Litanies de la Sainte-Vierge.

 

En septembre 1887, l’abbé Grivet, ancien maître de chapelle et professeur à Notre Dame des minimes à Lyon sollicite un grand nombre de compositeurs français afin de fêter le jubilé pontifical de Léon XIII, dans un contexte où le souverain pontife prône le ralliement à la République Française. Le cahier des charges est strict. Il s’agit de composer une pièce pour chœur mixte et orgue ou harmonium sur les Litanies de la Sainte Vierge. De nombreux compositeurs connus ou aujourd’hui moins connus répondent favorablement. Ce sont six de ces œuvres écrites par des compositeurs connus que nous offrent aujourd’hui les éditions Symétrie.

Jules MASSENET : Litanies de la Sainte Vierge, Notre-Dame de Valfleury (Loire). Symétrie : ISMN 979-0-2318-0795-0 https://symetrie.com/fr/titres/litanies-de-la-vierge-jules-massenet

 

On lira sur le site de l’éditeur l’intégralité du texte de présentation de cette œuvre. L’ensemble est joli, chantant, facile tant pour le chœur que pour l’accompagnement
D.B

 

Alexandre GUILMANT : Litanies de la Sainte Vierge, Notre-Dame des Victoires (Paris). Symétrie : ISMN 979-0-2318-0796-7 https://symetrie.com/fr/titres/litanies-de-la-vierge-alexandre-guilmant

 

 

La mer est entrée dans les prés

Bruno ROSSIGNOL : La mer est entrée dans les prés  pour chœur mixte SATB. Assez facile. Delatour : DLT2657.

Il y a vraiment beaucoup de charme et de poésie dans cette courte pièce qui fait penser aux « Chansons » de Poulenc. Dissonances et consonances se mêlent avec un goût parfait. Si la partition n'offre pas de difficulté spéciale, elle demandera évidemment une justesse impeccable. Mais n'est-ce pas naturel ?

 

Une histoire des arts en chansons

Dominique RITTER : Une histoire des arts en chansons.  Opéra-chorale pour chœur mixte et orchestre de chambre. Assez facile. Delatour : DLT : 2652.Il s'agit d'une œuvre conséquente puisqu'elle dure environ trois quart d'heure. Mais on ne s'ennuiera pas dans ce pittoresque parcours des arts de l'antiquité jusqu'à nos jours… En choisissant judicieusement dates et citations musicales (qui restent cependant discrètes), l'auteur nous raconte en musique l'histoire des arts.

Claire VAZART : C.M. 14/18

pour chœur mixte SATB a capella. Assez facile. Delatour : DLT2421.

Cette commande de l'ensemble 20/21 a été créée aux Dialogues en humanité en 2014 à Lyon. Signalons qu'il s'agit plutôt d'une œuvre à cinq voix (Soprane, Mezzo, Alto, Ténor et Basse).

Tandis que les voix de femmes chantent dans un tempo assez lent mais qui en respecte le rythme le Chant du départ harmonisé en choral, les deux voix d'hommes font entendre une sorte de film de la guerre fait d'évènements et de paroles de poilus dont la prosodie se calque sur la langue parlée. L'ensemble a le grand mérite d'être équilibré et d'amener à la réflexion et non à la dénonciation. Cela donne une sorte de méditation prenante dans une atmosphère oppressante. Les voix se réunissent enfin pour une évocation de la sonnerie aux morts. C'est une œuvre de circonstance, certes, mais dont les qualités musicales sont à la hauteur des évènements évoqués.

 

Charles BALAYER – Gilles DENECKER : Zoot jive Dizzy

Charles BALAYER – Gilles DENECKER : Zoot jive Dizzy  pour chœur mixte SATB et piano (ou section rythmique).  Delatour : DLT2550.

Voici une pièce bien réjouissante ! En fait, la section rythmique est fortement conseillée en plus du piano, ainsi que la flûte présente dans l'enregistrement qui se trouve sur le site de l'éditeur. Si la partition n'est pas en soi difficile, elle demande d'être rompu à cette musique de jazz, hommage à Dizzi Gillespie et qui figurait au répertoire du célèbre « Chœur Artie Shaw ».

Charles BALAYER – Marie-Claire DAULHAC : Dodeca(co)phonia  pour chœur mixte SATB et piano (ou section rythmique). Assez difficile. Delatour : DLT2540.

On retrouvera sur le site de l'éditeur et You Tube l'ensemble Artie Shaw pour l'écoute intégrale de ce swing absolument délicieux. Que dire d'autre sinon que le titre est évidemment humoristique, car les harmonies sont, elles, extrêmement recherchées et mouvantes. Là encore, on essaiera de respecter autant que possible l'orchestration originale. Ajoutons qu'il s'agit de vrai jazz et qu'il faudra que les interprètes soient capables de « chorus » : l'improvisation est au rendez-vous !

