Ivan Jevtic, élève d'O. Messiaen à Paris et d'Alfred Uhl à Vienne, privilégie beaucoup la musique de chambre. Sa Sonate pour basson et piano (Paris, Belgrade, 2005) est, au début, de caractère enjoué. Structurée en 3 mouvements contrastants :  Allegro con spirito-Maestoso-Allegro strepitoso, elle exige du basson une bonne maîtrise du staccato, mais aussi du jeu lié (traits de triolets de croches et quintolets très chromatiques) mettant la mélodie en valeur, et, du piano, une indépendance des deux mains, la précision dans l'alternance et une grande virtuosité (batteries de triples-croches, notamment). Quant aux deux interprètes, ils doivent respecter impérativement les phrasés et faire preuve d'une belle connivence.