Sophie LACAZE : Het Lam Gods  pour quatuor de flûtes et récitant. Delatour : DLT2504.

Cette pièce est la troisième que le compositeur a écrit sur le célèbre retable de l'Agneau Mystique de Jan Van Eyck, exposé à la cathédrale Saint-Bavon de Gand. Le texte d'Alain Carré décrit au fur et à mesure les panneaux pendant que les flûtes en restituent l'ambiance. C'est une œuvre attachante à écouter en regardant le retable.

Max MÉREAUX : Danserie  pour flûte et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2899.

N'étaient les notes détachées, on parierait plus pour une ballade ou une élégie. Peu importe le flacon : la pièce est jolie, chantante, un peu mélancolique dans son ton de do mineur. La partie de piano convient parfaitement à un élève : n'oublions pas que cette collection est faite pour encourager la musique d'ensemble. La cadence, vraiment dansante, elle, permettra au jeune flûtiste de montrer toutes ses qualités.

Sophie DESHAYES – Chantal BOULAY – Cyrille LEHN : Ecoute, je joue ! Méthode de flûte. Formation musicale et instrumentale. Vol. 2. 1 vol. 1 CD. Billaudot : G9514B.

Bien que nous n'ayons pas reçu le premier volume, nous pouvons dire qu'il s'agit d'une méthode très complète. L'organisation du travail quotidien est exposée dans le premier volume. Il s'agit d'une progression coordonnée à la fois de formation musicale et d'apprentissage de l'instrument. Le CD joue un rôle très important car il sert à la fois de modèle et de play-back. S'il se trouve dans le recueil des pièces du répertoire, beaucoup ont été composées avec talent par Cyril Lehn.

Jean-François PAULÉAT : Prise de Bec  pour quintette de flûtes à bec. Delatour : DLT2247.

Cette « prise de bec » est constituée d'un thème et de neuf variations. Elle est écrite pour deux flûtes sopranes, une flûte alto, une flûte ténor et une flûte basse. L'écriture en est très classique, ce qui ne veut pas dire que cela manque de charme, bien au contraire. Si le thème peut être joué par des élèves de premier cycle, les variations font appel à des flûtistes plus aguerris (jusqu'à début troisième cycle). Toutes les variations ne sont pas en quintette : duos, trios se succèdent. L'ensemble pourrait être donné avantageusement en audition par toute une classe de flûte à bec. C'est en tout cas une œuvre aussi variée qu'intéressante.

André TELMAN : Le songe de l'instant  pour flûte et piano. Début de 1er  cycle. Lafitan : P.L.2824.

Rêveuse à souhait, cette pièce se déroule dans une atmosphère onirique où le piano développe d'abord de larges arpèges sous la mélodie un peu mélancolique de la flûte, puis prend à son tour la parole dans un dialogue où chacun a sa part. C'est donc une fort jolie pièce où les deux interprètes devront s'écouter et montrer leur musicalité.

 Interlude  pour flûte à bec soprano et piano

Max MÉREAUX : Interlude  pour flûte à bec soprano et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2900.

Cette agréable pièce exploite au maximum les possibilités de tessiture d'un débutant à la flûte à bec, dans une jolie mélodie, très simple au début, mais qui ne se prive pas, ensuite, de moduler – sagement, comme il se doit ! Bref, c'est un très agréable moment. La partie de piano a son rôle à jouer, tout en restant très facile. L'ensemble ne manque donc pas de charme.

Jean-François PAULÉAT : Sicilienne  pour flûte à bec soprano et piano. Très facile. Delatour : DLT2507.

On pourra écouter intégralement cette jolie pièce sur le site de l'éditeur. Pianiste et flûtiste dialoguent joyeusement et légèrement. Si la pièce ne comporte pas de difficulté technique, il faudra bien sûr, pour en tirer toute la substance, faire preuve d'une vélocité certaine et d'un sens musical non moins certain.

 

Pan's Morning  pour flûte seule.

Paul STERNE : Pan's Morning  pour flûte seule. Assez facile. Delatour : DLT2508.