Charles BALAYER – Marie-Claire DAULHAC : Enfantines  pour chœur mixte SATB et piano (ou section rythmique). Moyen. Delatour : DLT2470.

Nous ne pouvons qu'inviter nos lecteurs à se rendre immédiatement sur le site de l'éditeur ou sur You Tube pour écouter dans son intégralité l'œuvre interprétée merveilleusement par l'ensemble Artie Shaw. La difficulté réside non pas tellement dans les notes mais dans le style… Il faudra un chœur rompu au style jazz pour rendre justice à cette œuvre poétique et tendre pour laquelle il vaudra mieux respecter l'orchestration originale. Un vrai bonheur !

Messe brève  pour chœur de 4 à 6 voix mixtes et orgue

Guy LECLERCQ : Messe brève  pour chœur de 4 à 6 voix mixtes et orgue. Assez difficile. Delatour : DLT2364 (version 4 voix).

Dans l'esprit des « messes brèves », cette œuvre comporte simplement les trois pièces : Kyrie, Sanctus et Agnus. On en retiendra la fidélité au texte et à sa prosodie, la brièveté de chacune des pièces, des harmonies fluides créant une grande atmosphère de recueillement même dans le Sanctus, dont les éclats ne nuisent en rien à l'intériorité. C'est une belle œuvre, difficile mais qui mérite qu'on s'y consacre pleinement. Attention : il y faudra un organiste expérimenté.

 

Salve Regina  pour chœur mixte à 5 voix et orgue

Guy LECLERCQ : Salve Regina  pour chœur mixte à 5 voix et orgue. Moyenne difficulté. Delatour : DLT2493.

L'auteur suit fidèlement le texte par un discours quasi homorythmique avec des harmonies délicates pleines d'intériorité. Cette prière à la Vierge sereine et confiante est à la fois simple et belle. La partie d'orgue n'est pas très difficile.

Max d'OLLONE : Sous-Bois  sur un poème de Philippe Gille pour chœur (SATB) et orchestre. Conducteur. Symétrie : ISMN 979-0-2318-0636-6.

Max d'Ollone (1875-1959) est un compositeur français trop peu connu dont l'œuvre mérite pourtant d'être tirée de l'oubli. Sous-bois est le quatrième des chœurs écrits dans le contexte particulier du concours pour le Prix de Rome. Sous-bois est une œuvre de jeunesse écrite en 1897,

Christian GUINGUENÉ : Cantate sur des noëls anciens.  Version chœur, soliste ad libitum et orgue. Chanteloup-musique : CMP010.

Cette œuvre en deux parties devrait être adoptée avec enthousiasme par des chœurs n'ayant pas forcément de grands moyens techniques : l'ensemble sonne fort bien et ne présente pas de grande difficulté. Doit-on dire facile ? Oui, mais sans « facilité ». L'auteur connait manifestement à la fois son public et son métier ! La partie d'orgue ne demande pas non plus ni un gros instrument ni un interprète virtuose. Et pourtant, elle aussi « sonne » très bien et suscite la joie nécessaire en la circonstance.

Bruno ROSSIGNOL : Exsurgens autem Maria  pour chœur mixte SATB a cappella. Delatour : DLT 2382.

Créée à l'abbaye de Pontigny pour la fête de la Visitation, cette œuvre est bâtie entièrement sur les versets 39 à 45 de l'évangile selon Saint Luc, narrant cet épisode de la visite faite par Marie à sa cousine Elisabeth. L'ensemble n'offre pas de difficulté spéciale. L'écriture est d'une grande clarté, privilégiant la compréhension du texte latin.

Messe à quatre voix  (1908)

Jean CRAS : Messe à quatre voix  (1908). Chœur SATB. Edition Isabelle Bretaudeau. Version avec réduction. Symétrie : ISMN 979-0-2318-0773-8.

 

Ne craignons pas les mots : les éditions Symétrie nous offrent un chef-d'œuvre. Et il est heureux que Jean Cras sorte, grâce à ces publications, de l'oubli. On verra sur le site de l'éditeur le commentaire si pertinent d'Isabelle Bretaudeau. Cette messe « a cappella », qui renoue avec les messes « a cappella » de la Renaissance est tout à fait nouvelle au moment où il la compose. Nous serions tenté d'y voir l'influence de son maître Alexandre Guilmant et, à travers lui, de la Schola Cantorum. Toujours est-il que cette œuvre inédite fut exécutée et enregistrée pour la première fois en 2007 sous la direction de Pierre Calmelet pour le label Timpani. On peut écouter des extraits de cet enregistrement sur le site de l'éditeur. L'édition proposée comporte également une notice détaillée par I. Bertraudeau. Précisons que la partie de piano, simple réduction des voix, qui figure dans la partition ne doit en aucun cas, selon la volonté expresse de l'auteur, servir pour une audition publique de l'œuvre.

 

 

Louis-Charles GRÉNON : Petit Magnificat pour solistes, chœur à cinq voix et basse continue.

