Francis COITEUX : Le grand Saint-Éloi pour contrebasse et piano. Fin 1er cycle. Sempre più : SP0284.

ien sûr, certains éléments de cette pièce ne sont pas sans rappeler ou évoquer un célèbre roi compagnon de ce non moins célèbre évêque. Trois parties dans cette œuvre : un andantino à 6/8 sur un rythme qui rappelle de très près le bon roi Dagobert. Suit un andante cantabile à 4/4. Le tout se termine par un allegretto leggiero à 2/4 qui reprend de façon un peu ironique le thème de la première partie Le tout se conclut par une citation quasi textuelle de la fin de la chanson. Le tout est à la fois plein d’humour et de musique. On ne s’ennuie pas un instant dans cette pièce qui devrait séduire nos jeunes instrumentistes.