Assez facile, au sens où elle ne demande pas un grand niveau technique, cette pièce exige cependant une grande maîtrise de l'instrument pour qu'on puisse en goûter toute la poésie, tout le raffinement de timbres et, nous oserons dire, d'harmonie.

Qì au commencement était le souffle…

ean-Christophe ROSAZ : Qì au commencement était le souffle…  pour flûte alto en Sol et petite percussion ad libitum. Assez difficile. Delatour : DLT2486.

Le caractère chinois qui donne son titre à la pièce évoque donc le souffle, le souffle créateur que l'on retrouve dans la culture chinoise, mais aussi dans la culture indienne.

 Burlesque  pour flûte ut et piano.

André DELCAMBRE : Burlesque  pour flûte ut et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2839.

L'auteur nous propose ici une pièce fort agréable et amusante, tant pour le pianiste que pour le flûtiste. « Avec subtilité et ironie », indique l'auteur.

A la lueur des songes  pour flûte ut et piano.

hierry DELERUYELLE : A la lueur des songes  pour flûte ut et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2895.

Variés sont les songes, qui permettent en quelques lignes de brosser des tableaux très divers. L'ensemble est poétique mais ne manque pas de piquant. Les rêves se succèdent pour le plus grand plaisir de l'auditeur… et, souhaitons-le, des interprètes !

Ariake  pour flûte seule.

Jean-Christophe ROSAZ : Ariake  pour flûte seule. Assez difficile. Delatour : DLT2473.

L'auteur présente ainsi son œuvre : « La lampe ARIAKE - terme qui désigne la lune pâle encore visible à l'aube - était une lampe traditionnelle japonaise de l'époque EDO (XVII - XIX ème siècles). Elle restait allumée toute la nuit et était faite d'un support cubique ajouré surmonté d'un "boîtier-foyer" que l'on faisait coulisser à l'intérieur de celui-ci pour réduire l'intensité lumineuse.

Trinity  pour 3 flûtes.

Jean-Christophe ROSAZ : Trinity  pour 3 flûtes. Moyen. Delatour : DLT2485.

On pourra lire sur le site de l'éditeur la présentation qui est faite de cette œuvre (http://www.editions-delatour.com/fr/3-flutes/2495-trinity-pour-3-flutes-9790232110424.html ). Comment ne pas évoquer le film si beau d'Andreï Tarkovski, Andreï Roublev (1969 en France) et ne pas conseiller de le voir avant d'interpréter cette méditation sur l'icône de la Trinité ?

Three wise monkeys

Jean-Christophe ROSAZ : Three wise monkeys  pour 3 flûtes à bec ténor. Delatour : DLT2474.

 

Commandée et créée par le « Polyphonica Ensemble » en août 2013 en l'église Saint Merry à Paris, cette œuvre évoque en trois parties la sculpture japonaise attribuée à Hidari Jingoro (1594-1634) dans le sanctuaire Tōshōgū à Nikko (Japon). Kikazaru (sourd), Mizaru (l'aveugle) et Iwazaru (muet) : les noms de ces trois singes, qui couvrent de leur main la partie du visage correspondante, signifient littéralement: «Je n'entends pas ce que je ne devrais pas entendre", "je ne vois pas ce que je ne devrais pas voir » et « je ne dis pas que je ne devrais pas dire ".

Sheratan  pour flûte et piano.

Pascal PROUST : Sheratan  pour flûte et piano. Fin 1er cycle. Sempre più : SP0110.

 

Cette pièce, qui porte le nom d'une étoile, est en forme de rondo, avec un deuxième refrain orné, une cadence, le tout se déroulant dans une jolie ambiance un peu mélancolique.

 Intermezzo  pour 3 flûtes

Paul STERNE : Intermezzo  pour 3 flûtes. Assez facile. Delatour : DLT2495.

Il s'agit d'un très agréable et poétique entrelacement des trois flûtes qui font penser à un vol de papillons ou de libellules. C'est plein de fraicheur et de charme.

