Jay ALTHOUSE : Sings of the British Isles

pour chanteurs solistes et piano. 1 vol. 1 CD. Alfred : 39750 et 39747. http://alfreduk.fabermusic.com

Saluons ce recueil de chansons traditionnelles des îles britanniques qui sont toutes plus attachantes les unes que les autres. Les accompagnements sont réalisés avec un goût parfait. Le recueil existe en deux tessitures. Le CD fournit l’intégrale des accompagnements de piano joués avec beaucoup de délicatesse. Ce recueil devrait être adopté par beaucoup de classes de chant mais ces chansons méritent surtout d’être chantées en concert.

Collections « Alfred CHORAL Designs » et « Alfred Pop Series » .

Les éditions Alfred (http://www.alfred.com/) proposent pour les chœurs un répertoire existant en différentes versions (SATB, SAB, 2 voix égales, voix d’hommes…). Ce répertoire est extrêmement varié et abondant. Ces chœurs demandent un accompagnement de piano. Tout cela est bien écrit et de bonne qualité. Il n’est pas possible dans le cadre de notre « lettre » de les recenser tous puisque nous en avons reçu une quarantaine... Signalons cependant un certain nombre de titres : Adeste Fideles  de Sally K. Albrecht, Reaching for the Stars et Go Ye into All the World du même auteur, Viva amoreadapté de La finta semplice K. 51 de Mozart, The Pirates of Penzance Choral Highlightsd’Arthur Sullivan... On trouve aussi tout un répertoire pour les mêmes formations dans la collection Alfred Pop Series dans différentes catégories. Citons seulement Welcome Christmas ou Lydia, the Tattooed Lady… L’ensemble se trouve sur le site des éditions. Ce répertoire, accessible à tous les chœurs d’amateurs, conviendra particulièrement aux chorales d’adolescents. On peut également se procurer le catalogue.

 

 

 

Richard WAGNER : Im treuen Sachsenland

WWV 71 A. Chœur d’hommes a cappella. Schott : C55508. Steuermann, lass die Wacht ! Chant des marins tiré du « Hollandais volant ». Version originale de 1844. Chœur d’hommes a cappella. C 55509. An Webers Grabeam 15. Dezember 1844. (WWV 72). Chœur d’hommes a cappella. C 55506. Dein ist das Reich. I » Studirfuge » für 4 Singstimmen. (WWV 19 A). Chœur mixte a cappella. C 55507.

Les éditions Schott ouvrent aux chœurs un répertoire fort intéressant et sans grande difficulté de Richard Wagner à travers ces pièces fort variées. L’édition en est très claire et très soignée. Souhaitons que beaucoup de chœurs les fassent connaître à leur public.

Michel VERSCHAEVE : Chœurs d’opérettes

et d’opéras comiques. Lemoine : 29090 HL.

Voilà un recueil qui met de bonne humeur dès la couverture. Les dix chœurs proposés sont extraits d’œuvres connues ou moins connues d’Edmond Audran, Benjamin Godard, Ferdinand Hérold, Charles Lecoq, Jacques Offenbach et Robert Planquette. L’album commence par la leçon de chant du Petit Duc de Charles Lecoq, à recommander chaudement pour l’apprentissage de la gamme de sol dans les cours de solfège. Signalons aussi le bruit de bottes des carabiniers dans Les brigands… Bref des chœurs incontournables fort bien présentés. Il y a là beaucoup de plaisir en perspective pour les choristes !

 

Daniel TOSI : Mareta

Mareta, no’m faces plorar pour six voix et un percussionniste. Dhalmann : FD0410.

Ecrite pour deux voix de soprano, alto, deux voix de ténor et basse, cette grande berceuse comporte neuf sous-parties. Le thème en est une complainte catalano-valencienne traditionnelle. L’ensemble est plein de charme et de jolies couleurs mais demande des chanteurs bien exercés. L’œuvre a été créée à Marseille le 12 juin 2013.

Claire VAZART : Celtiques.

10 arrangements de mélodies bretonnes et irlandaises pour chœur mixte (SATB) et piano. Delatour : DLT2107.

Les mélodies sont aussi variées que les arrangements. L’ensemble bénéficie de tout l’art de son auteur. Le tout peut être également accompagné par un ensemble jazz avec instruments traditionnels. L’humour est au rendez-vous, comme il se doit, par exemple dans ce Réveil du défunt lors d’une soirée funèbre bien arrosée. Un certains nombres de thèmes sont déjà célèbres, tous méritent de le devenir.

 

Pathways of Song

compiled, arranged, translated, edited by Frank LaFORGE and Will EARHART. Volume 4. 1 vol. 1 CD. Alfred : 39933.

