, fait preuve de son efficacité, tant il est vrai que la musique de Pascal Dusapin peut bénéficier du support chorégraphique, dans un rapport symbiotique. Un regard très contemporain, s’exprimant dans une langue à la fois violente et lyrique, une vision douloureuse chargée en filigrane des horreurs de la post modernité, une femme seule, souffrant d’une douleur incommensurable qui la conduira bientôt à la folie. Pascal Dusapin utilise, ici, pour cette musique aux allures souvent hypnotiques, un instrumentum de type baroque associant orgue, clavecin et cordes, tandis que la voix, à la fois parlée et chantée, parcourt un registre très étendu, rendant la partition particulièrement éprouvante pour la soprano. La chorégraphie, quant à elle, cherche à exprimer par la danse tout le cheminement intérieur de Médée, ce difficile parcours qui la conduira à l’infanticide. Un spectacle très réussi avec de magnifiques moments, comme cette chute inaugurale du lourd rideau rouge sur une note tenue de l’orchestre, tandis que se déploie, dans un éclairage noir digne de Soulages, un cercle de danseurs symbolisant le soleil noir de Médée…Au plan musical, l’orchestre et Carole Stein sont remarquables de présence et de sobriété. A voir et à revoir !