Jean Sébastien BACH : Passion selon Saint Matthieu, chorals  pour quatre altos. Arrangement : Jacques Borsarello. Fin 1er cycle, début second cycle. Sempre più : SP0153.

Jacques Borsarello avait déjà entrepris le même travail pour onze chorals de la Passion selon Saint jean, et nous avions dit dans notre lettre 78 de février 2014 tout le bien que nous pensions de ce travail. Nous en diront autant aujourd'hui : les onze chorals proposés ont été transcrits avec un soin scrupuleux. Et les élèves tireront de leur fréquentation un profit inestimable.

Lina TONIA : Neuma  pour alto solo. Supérieur. Sempre più : SP0143.

Il s'agit de l'œuvre lauréate du concours de composition organisé par l'Association Franco-Européenne de l'Alto dans le cadre du congrès Viola's 2014 (avril 2014, Paris). L'écriture est résolument contemporaine, faisant appel à toutes les nouvelles techniques de l'instrument. On  appréciera l'expressivité et la poésie de la pièce de cette jeune compositrice grecque qui a déjà à son actif un grand nombre d'œuvres de premier plan.

Konzertstücke für bratsche und klavier

Kurt SASSMANNSHAUS : Konzertstücke für bratsche und klavier  (Choix de Pièces de concert pour alto et piano). Bärenreiter : BA 9697.

Grieg, Fauré, Dvořák, Wieniawski figurent en bonne place dans cet album de pièces qui pourront aussi servir de « bis » dans des récitals. Le choix est à la fois éclectique et judicieux et rendra service aux altistes tout en leur faisant découvrir d'autres pièces moins connues mais non moins intéressantes.

 

Paul STERNE : Poème d'hiver  pour alto et piano. Assez facile. Delatour : DLT2480.

 

Calme et expressif, c'est le caractère indiqué par l'auteur, et qui caractérise au mieux cette pièce où l'alto et le piano dialoguent tendrement.

Sonate  pour alto solo

Nicolas CHEVEREAU : Sonate  pour alto solo. Delatour : DLT2492.

 

Deux mouvements pour cette sonate : Prélude et Danse. Le Prélude comporte quatre parties : Recueilli, Très mystérieux et lointain, Tempo de valse modéré et Tempo I.

Pascal JUGY : Velours pour alto et piano. Moyen. Delatour : DLT1107.

Voici ce qu’en dit l’auteur : « Je l’aime cet alto; j’aime sa douce force intérieure, le moelleux de sa voix quand il s’étire et prend son temps… Alors j’entends la voix de Shenn et le bugle de Pierrot. ». On peut dire que l’œuvre répond effectivement à cette ambiance toute de délicatesse et de douceur, mais sans aucune mièvrerie.

 

Claude-Henry JOUBERT : Quatre contes de Charles Perrault : 1

Le petit chaperon rouge, (première année) II – Les souhaits ridicules, (deuxième année) III – Le Chat botté, (troisième année) IV – Cendrillon (quatrième année) librement adaptés pour alto avec accompagnement de piano. Sempre più : SP0111, SP0112, SP0113 & SP0114.

Quel que soit le conte, il est conseillé à chaque fois d’aller lire le texte original ne serait-ce que pour voir quelle liberté l’auteur a pris avec tel ou tel récit, notamment pour le Petit Chaperon Rouge où la liberté de l’auteur consiste à prendre la version optimiste…

Claude-Henry JOUBERT : Manzanillo

ha-cha-cha pour alto avec accompagnement de piano. Deuxième cycle. Fertile Plaine : FP 1558.

Voici un Cha-cha-cha qui ne manque pas de tempérament ! Comme toutes les partitions de cette collection, il s’agit à la fois d’une œuvre et d’une proposition. Invitation, pour l’altiste, à écrire lui-même un autre Cha-cha-cha, invitation pour le pianiste à aménager et enrichir sa propre partition, comme dit l’auteur, « livrée en kit ». Il serait dommage de ne pas profiter de telles possibilités.

