A partir du moment où l'on admet ce genre de transcription (mais, après tout, Bach n'en a-t-il pas fait autant avec Vivaldi ?), il faut reconnaître que celle-ci est particulièrement réussie. Non content d'ajouter un soutien harmonique à cette pièce, le transcripteur, en y ajoutant également l'élément contrapunctique en a fait une véritable partita pour clavecin, qui ne déparerait pas dans l'œuvre du Cantor. Bien des clavecinistes ajouteront certainement cette œuvre à leur répertoire.