Bruno GINER : Boîtes à musique pour 12 instruments. Delatour : DLT2839.

Écoutons l’auteur : « Cette courte pièce est basée sur un motif mélodique très simple, dans le style arabe, repris au fur et à mesure par chaque instrument de l’orchestre. Elle est brève et modeste, comme la vie de l’homme face à son destin.
Nous devons l’invention de la première boîte à musique à l’horloger genevois Antoine Favre. Son idée remonte à 1796 et il nomme cet étrange mécanisme sonore : « carillon sans timbre ni marteau ». D’autant que je me souvienne, l’aspect mécanique et linéaire de cette forme de production musicale m’a toujours quelque peu fasciné par son caractère extrêmement précis et inéluctable. »
Si le titre est au pluriel, c’est que l’œuvre contient trois petites pièces traitées différemment. Précisons bien que l’utilisation des instruments, et spécialement du piano, n’est pas vraiment traditionnelle : il y faudra un piano à queue pour pouvoir jouer commodément sur les cordes… La durée de l’ensemble est de 9 minutes. Les 12 instruments sont : flûte, cor anglais, clarinette en sib, basson, trompette en ut, cor en fa, violon 1, violon 2, alto, violoncelle, contrebasse et piano. Loin d’imiter les boites à musique, si ce n’est par les timbres, c’est d’abord une ambiance que l’auteur s’est efforcé de recréer dans cette évocation.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020