 

Bruno GINER : Salt and Pepper

Deux duos pour alto. Facile. Dhalmann : FD0429. Nous ne sommes pas sûr que « facile » soit tout à fait approprié pour ces deux duos qui nécessitent une maîtrise des rythmes et des jeux d’archet de l’instrument, car si la deuxième pièce est intégralement en pizzicati, la première fait appel à des techniques d’archet certes maintenant classiques mais en général peu maîtrisées par les altistes en herbe. Ceci dit, ils prendront certainement beaucoup de plaisir à mettre au point ces deux pièces pour le moins… épicées !

 BACH : Passion selon Saint Jean

chorals pour 4 altos. Arrangement : Jacques Borsarello. Fin de premier cycle, début de second cycle. Sempre più : SP0079.

Comment ne pas applaudir à cette production mettant à la disposition des ensembles d’altos les onze chorals de la Passion selon Saint Jean ? La transcription est d’une probité exemplaire et permettra un fructueux travail de comparaison avec les originaux. Les conseils d’interprétation de l’arrangeur sont tout à fait pertinents. Bref, il s’agit d’un travail de grande qualité à mettre en œuvre d’urgence.

 

Claude-Henry JOUBERT : Variations sur un thème du Berry

pour alto et piano. Début de cycle II. Fertile-plaine : FP 1540. http://www.fertile-plaine.com/

Voici un joli thème et huit variations fort bienvenues… surtout la huitième, qui est à composer par les interprètes. On sait que c’est l’intérêt de cette collection : faire des élèves non plus seulement des exécutants ou des interprètes mais des musiciens. Souhaitons que ce pari n’intimide ni les élèves ni les professeurs, d’autant que les ingrédients sont fournis par l’auteur. Les titres des variations rappellent ceux que les compositeurs du XVIII° siècle aimaient donner à leurs compositions. Ce sera aussi une occasion de faire découvrir des musiques que nos élèves ignorent.

Rose-Marie JOUGLA : Quatre notes s’amusent

pour alto et piano. Débutant. Delatour : DLT2235.

On se reportera à la version pour violon pour voir tout le bien qu’on peut penser de ce morceau.

Thierry BLONDEAU : Last Week-End on Mars

Deux altos ou plus et CD. 1vol. 1CD. Facile à Moyen. Dhalmann : FD 0424. Il existe d’autres versions avec violon et/ou violoncelle à partir de la même bande sonore. Le CD comporte sur une première plage la bande son, et sur une deuxième une réalisation par les élèves de Claudia Brunner. La partition donne simplement les indications de jeu et de durée. L’histoire une fois racontée, il s’agit de la vivre à travers différents évènements plus ou moins aléatoires. Une règle du jeu en précise les principes et en explique la mise en œuvre.

Rolande FALCINELLI : Sine nomine

pour alto et piano. Symétrie.

Cette pièce, née en 1987 d’un cadeau de fête à un organisateur de concerts et ami de l’auteur, est tout sauf une pièce de circonstance. Laissons la parole à sa fille, Sylviane Falcinelli : « …on découvre […] une musique sombre, tragique même, dévoilant les versants pessimistes et introvertis d’une personnalité en rupture face à l’ivresse matérialiste d’un monde en décomposition ; l’écriture s’avère pleinement représentative de son style à cette période, avec un langage harmonique tourmenté ne se posant jamais sur des repères serein. Le chant généreux de l’alto en amples arches depuis les tréfonds mystérieux d’où nait la pièce. Le lyrisme de l’instrument tant aimé de la compositrice s’exprime comme pour survoler le chaos. » Comment mieux traduire la substance de cette pièce ?

Schülerkonzert in D

Friedrich SEITZ : Schülerkonzert in D – Dur op. 22 arrangé pour alto. Bärenreiter : BA 8986. L’original pour violon est édité sous le n° BA 8979.

Nous renvoyons à ce que nous avons dit dans la rubrique « violon » à propos des concertos de Friedrich Seitz. Celui-ci demande seulement une très bonne maîtrise de la première position. Il n’en est pas si facile pour autant. A un Allegro moderato succède un Andante cantabile suivi d’un Rondo allegretto. Ces pièces pédagogiques offrent un intérêt musical certain et sont une excellente préparation à la fréquentation des grands concertos.

