Philippe MAZÉ : Trois Chœurs mystiques, pour chœur mixte a cappella, Bury St Edmund (Angleterre), United Music Publishing (www.ump.co.uk ). 2017, 52 p.

Philippe Mazé, chef de chœur et compositeur, élève de Daniel Roth en orgue, est diplômé de l’École Normale de Musique de Paris en Harmonie, contrepoint, fugue, histoire de la musique, analyse et esthétique ; il a été formé à la direction de chœur par Stéphane Caillat, Eric Ericson et à la direction d’orchestre par Henri-Claude Fantapié. Il a également travaillé le chant avec Annie-Béatrice Lepré, et la technique vocale avec Richard Miller. Dès l’âge de 23 ans, il est déjà maître de chapelle de la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre et directeur musical de la Maîtrise et, en 1996, après concours, il est nommé maître de chapelle en l’Église de La Madeleine, à Paris. Ses œuvres instrumentales comportent des pièces pour orgue, orchestre et ses œuvres vocales totalisent plus de 150 Motets, 25 Messes, des pages de musique liturgique.



Sa vaste expérience de chef de chœur se répercute sur ses compositions. Derniers en date : Trois Chœurs mystiques conçus pour chœur mixte a cappella, à raison de deux pupitres par voix, chacune étant indépendante et se détachant de l’ensemble ; les autres étant — pour une meilleure intelligibilité — traitées note contre note, homorythmiquement et entrecoupées de silences éloquents. Il privilégie une facture mélodique conjointe et répétitive, des dissonances à bon escient, et accorde un soin tout particulier aux nuances extrêmement précises et diversifiées. Il sélectionne des textes très méditatifs : I. Hymne (p. 1-19), d’après le théologien et docteur de l’Église, Grégoire de Naziance (329-390) : Ô toi, l’au-delà de tout/ N’est-ce pas là tout ce qu’on peut chanter de toi, dans laquelle les 8 voix sont traitées individuellement à des fins de coloration. II. Le Cantique des créatures — en italien Cantico di frate Sole — (p. 20-42), d’après le fondateur de l’Ordre des Frères Mineurs (franciscains), Saint-François d’Assise (1181/2-1226) : Très haut, tout-puissant et bon Seigneur / À toi louange, gloire, honneur se présente comme un « fourmillement » dans la louange. III. Prière (p. 43-52), d’après le moine bourguignon Saint-Bernard de Clairvaux (1090/1-1153), fin connaisseur des Pères de l’Église. Elle évoque des impressions vivement ressenties par Philippe MAZÉ à Fatima (lieu de pèlerinage au Portugal), relevant d’une expérience vécue. Elle met l’accent sur l’injonction : Souvenez-vous… (traitée en ostinato rythmique), puis sur les paroles : Animé d’une pareille confiance, enfin : Je me prosterne, prière à la Vierge (à la suite d’un exaucement). Le compositeur exploite les harmoniques du son fondamental, des tournures mélodiques très chantables et « dans l’air », se gravant aussitôt dans la mémoire.

Philippe MAZÉ vit intensément les textes sélectionnés ; ses partitions communiquent immédiatement aux interprètes et auditeurs toute l’émotion ressentie et l’intériorité requises. À retenir par les chefs de chœurs.
Édith Weber