Azur  pour flûte en ut et piano

Alexandre CARLIN : Azur  pour flûte en ut et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2924.

 

Sur un rythme obstiné du piano, la flûte déroule une jolie mélodie qui évolue peu à peu vers une modulation un peu inattendue qui termine le morceau.

Wilhelm POPP (1828 – 1903) : Idylle tzigane pour flûte et piano. Restitution Philippe Lesgourgues. 2ème cycle. Sempre più : SP0124.

L'auteur, grand flûtiste allemand, a surtout écrit pour son instrument. Cette idylle est-elle vraiment tzigane ? Peu importe. C'est une « pièce de genre » qui permettra à son jeune interprète de faire montre de la sûreté de sa technique car, pour amusante qu'elle soit, elle est loin d'être facile.

 

Bernard de VIENNE : Vignette IX  Duo de flûtes. Moyenne difficulté. Dhalmann : FD0452.

Cette Vignette est une sorte de miniature mettant en jeu tous les paramètres du son et la manière de les obtenir : la palette de timbres va du son pur au bruit en passant par toutes les recherches acoustiques possibles. La partition est précédée par une explication précise qui permettra de tirer le meilleur parti de cette expérience sonore et de l'affinement de l'audition qu'elle procure.

Gérard HILPIPRE : Trois incantations pour flûte seule. Delatour : DLT2222.

Précisons tout de suite que la première de ces incantations est écrite pour flûte alto en sol. Ces trois pièces, même si elles peuvent être données séparément forment un tout. Elles explorent avec bonheur le caractère poétique et quasi magique que peut revêtir l'instrument. Si le langage est contemporain, la poésie qui s'en dégage n'a pas d'âge. Ce côté « exploration » fait que ces pièces, même si ce n'est pas leur destination première, peuvent constituer de remarquables morceaux d'étude car, bien qu'assez difficiles, ce ne sont pas des pièces de virtuosité mais de recherche de son, de souffle, d'articulation et de phrasé.

 

Sophie Lacaze : L'espace et la flûte. Variations sur des textes de Jean Tardieu pour récitant et ensemble de flûtes. Delatour : DLT2440.

Composée à l'intention de Pierre-Yves Artaud, de l'Orchestre de Flûtes Français, et d'Alain Carré, cette œuvre a été créée en 2010 par les dédicataires sons la direction de Paul Méfano. Il s'agit d'une sorte de méditation sur les très beaux textes de Jean Tardieu. On pourra juger du résultat en écoutant l'œuvre dans son intégralité sur le site de l'éditeur (ou directement sur YouTube).

 

 

 

Guy MIAILLE : Premières musiques d'ensemble. « Entrons dans la danse ». 19 canons pour flûtes à bec (autres instruments mélodiques). Flûtes seules. Livre d'accompagnement. Santilly, Éditions Les Escholiers (17 rue du Bois, 28310 SANTILLY) gmiv.esg@wanadoo.fr , 2014 (+ CD encarté). ESG EDLD. GM. Vol. 1 (24 p.) : 5 €, Vol. 2 (41 p.) : 18 €.

Grâce à son écriture en canon (même thème, entrées successives), ce recueil permettra aux débutants d'interpréter rapidement des morceaux polyphoniques, de caractères variés, avec titres de danses (Musette, Habanera, Farandole…) et accrocheurs : Pas chinois…, Sérénade mexicaine…, Menuet rustique…. L'accompagnement est assuré au clavecin ou au piano. Dans la première série, sont mises en jeu cinq notes : Sol La Si Do . La seconde prévoit un ajout de notes graves Do Ré Mi Fa#. Chaque pièce tient sur une page. Les mélodies chatoyantes sont agréables à entendre. La partie supérieure est interprétée par la flûte à bec soprano (pour les pièces suivantes : flûte à bec alto, puis ténor). Guy Miaille — avec un indéniable sens pédagogique et pratique — permet ainsi aux enfants, même très jeunes, de réaliser un programme de petits concerts pour la plus grande joie des flûtistes et de l'assistance.