Gérard HILPIPRE : Vox clamentis in deserto

pour alto solo et quatuor ou ensemble à cordes. Delatour : DLT1152.« Voix de celui qui crie dans le désert : « Préparez les chemins du Seigneur » ». Une citation si explicite ne peut pas ne pas être présente tout au long de cette œuvre où le cri du soliste peut sembler laisser de marbre le quatuor. Reste l’orthographe curieuse de « clamentis ». Serait-ce une allusion au personnage de Clamence, dans La peste de Camus ? Quoi qu’il en soit, il s’agit d’une musique exigeante et expressive à laquelle on souhaite un grand succès en concert.

Kleine Choralvorspiele und Begleitsätze

Gunther Martin GÖTTSCHE, Martin WEYER : Kleine Choralvorspiele und Begleitsätze zu den Liedern des Evangelischen Gesangbuches. Gottesdienst… Kassel, BÄRENREITER (www.baerenreiter.de  ), 2012, BA 9275, 95 p. -29, 95 €.Cette édition est destinée aux organistes non professionnels accompagnant occasionnellement un culte (Gottesdienst), en l’absence d’un organiste titulaire. Elle correspond aux numéros 213 à 261 du Recueil (EG) actuellement en usage dans les Églises protestantes d’Allemagne (Evangelisches Gesangbuch), dont les sources sont présentées dans le livre de Karl Christian Thust (voir : Lettre d’information, décembre 2012) et correspondent au déroulement de l’Année liturgique. Il s’agit de versions didactiques, en contrepoint simple, avec quelques notes de passage, des accords plaqués, quelques traits en croches et de longues tenues. Chaque numéro est précédé d’un Prélude et suivi de la version harmonisée à 3 et 4 voix, destinée à l’accompagnement des fidèles. Registrations, nuances et tempi (indications métronomiques) sont judicieusement précisés ; les paroles figurent au-dessus du superius, et la notation sur deux portées permet aussi l’interprétation à un orgue ne comportant qu’un seul clavier : tout est prévu pour faciliter la tâche des accompagnateurs en cours de formation. Ces versions sont dues à G. M. Göttsche (né en 1953), directeur de la musique d’Église (KMD) et compositeur ayant une large expérience pédagogique, et au Prof. Dr Martin Weyer (né en 1938), élève, entre autres, du regretté Hans Klotz et de Marie-Claire Alain. Tous les deux sont des concertistes de réputation internationale et s’avèrent comme d’excellents pédagogues.

 

Quatuor à cordes n° 2.

Gérard HILPIPRE : Quatuor à cordes n° 2. Delatour : DLT2088.

L’énumération des mouvements, qui d’ailleurs s’enchaînent : Molto largamente – Con slancioEstatico – Con slancio – Molto largamente, montre à elle seule la structure de l’œuvre.

Petite fugue à 2 voix.

Jean-Sébastien BACH : Petite fugue à 2 voix. Transcription pour alto et violoncelle de Marie-Claire MÉREAUX. Deuxième cycle. Lafitan : P.L.2457.

L’auteur de communique pas de « niveau » pour cette pièce. Peut-être sommes-nous un peu optimistes : ce n’est évidemment pas facile.

Diptyque

Charles BALAYER : Diptyque  pour clarinette, violon, alto et violoncelle. Delatour : DLT1090.

De niveau moyen à avancé, ce diptyque se compose d’une Cantilène, qui tient en quelque sorte lieu de prélude, et d’une fugue au thème entraînant traité de façon canonique par, nous dit l’auteur, « l’utilisation d’un langage emprunté au style français du début du XXe siècle ». On en retiendra notamment le côté lyrique et expressif qui en fait une œuvre de concert.

Marche nuptiale

Louis GANNE : Marche nuptiale  pour quintette de cuivres. Arrangement : Jean-Louis Couturier.  Sempre piu : SP0023.

L’œuvre originale a été écrite pour orgue. La transcription proposée ici est fidèle et rigoureuse. L’œuvre comporte les alternances habituelles dans le genre entre parties triomphales et moments doux et lyriques… L’ensemble est composé de deux trompettes en ut, un cor en fa, trombone et tuba.

The Roots of Jazz

George SPECKERT : The Roots of Jazz  pour violon et violoncelle. « Ready to play ». Bärenreiter : BA 10606.

L’auteur mêle à ses propres compositions des « standards » comme The Entertainer ou When the Saints Go Marchin’in qui plairont certainement aux jeunes interprètes. L’auteur suggère que l’instrumentation qu’il propose puisse être enrichie d’autres instruments, notamment des percussions… Tout cela est bien dans l’esprit du jazz !