Voici un choix judicieux de mélodies de tous pays et de tous auteurs, de Bach à Strauss, sans oublier des mélodies issues du folklore. L’ensemble est très bien choisi, très bien édité. Le CD contient l’intégrale des accompagnements par Sally K. Albrecht qui mérite une mention particulière pour ses interprétations sensibles et respectueuses des styles divers contenus dans ce recueil. Cette collection compte quatre volumes disponibles en voix hautes et voix basses.

Didier MATRY : Madrigal

pour soprano et orgue. Fortin-Armiane : EAL544.

Le très beau texte de Michel Ange que Didier Matry a choisi de mettre en musique offre de grandes possibilités expressives, à la fois poème d’amour et allégorie philosophique. Si l’œuvre est difficile, elle est très expressives, très fidèle au texte, très belle, en un mot.

 

Frank LAFORGE et Will EARHART : The Best of Pathways of Song

compiled, arranged, translated and edited. Low voice. 1 vol Alfred : 39937.

Traduisons… Il s’agit en fait d’une compilation d’œuvres vocales de niveau moyen allant de Bach et Haydn à Grieg et Richard Strauss. Le recueil ne compte pas moins de quarante-neuf morceaux, tous de grand intérêt. Les deux CD comportent tout simplement les accompagnements de piano, très joliment enregistrés.

Mary K. Sallee : Inspirational Hymn Medleys.

8 arrangements pour piano solo d’hymnes éternels. Alfred : 40827. Les huit pièces proposées intègrent chacune deux « hymnes » ou cantiques de la tradition protestante, à commencer par le fameux choral de Luther. Les adaptations sont fidèles aux originaux mais en présentent aussi des variations. Tout cela ne manque pas d’intérêt.

 Pays du soir

Gérard HILPIPRE : Pays du soir. Cinq chants pour voix et piano sur des textes de Pär Lagervist. Delatour : DLT2163.

Ecrit pour baryton ou mezzo-soprano, ce cycle vocal sur des poèmes du grand écrivain suédois Pär Lagerkvist (1891-1974) se déroule comme un voyage initiatique à travers les mystères de l’Univers. Gérard Hilpipre nous livre ici une œuvre particulièrement dense et profonde, toujours étroitement au service du texte. La traduction des poèmes est de Gunilla de Ribaucourt.

… in weitre welten

Gérard HILPIPRE : « … in weitre welten ». Cycle de chants pour voix de basse et piano sur des poèmes de Stefan George. Delatour : DLT2105.

Cette œuvre difficile veut se faire l’écho sonore de l’univers visionnaire de ce grand poète symboliste allemand (1868-1933). Le texte prime donc, que la musique doit servir et magnifier.

Venez, chantons ! 72 chants inédits

de 1 à 8 voix a cappella ou avec instruments. Lyon, Olivétan, 2013, 136 p. 15 €.

Par ce titre dynamique (deux verbes à l’impératif), l’UEPAL (Union des Églises Protestantes d’Alsace-Lorraine, Strasbourg) a réalisé une engageante et stimulante invitation à la participation vocale, au chant (1 à 8 voix, a cappella ou avec instruments) en une sélection de 72 pièces destinées aux chorales d’Église et un parcours chronologique allant du XVIe au XXIe siècle. Ce vaste programme concerne des chants pour Noël, Pâques, Pentecôte ;

Drama Queens

CESTI, GIACOMELLI, HÄNDEL, HASSE, HAYDN, KEISER, MONTEVERDI, ORLANDINI, PORTA : Drama Queens. 13 selected arias from early baroque to classic, édités par Alan Curtis. Boosey & Hawkes : BB2343.

 

Cet album est le fruit de la collaboration entre la mezzo-soprano Joyce DiDonato et le célèbre musicien et musicologue Alan Curtis. Ces pièces de style très divers et de différentes époques ont été réunies autour d’un style dominant :

Ave Maria

Daniel ROTH : Ave Maria pour soprano et orgue. Compositeurs Alsaciens volume 30. Delatour : DLT2126.

Transcription de l’Ave Maria pour quatre voix égales a cappella publié aux mêmes éditions, c’est cependant une œuvre originale : les harmonies célestes de l’accompagnement servent de soubassement à la mélodie quasi grégorienne de la soprane. La photographie du Sacré Cœur qui figure sur la couverture rappelle l’origine de l’œuvre. Et le fait qu’elle ait été achevée le jour anniversaire de la mort de Maurice Duruflé indique dans quelle sphère d’influence elle a été écrite.

Charles GOUNOD : La liberté éclairant le monde

Réduction pour chœur mixte et piano. Editions du Nouveau Théâtre Musical : NTM 501.