Edition : Xavier Janot et Georges Escoffier. Symétrie : ISMN 979-0-2318-0423-2.

Louis-Charles Grénon est un compositeur attaché à la ville de Sainte et à sa cathédrale, qui vécut de 1734 à 1768. Le fonds de la cathédrale du Puy compte 82 œuvres, toutes manuscrites, de ce compositeur. Ce Petit Magnificat daté du 25 mars 1768 a donc été écrit pour la fête de l’Annonciation.

Gérard HILPIPRE : Veni Creator Spiritus

pour chœur mixte a cappella. Delatour : DLT2160.

Bien qu’utilisant quelques strophes de l’hymne Veni Creator, invocation à l’Esprit Saint écrite par Raban Maur au IX° siècle, l’œuvre est éminemment moderne

Frank MARTIN : Messe pour double chœur a cappella

Urtext. Bärenreiter : BA7594.

Cette œuvre fut composée entre 1922 et 1926 mais ne fut vraiment créée qu’en 1963.

Franck VILLARD : Neuf Répons des Ténèbres

du Jeudi Saint pour chœur mixte a cappella (SATB). Symétrie : ISMN 979-0-2318-0743-1.

Lorsqu’on voit ce titre, des noms prestigieux résonnent, de Victoria à Poulenc… Ces répons ne déméritent pas. Très fidèles autant à la lettre qu’à l’esprit de l’office du Jeudi Saint, ils peuvent être donnés aussi bien en concert que chantés dans le cadre de la liturgie.

MENDELSSOHN BARTHOLDY : Der 42. Psalm « Wie der Hirsh schreit

op. 42. Bärenreiter : conducteur BA 9074, voix et réduction de piano BA 9074-90. La nouvelle édition de ce Psaume, réalisée par le grand spécialiste de Mendelssohn John Michael Cooper est en tout point remarquable. On lira avec beaucoup d’attention la copieuse préface qui présente l’œuvre ainsi que les principes éditoriaux et les raisons des choix de l’éditeur. La réduction de piano a été faite par Mendelssohn lui-même. C’est en dire tout l’intérêt.

Jean-Christophe ROSAZ : Salve Regina

Montserrat pour chœur de femmes a cappella. Delatour : DLT2347.

Cette très belle pièce a été inspirée à l’auteur par un vitrail de Montserrat dont il s’est efforcé de retrouver « toute la sensation de chaleur et de paix qui s’en dégageait ». « Les quatre voix, quant à elles, sont une allégorie des quatre directions : est, ouest, nord et sud. ». La pièce s’adresse à un chœur très exercé.

Jean-Jacques WERNER : Eclats de Prière

sur un poème de Sylvia Undata, pour chœur de femmes à cappella. Delatour : DLT2327.

Jean-Jacques Werner a été séduit par le poème quasi mystique de Sylvia Undata et s’est efforcé d’en traduire le caractère cristallin et mystérieux. L’œuvre n’est évidemment pas facile. Elle divise assez souvent les voix. Mais le résultat vaut la peine qu’on se donnera à la mettre au point.

 At the Bandstand

Sally K. ALBRECHT, Jay ALTHOUSE, Andy BECK et Brian FISHER : At the Bandstand ! A Rock’n’roll Review. Arrangement de chansons pour deux parties vocales de femme sous forme de revue. 1vol. 1CD. Alfred : 39961.

Que voilà une bien sympathique revue ! Bien sûr, tout cela est intégralement en anglais. Mais à défaut de jouer l’intégralité de cette revue, on pourra se contenter de chanter et de mettre en scène les dix chansons qui la constituent. Il s’agit d’une musique pleine d’entrain et de charme. L’intégralité de la revue se trouve sur le CD joint, ainsi que les play-back. Voilà bien du plaisir en perspective.

Jean-Christophe ROSAZ : Passion de Notre Seigneur Jésus-Christ

selon Saint Luc pour solistes, chœur, violoncelle et orgue. Schola Cantorum : SC 8744. http://www.schola-editions.com

Cette Passion selon Saint Luc fait partie d’une commande de trois passions pour la célébration des Rameaux en la cathédrale d’Autun, commande passée par la Maîtrise de la cathédrale qui a aussi créé ces œuvres. Les autres Passions sont selon Saint Matthieu et selon Saint Marc. Dans un langage à la fois moderne et accessible, J.C. Rosaz retrouve la structure des passions anciennes, en particulier de Bach. Le texte de l’évangile, réparti entre solistes et chœur est ponctué à trois reprises par une intervention de la foule, à l’unisson, sur l’air du Vexilla Regisgrégorien, avec un texte rappelant celui des chorals qui ponctuent les passions de Bach. Ce n’est certainement pas un hasard si la dernière intervention commence par les mots  « Repose en paix… » qui sont également ceux du début du dernier chœur de la Passions selon Saint Jean de Bach…