Trio

BRAHMS : Trio  op. 40 pour violon, cor (alto ou violoncelle) et piano.  Urtext édité par Christopher Hogwood.  Bärenreiter : BA 9435.

Comme à l’accoutumée, cette remarquable réalisation commence par une longue préface à la fois historique et musicologique qui nous livre les sources thématiques de l’œuvre ainsi que les problèmes d’instrumentation, leur raison d’être, bref tout ce qui peut permettre une interprétation éclairée de ce trio. Notons la présence en appendice de l’œuvre pour piano qui devait servir de base, dix ans plus tard, au troisième mouvement de ce trio.  On y trouve aussi les variantes propres aux versions pour alto et violoncelle.

Urbain’s Band Book 1, la pratique orchestrale à l’école.

Jean-Jacques METZ : Urbain’s Band Book 1, la pratique orchestrale à l’école.  Livre de l’enseignant (52 p.) + Livre de l’élève (16 p.).  Gérard Billaudot (www.billaudot.com). 

Sous un intitulé quelque peu racoleur – mais les cibles sont aujourd’hui ce qu’elles sont… -, voilà un ouvrage qui, à n’en pas douter, rendra les plus signalés services aux professeurs d’Éducation musicale et à leurs ouailles, à l’école voire au collège.  Dès 2000, Jean-Jacques Metz constituait une « fanfare urbaine » dans le cadre périscolaire de l’école élémentaire « Urbain Le Verrier », à Nantes.  Constitué d’enfants volontaires, cet atelier connut le plus vif succès (il réunit aujourd’hui 25 trompettistes, 15 tubistes, 5 trombonistes & 15 percussionnistes).  Ces deux albums fournissent, en couleurs, tous

Gnossiennes.

Erik SATIE : Gnossiennes.  Urtext. Éditeur : Ulrich Krämer. Henle (www.henle.com) : 1073.  6,50 €.

 

Composées en l’espace de sept ans et demi (entre juillet 1889 & janvier 1897), les Six Gnossiennes d’Erik Satie furent pré-publiées dans les magazines Le Cœur et Le Figaro musical.  Les voici soigneusement révisées par Ulrich Kramer, éditeur maison. Dépourvues, bien sûr, de barres de mesure (à l’exception de la 5e). 

 

Sonate pour flûte, alto et harpe.

Claude DEBUSSY : Sonate pour flûte, alto et harpe.  Urtext.  Éditeur : Peter Jost.  Henle (www.henle.com) : 1026.  Conducteur + parties séparées.  29 €.

 

S’inscrivant dans la publication de l’intégrale de l’œuvre de Debussy, voici – réunis sour la même référence - conducteur & parties séparées  de la célèbre Sonate pour flûte, alto et harpe.

 

Quatuor à cordes.

Claude DEBUSSY : Quatuor à cordes.  Urtext. Éditeur : Ulrich Krämer. Henle (www.henle.com). Conducteur (n°9999. Studien-Edition. 17 x 24 cm, 58 p. 14,50 €) + parties séparées (n°999. 23 x 31 cm, 29 €).

Assortie d’une préface circonstanciée, d’une étude des sources & de remarques particulières, voilà désormais l’édition de référence !

Quatuor à cordes n° 3.

Gérard HILPIPRE : Quatuor à cordes n° 3.  Delatour : DLT1868.

Ce 3e Quatuor d’un admirateur d’Henri Dutilleux, qu’il a d’ailleurs rencontré, comporte quatre mouvements aux caractères contrastés. Un préambule présente les conditions d’interprétation de cette pièce d’écriture résolument contemporaine pour une œuvre profondément expressive.

Clair-obscur

Max MÉREAUX : Clair-obscur  pour flûte, alto & harpe.  Niveau supérieur.  Lafitan : P.L.2324.

Créée à Antibes-Juan-les-Pins en mars 2010, cette pièce demande une grande complicité des interprètes pour créer une atmosphère qui se veut allusion discrète aux peintres des écoles du Nord, Vermeer ou Rembrandt.  Max Méreaux nous invite ainsi à traiter sa composition avec grande délicatesse.   Elle le mérite bien !

Vaguement brésilienne

Didier RENOUVIN : Vaguement brésilienne pour flûte, violoncelle et guitare. Delatour : DLT 1548.

