Jean-JacquesWERNER : Melencolia pour clarinette en si bémol et accordéon. Paris, Le Chant du Monde (www.lechantdumonde.com ), MC4991, 2016, 12 p. (+ partie de clarinette, 5 p.). Durée : 9’ 30.

 

Compositeur prolifique et inventif, Jean-Jacques Werner (né à Strasbourg en 1935), s’inspire de la célèbre gravure sur cuivre (1514) : La Melencolia du peintre Albrecht Dürer, né à Nuremberg le 21 mai 1471 et mort dans cette ville, le 6 avril 1528. Celle-ci représente, au premier plan, un ange assis portant un livre, un compas et des clés ; un angelot assis sur une roue ; un sablier, un cadran solaire…, des outils éparpillés sur le sol et, en haut à gauche, sous l’arc en ciel, l’inscription : Melencolia I : autant de symbolismes particulièrement riches auxquels le compositeur fait écho.

 Carnaval

Gilles MARTIN : Carnaval pour clarinette en sib et piano. 1er cycle. Sempre più : SP0218.

Les trois courtes pièces qui composent ce Carnaval ont en commun la bonhommie et la bonne humeur. Comment ne pas être optimiste après avoir joué ou avoir entendu ces tablotins pleins d'humour ? La partie de piano sera assez facilement jouée par un élève de niveau moyen. Ce pourra être une bonne occasion de faire de la musique d'ensemble…

 

Yaghan

Alexandre OUZOUNOFF : Yaghan pour clarinette seule. Fin de 1er cycle. Sempre più : SP0211.

Sans doute ce titre un peu sibyllin se rapporte-t-il aux amérindiens de la Terre de Feu. Il s'agit d'une commande du CRD d'Evreux dans le cadre de la résidence du compositeur. Effets sonores, onomatopées musicales se succèdent avec des changements de rythme, d'articulation, d'intensité. L'interprète devra se construire un récit ou un paysage intérieur pour donner un sens à tout ceci.

 Black-basse

Pascal PROUST : Black-basse pour clarinette basse et piano. Fin 2ème cycle. Sempre più : SP0255.

Cette pièce à l'allure un peu sombre, ce qui n'est pas étonnant étant donné son titre, se déroule sur un rythme qui rappelle la habanera. Elle se termine par un long passage à la clarinette seule. L'ensemble est plein de charme et permettra à l'interprète d'exprimer toute sa sensibilité.

Parfums. Onze fragrances

Octave JUSTE : Parfums. Onze fragrances sonores pour clarinette. 1er et 2ème cycle. Sempre più : SP0204.

On se reportera pour cette œuvre à la version pour flûte traversière recensée plus-haut.

 

Clarinette concertino

Bruno CAMPORELLI : Clarinette concertino pour clarinette et piano. 1er cycle.   Sempre più : SP0227.

Ecrit, comme il se doit, en trois mouvements, ce concerto miniature s'ouvre par un Allegro moderato en forme de marche triomphale. Il se poursuit par un Andante – Cantabile qui a une allure de barcarolle très poétique. Le Maestoso martiale qui clôt le tout correspond évidemment à son titre. C'est une musique plaisante qui doit permettre au jeune clarinettiste de découvrir les joies de la musique d'ensemble.

En quelques mots

Alain FLAMME : En quelques mots pour clarinette et piano. Elémentaire. Lafitan : P.L.3064.

Cette pièce aux harmonies délicates déroule un discours lyrique et pudique à la fois. Piano et clarinette dialoguent de façon fluide et un peu mélancolique. L'ensemble est très intéressant et peu constituer sans déparer une courte pièce de concert.

 

 Musique des Balkans

Gjovalin NONAJ : Musique des Balkans pour clarinette. Lemoine : HL 29247.Attention, ces pièces sont bien des pièces originales et non les transcriptions des pièces pour flûte recensées plus haut. Figure également dans ce recueil une Rhapsodie tzigane pour deux clarinettes. Les œuvres de ce compositeur albanais, issu d'une famille de chanteurs et de musiciens traditionnels, dépaysent en même temps qu'elles charment. Ce sont autant de petits portraits riches et colorés tout à fait typiques aux rythmes surprenants. Bref c'est un régal, mais ce n'est pas pour des débutants.