Cette œuvre de 1876 écrite sur une poésie d’Emile Guiard, auteur dramatique, fut composée à l’occasion d’une campagne de financement de la statue de Bartholdi. Ecrite pour chœur d’hommes et orchestre, elle est ici transcrite pour chœur mixte. Exécutée de nouveau en 2004, en même temps que la cantate Fernand, également de Gounod, elle est disponible également dans sa version originale pour chœur d’homme et orchestre aux mêmes éditions (NTM 502 pour le chœur et 503 pour l’orchestre). Œuvre de circonstance, elle n’est pas sans contenir quelques échos de la Marseillaise…

 

 

Raymond DAVELUY : Noëls anciens

Vol. 1. Nouvelle édition révisée par l’auteur et augmentée. Chœur à voix mixtes et orgue. Collection : Anthologie de la musique québécoise. Nouveau Théâtre Musical : NTM 2004.

Quel plaisir de retrouver ces neufs noëls dont beaucoup sont trop oubliés aujourd’hui dans leur pays d’origine. Les harmonisations sont à la fois simples et délicates, bien dans la tradition de ces chants joyeux. La partie d’orgue tient pleinement sa part dans le concert : bien loin d’être une réduction des voix, elle forme avec elles comme un commentaire apportant sa note spécifique à l’ambiance générale.

 

 

Jean-Jacques WERNER : L’arbre perché

pour chœur mixte (SATB) a cappella sur des poèmes de Jean-Luc Moreau. Delatour : DLT0751.

Cette allusion vengeresse à la stupide remarque de Jean-Jacques R. critiquant les fables de La Fontaine, est bien réjouissante, autant que la musique qu’a distillée notre autre Jean-Jacques sur ces délicieux et humoristiques poèmes. Si on ajoute que ces quatre chœurs sont d’un abord facile, on ne peut que conclure que, selon le souhait de l’auteur, ils « apporteront du bonheur à chanter ensemble, gaiement et de vive-voix ! ».

 

Jean-Baptiste PERGOLESE : Stabat mater

Bärenreiter : Chœur et réduction de piano : BA 7679-90, conducteur : BA 7679.

Cette nouvelle édition se justifie pleinement par les progrès faits ces dernières années dans la connaissance du texte le plus proche possible de la création. Malcom Bruno, qui a réalisé ce travail d’édition, expose ces nouveautés dans une préface et un commentaire critique tout à fait passionnants. On saluera au passage la qualité pianistique de la réduction de piano réalisée par ce même Malcom Bruno pour la partition vocale : outre sa fidélité à l’original, elle est manifestement écrite pour… piano, ce qui n’est pas toujours le cas, hélas !

 

Charles GOUNOD : Fernand

Scène lyrique à 3 voix. Premier Grand Prix de Rome – 1839. Nouveau Théâtre Musical : NTM 101.

On ne peut pas dire que le poème du Comte Amédée de Pastoret soit un chef d’œuvre de littérature. On sent d’ailleurs que lui-même ne croit pas trop à cette improbable histoire… Il fallait donc beaucoup de talent à Gounod pour obtenir avec ce texte le Premier Grand Prix de Rome. Mais l’œuvre n’en est pas moins intéressante à découvrir, car la musique vaut beaucoup mieux (comme souvent dans les œuvres lyriques) que le livret. C’est déjà du vrai Gounod, avec toutes les qualités mélodiques et les inventions harmoniques que lui reconnaissait Berlioz. Cette première édition mondiale est présentée fort judicieusement par Jean-Pierre Gounod, arrière-petit-fils du compositeur. Les trois personnages sont Fernand, basse-taille,  Zelmire, soprano et Alamir, ténor.

 

 

Ernest CHAUSSON : Huit mélodies inédites.

Chant et piano. Première édition mondiale. Nouveau Théâtre Musical : NTM 1200.

Ce ne sont pas des œuvres mineurs que ces huit mélodies sur des poèmes de Maurice Bouchor, Alfred de Musset, Charles Baudelaire (L’Albatros). Jean Richepin et Paul Fort. On appréciera beaucoup les notes biographiques et surtout la notice sur ces œuvres rédigée par François Le Roux, le baryton bien connu, directeur artistique du Centre International de la Mélodie française. Ajoutons que cette édition a été faite d’après les manuscrits originaux. Souhaitons que ces mélodies intègrent très vite les récitals de nos chanteurs.

 

Lionel DAUNAIS : Quatre poèmes de Paul Fort.

Chant et piano. Ton original. Nouveau Théâtre Musical : NTM 1711.

Lionel Daunais est un chanteur, compositeur, metteur en scène québécois né en 1901 et disparu en 1982. On découvrira avec plaisir et intérêt ces mélodies pleines de charme, d’entrain et d’humour, à l’image des poèmes de Paul Fort. Francis Poulenc avait, en son temps, apprécié ces qualités.