pour clarinette en sib avec accompagnement de piano. Fin du 1er cycle. Lafitan : P.L. 2547.

L’auteur profite de ce concerto pour nous raconter une très jolie histoire, avec son élément perturbateur (les chasseurs) et sa fin romantique à souhait : les deux jeunes héros de l’histoire, Adélaïde et Sydney, nos deux kangourous, valsent pour sceller leurs retrouvailles. Comme le fait remarquer l’auteur, quand les chasseurs arrivent, « C’est la panique (pour les kangourous, pas pour le clarinettiste !) ». Pianiste et clarinettiste sautent cependant de concert (mais symboliquement, cela va sans dire… Bref C.-H. Joubert nous propose là une pièce qui mettra en valeur les talents divers des jeunes interprètes.