 

Allegro de Píccolo Mozart

Marie-Luce SCHMITT : Allegro de Píccolo Mozart pour clarinette et piano. (Extrait de la sonate Píccolo Mozart, de Marie-Luce Schmitt P.L.1583. Supérieur. Lafitan : P.L.3090.Nous avons rendu compte dans la lettre 14 de septembre 2007 de cette sonate dans le style de Mozart. Cet « allegro » constitue une pièce qui se suffit. Elle permettra à l'élève de se familiariser avec le style de Mozart en interprétant une œuvre originale pleine de verve et de vigueur, mettant en jeu toutes les possibilités de l'instrument. Ce pourra être l'occasion, pour le professeur, de faire découvrir les différentes œuvres où Mozart utilise la clarinette, et notamment son concerto…

Erwan et les Korrigans

Cécile PRUNET (livret) – Bernard COL (musique) : Erwan et les Korrigans.  Conte musical pour quatuor de clarinettes avec glockenspiel et récitant. Delatour : DLT2662.

Adaptation de l'opéra pour enfants La nuit des korrigans  dont nous avons rendu compte dans notre lettre 93 de juin 2015, cette œuvre est réécrite ici pour un quatuor de clarinette de 2ème cycle, la partie de glockenspiel étant tenue à tour de rôle par un membre du quatuor. Nous écrivions alors : « L'argument est

Jean-François PAILLER : Histoire de clown

pour clarinette en sib et piano. Premier cycle. Delatour : DLT2622.

Cette bien réjouissante histoire comporte deux parties virevoltantes encadrant une partie mélancolique et méditative. Le tout est imprégné de beaucoup de poésie. Si la partie de clarinette est facile, tout en demandant, surtout dans la partie médiane, une grande maîtrise du souffle et beaucoup de musicalité, la partie de piano demande un pianiste aguerri.

Johannes BRAHMS : Sonaten in fa und Es

pour clarinette et piano. Op. 120. Urtext. Bärenreiter : BA 10906.

Certes, il existe bien d'autres éditions de ces sonates mais, outre la qualité de la gravure, il faut surtout retenir la copieuse préface de Clive Brown et les très nombreuses indications concernant les différentes éditions du même et de Neal Peres Da Costa. Le tout ne fait pas moins de trente pages et va du texte autographe aux variantes introduites par les différentes éditions. Le tout est passionnant et il vaut vraiment la peine de se procurer cette nouvelle édition.

Douglas WOODFULL-HARRIS

Classic Hits  pour deux clarinettes. Collection Ready to play. Bärenreiter : BA10636.

Ces duos sont destinés à égayer les études du jeune clarinettiste.

Marc-Antoine DELATTRE : Mazazelle  pour clarinette et piano.

Préparatoire. Lafitan : P.L.2940.

Cet Allegretto cantabile porte bien son nom : une jolie phrase chantante se déploie dans une mesure à trois temps rythmée par les « deux croches » du premier temps qui lui donne un petit air dix-huitième siècle fort bien venu, tandis qu'apparaissent ensuite un accompagnement en arabesque. L'ensemble est vraiment plein de charme et de poésie et devrait beaucoup plaire à ses jeunes interprètes.

Rémi MAUPETIT : B.L.J.M.  pour clarinette et piano

Préparatoire. Lafitan : P.L.2876.

Avouons notre ignorance en ce qui concerne le titre… Quoi qu'il en soit, l'ensemble est plein de poésie. Clarinette et main gauche du piano dialoguent dans une sorte de canon tandis que la main droite fait entendre des accords qui résonnent comme des cloches.

Turpitude & facétie.

Huit pièces pour 2 clarinettes. Deuxième cycle. Sempre più : SP0198.