De niveau moyen, cette œuvre a été écrite au début des années quatre-vingt pour le trio « Samarkand » rassemblé par l’auteur. L’atmosphère brésilienne, avec son rythme typique de samba s’estompe parfois au profit de « pauses » en contrepoint très lentes. Le tout se termine en s’évanouissant peu à peu.

 

Ma Coline

Pascal JUGY : Ma Coline  pour hautbois et harpe. Delatour : DLT 1905.

Bien qu’assez facile, cette charmante pièce écrite pour la fille de l’auteur n’hésite pas, tout en restant classique, à moduler et à changer de métrique et de tempo… Une ample mélodie expressive se déroule, qui permet au jeune hautboïste d’exprimer toute sa sensibilité. La partie de harpe, assez exigeante, demande une grande complicité avec le hautbois. C’est une excellente introduction à la musique de chambre.

 Rêverie

Robert SCHUMANN (1810-1856) : Rêverie  pour quatuor à cordes (contrebasse ad lib.), op. 15/7.   Schott (www.schott-music.com) : ED 21044.   23,1 x 30,3 cm, 3 p. (+ parties séparées).  4,95 €.

 

Habilement arrangée par Wolfgang Birtel, cette célèbre pièce (extraite des Scènes d’enfants op. 15) permettra à bien des jeunes instrumentistes de s’initier à la musique d’ensemble.  Difficulté : Intermédiaire.

 

Petit trio facile.

Johanna SENFTER (1879-1961) : Petit trio facile.  Trio avec piano, op. 134.  Schott (www.schott-music.com) : ED 21159.   23,1 x 30,3 cm, 16 p. (+ parties séparées).  14,99 €.

 

Élève de Max Reger, la compositrice Johanna Senfter fut une éminente représentante du postromantisme. On redécouvre aujourd’hui son œuvre – considérable…  Le présent trio, pour violon, violoncelle & piano, comporte 3 mouvements : Menuet, Sarabande et Gavotte.

 

Deux nocturnes.

Sir Peter MAXWELL DAVIES (°1934) : Deux nocturnes.  Quatuor avec piano (2010).   Schott (www.schott-music.com) : ED 13420.   23,1 x 30,3 cm, 7 p. (+ parties séparées).  11,99 €.

Composés comme un hommage à Chopin et… à  J. S. Bach, ces deux Nocturnes (Adagio molto, l’un et l’autre) s’adressent à des instrumentistes de très bon niveau.

Gabriel FAURÉ : Quatuor avec piano op. 15.Édité par Denis Herlin. Bärenreiter : BA 7903.

 

Gabriel FAURÉ : Quatuor avec piano op. 45.Édité par Denis Herlin. Bärenreiter : BA 7904.

 

Comme toujours chez Bärenreiter, les œuvres françaises bénéficient d’une présentation en français, ce qui est bien agréable. On lira avec un très grand intérêt les notices rédigées par Denis Herlin, aussi pointues scientifiquement qu’abordables par tout lecteur cultivé. On appréciera en particulier la manière dont il replace dans leur époque les œuvres présentées. Il fait notamment ressortir l’importance de la Société Nationale de Musique pour la renaissance de la musique de chambre française à cette époque. Si le quatuor op. 45 a eu plus de mal à s’imposer que le quatuor op. 15, aussi bien l’un que l’autre constituent un monument de la musique de chambre française, et il est heureux qu’une édition critique de cette qualité nous soit proposée aujourd’hui.

 

Max MÉREAUX : Sonate à troispour clarinette, piano & violoncelle. Armiane : EAL515.

 

Créée en première audition à Saint Omer en 1980 et à Paris en 1981, cette œuvre est présentée ici dans une édition revue et corrigée. On appréciera particulièrement que sur la partie de piano conducteur, la clarinette soit écrite en sons réels. L’œuvre est composée de deux parties d’une durée d’environ cinq minutes chacune, et comportant des séquences d’improvisation dûment balisées.  

 

Raphaël FUMET : Nuit pour quatuor à cordes. Delatour : DLT1833.

Les éditions Delatour continuent leur remarquable travail d’édition de la musique de Raphaël Fumet, organiste et compositeur mort en 1979. Auteur également d’une œuvre pour orchestre qui porte le même titre, on retrouve dans celle-ci le goût de l’auteur pour la contemplation nocturne. Il est vrai que le parc du collège de Juilly s’y prête particulièrement… Il s’agit d’une pièce méditative, au timbre qu’on ne peut s’empêcher de sentir gambée, quand on est organiste et qu’on sait de plus que la version originale de cette pièce a effectivement été écrite pour orgue…