 

Davide PRRONE : Modern Bluespour alto et piano

Delatour : DLT2122.

Assez facile, ce Modern Blues possède un charme certain. Ses deux thèmes contrastés en assurent la variété : des moments plus « virtuoses » alternent avec des parties mélancoliques. Il y a un véritable dialogue entre l’alto et le piano qui a ainsi un rôle à part entière.

 

René-Louis BECKER (1882-1956) : 4 pièces

pour alto et piano. Compositeurs Alsaciens Volume 18. Delatour : DLT1731.Ce compositeur alsacien, qui a fait ses études au Conservatoire de Strasbourg, a émigré aux Etats-Unis dès 1905 et y a mené pendant près de 50 ans une brillante carrière de professeur, d'organiste liturgique, de concertiste et de compositeur. Son style est donc à la fois tributaire de ses études et de la fréquentation de ses collègues américains. Les quatre pièces publiées ici sont d’un langage limpide mais sans banalité ni mièvrerie. On gagnera à découvrir ce compositeur méconnu en France.

Variations sur « Au près de ma blonde »

Claude-Henry JOUBERT : Variations sur « Au près de ma blonde »  pour alto avec accompagnement de piano.  Sempre più : SP0005.

En variant pour son instrument de prédilection cette vieille chanson française écrite par son homonyme (et, pourquoi pas, ancêtre !) André Joubert du Collet en 1704, Claude-Henry Joubert nous offre une œuvre bien agréable.  Construite selon les canons traditionnels de la variation française (double, triple, etc.) et comportant également la traditionnelle variation au ton homonyme (lui aussi !) mineur, elle se termine par un dialogue entre les deux instrumentistes suivi d’un baroud d’honneur « più vivo » bien réjouissant.

Fête à Éline

Francis COITEUX : Fête à Éline  pour alto & piano.  Delatour : DLT1944.

Deux parties dans cette œuvre destinée au premier cycle : une première partie, élégante et légère, et une seconde plus rythmée et plus festive. Le jeune altiste pourra donc faire preuve de toutes ses qualités dans cette pièce particulièrement agréable et vivante.

 

 La Chanson de Marion

Jean-Paul HOLSTEIN : La Chanson de Marion pour alto & piano.  Delatour : DLT1989.

Destinée à la petite fille du compositeur lorsqu’elle était en fin de première année d’alto, cette charmante pièce tient le plus grand compte des possibilités de l’interprète tout en lui faisant expérimenter la capacité de l’alto à tenir le rôle de basse et à se mouvoir dans le registre de medium grave. La partie de piano est volontairement légère et donne beaucoup de charme à cette chanson que Marion voudra certainement partager avec beaucoup d’autres jeunes altistes.

Sérénade dorienne

Claude-Henry JOUBERT : Sérénade dorienne  pour alto avec accompagnement de piano dédiée à Jean-Philippe Bardon. Niveau : fin du 1er cycle. « Clés contemporaines ». Lafitan : PL 1924.

À vrai dire, les deux instruments en présence se livrent à un dialogue incessant et le pianiste est, malgré le titre, un acteur à part entière. Si le mode est « dorien », le langage est tout à fait contemporain. Et bien sûr, l’humour ravageur bien connu du compositeur est présent sous la forme d’une histoire de bergère, de loup et… de berger courageux ! Par ailleurs, comme toujours dans cette collection, une part est laissée à l’improvisation, mais soigneusement guidée.

Castor et Pollux, Menuet et tambourin.

Jean-Philippe RAMEAU : Castor et Pollux, Menuet et tambourin.  Transcription pour alto et piano : François Méreaux. Niveau préparatoire. Lafitan : PL 2286.

Quelle bonne idée que d’avoir transcrit ces délicieuses pièces qui permettront aux jeunes altistes (et à leur jeune pianiste accompagnateur) de découvrir que Rameau est un merveilleux compositeur ! Ces deux pièces figurent également dans le 3e Concert (Tambourin) et le 6e (Menuet) des Pièces de clavecin en concert. Ce pourra être l’occasion rêvée de faire écouter les différentes versions de ces œuvres. Un grand merci à François Méreaux pour ce travail mené avec probité et efficacité.