Sous ce pseudonyme se cache un musicien bien sympathique qui se définit ainsi lui-même : « Musicien de formation classique, touche-à-tout instrumental, passionné par les nouvelles technologies, Octave Juste (Pierre-Yves Rognin) crée musiques et bandes sonores pour le spectacle vivant depuis 1997. » Chacune de ces huit pièces qui, mine de rien, peuvent être aussi des études, est dotée d'un titre plein d'humour et de pertinence. La musique en est particulièrement pleine de charme et de désinvolture, au meilleur sens du terme. Les jeunes interprètes devraient trouver beaucoup de plaisir à interpréter ces pièces.

Jean-Claude AMIOT : Max et les Flying Poulets  (après une projection de Chicken Run)  pour clarinette et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2938.

L'auteur entraine ses deux interprètes dans un joli voyage plein de poésie et d'invention. Piano et clarinette dialoguent constamment : il s'agit bien de musique de chambre. Là encore, la partie de piano est abordable par un élève de fin de préparatoire.

Max MÉREAUX : Canzone  pour clarinette seule. Supérieur. Lafitan : P.L.2904.

Cette œuvre atonale possède beaucoup de charme par la fluidité du discours, son lyrisme. C'est une chanson, certes, mais aussi un récit avec flux et reflux, une grande expressivité. L'interprète devra donc non seulement se couler dans la pensée de l'auteur mais se l'approprier pour en faire sa propre « chanson ».

Pascal PROUST : Couleurs du ciel  pour clarinette et piano. Fin de 1er cycle. Sempre più : SP0160.

Ce titre correspond bien à la diversité de l'œuvre. Il correspond bien aussi à la diversité des couleurs et des rythmes que le jeune clarinettiste devra tirer de son instrument. Commençant par une cadence enchainant avec un « très modéré » lyrique, les couleurs et les rythmes les plus variés se succèdent alors. Une dernière cadence et un retour au « Maestoso » initial terminent cette jolie pièce.

Josiane DIEFFERDING : Souvenir d'amour.  Tango pour clarinette et piano. 2ème cycle. Sempre più : SP0158.

Que voilà un agréable tango, bien dans le style, mais cependant varié. Si la première et la dernière partie sont d'incontestables tangos, le milieu, en majeur, a plutôt un air de samba. Quant à la cadence, c'est… une cadence qui permettra au clarinettiste de briller et de revenir peu à peu au tango final. C'est donc une pièce variée, très réussie, et qui devrait donner beaucoup de plaisir à ses interprètes et à leurs auditeurs.

Michel CHEBROU : Cantaclarina  pour clarinette et piano. Fin de 1er cycle. Lafitan : P.L.2939.

Certes, elle chante, cette clarinette, accompagnée par un piano aux allures de harpe. Mais ce n'est qu'une face de l'œuvre, car piano et clarinette vont bientôt bondir à l'envie dans un rythme sautillant. Puis c'est la mesure elle-même qui prend un air déjanté… Il y a donc beaucoup de facettes différentes dans cette pièce très intéressante et qui fait appel à toutes les qualités des deux instrumentistes. Notons entre autres pour la clarinette le contraste du thème exposé d'abord dans le registre aigu puis dans le registre grave de l'instrument. Le tout est extrêmement plaisant.

 

Michel PELLEGRINO : La clarinette, Jazz manouche. 1 vol. 1 CD.  Lemoine : 29195 HL.

Après d'autres recueils consacrés à d'autres styles, l'auteur s'attache à présenter le Jazz manouche tel qu'il a pu être initié par Django Reinhardt. Cela ne l'empêche pas de rappeler, tout au long de sons ouvrage, les principes généraux de l'interprétation du jazz à la clarinette, les gammes nécessaires pour l'improvisation ainsi que les principales grilles d'accord. Le CD est éminemment pratique : morceaux et play-back y figurent, ainsi que l'indispensable « la » du diapason. Mais il constitue aussi un très joli récital qu'on prend un plaisir certain à écouter. L'ensemble est complété par un lexique et de nombreuses annotations théoriques et pratiques. C'est en dire tout l'intérêt.