Rose-Marie JOUGLA : Lutin malicieux pour alto et piano. Assez facile. Delatour : DLT0860.

Malicieux, il l’est vraiment ce lutin qui n’arrête pas de sautiller ou de se lancer dans des suites de gammes montantes et descendantes suivies d’arpèges… bref, cette oeuvre permet un véritable travail technique, mais en situation dans une partition pleine de charme mutin. La partie de piano est intéressante et donne vraiment la réplique à la partie d’alto. Coups d’archet et doigtés sont laissés à l’appréciation du professeur… et de l’élève ! Cette « pièce de genre » fait évidemment penser – en plus facile ! – à la Danse des lutins de Bazzini à ceci près que la partie de piano n’est pas seulement décorative… Qui s’en plaindrait ? Elle pourra constituer, en tout cas, une « pièce de bravoure » pour les deux interprètes.