Chamber Music for Piccolo Clarinets in E flat and D. Luigi Magistrelli & friends. 1CD GALLO (www.vdegallo-music.com ; www.vdegallo.ch ) : CD-1487. TT : 56’02.

Cette réalisation présente sept pièces pour clarinette piccolo en mi b et , dont cinq en premiers enregistrements mondiaux. Elle permet de découvrir sa présence dans la musique de chambre au XIXe siècle, après avoir été exploitée entre autres par Georg Friedrich Haendel, Georg Philip Telemann, Jean-Philippe Rameau à l’époque baroque (Cantates), puis par Ludwig van Beethoven (Marches militaires) ou encore Felix Mendelssohn (Nocturnes) à l’époque romantique. Luigi Magistrelli — à la fois compositeur, interprète et ingénieur du son — a sélectionné des oeuvres plus développées comme le Quatuor op. 110 en Mi b Majeur pour

Astor PIAZZOLLA : La musique de Buenos Aires. Christelle ABINASR, piano. 1CD Disques FY et du SOLSTICE (www.solstice-music.com ) : SOCD 345. TT : 68’48.

Le piano est roi chez FY-SOLSTICE ; après le somptueux coffret en l’honneur d’« Yvonne Lefébure » (cf. LI n°110, janvier 2017), ce label dynamique invite les discophiles à découvrir la pianiste bordelaise Christelle Abinasr, élève au CNR de Paris, puis au CNSM où elle s’est perfectionnée en musique de chambre et en accompagnement, ce qui lui permet de se produire en soliste et en chambriste. Astor Piazzolla (1921-1992), élève entre autres de Nadia Boulanger, « revisite » le tango classique. Ce genre mélancolique, nostalgique, langoureux et sentimental par excellence, traduit les états d’âme typiques de l’Argentine. Le compositeur fait évoluer cette danse vers le tango nuevo, en privilégiant l’exubérance et une orchestration « luxuriante ».

Orchestral Piano Works (1879-1920).Yves Henry, piano. 1CD SOUPIR ÉDITIONS (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ): S 243. Distribution SOCADISC. 2017. CD 699 891 -2. TT : 63’38.

Yves Henry et Leonard Borwick ont été confrontés à un problème de « transcriptions pas comme les autres » d’oeuvres très célèbres échelonnées sur une quarantaine d’années. Il s’agit de réduire une partition orchestrale aux timbres multiples à 2 portées et 2 mains (exercice encore plus complexe que dans le cas d’une adaptation à 4 mains ou encore à 2 pianos). Comment un piano peut-il d’ailleurs restituer le paysage sonore d’un orchestre ?

« Intimate Oboe Music ». Omar Zoboli, hautbois, Friedmann Rieger, piano. 1 CD GALLO (www.vdegallo-music.com) : GALLO CD-1482. TT : 61’12.

Omar Zoboli, hautboïste né à Modène, et Friedmann Rieger, pianiste, chambriste et accompagnateur allemand, proposent en parfaite connivence une Anthologie de pièces pour hautbois émanant de compositeurs du XXe siècle moins connus tels que Luca Mosca (né en 1957),Edward Boguslawski (1940-2003) et d’autres plus célèbres : Carl Nielsen, Charles Koechlin, Frank Martin, Benjamin Britten. Ils ont en commun la « valorisation des sonorités » du hautbois, l’exploitation de sa potentialité ou encore la recherche d’une musique de caractère intime : d’où le titre de ce CD du Label GALLO, toujours soucieux de proposer des réalisations originales et sortant des sentiers battus.

J.S. BACH : Orgelbüchlein. Quatuor Ponticelli. 1CD TRITON (www.disques-triton.com) : TRI 331204. CD : TT : 53’59.

Les transcriptions ou arrangements pour instruments différents par rapport à l’original sont actuellement à la mode. Dans certains cas — par leurs sonorités et coloris —, ils peuvent permettre de mieux percevoir des lignes mélodiques ou le phrasé. Après le Quatuor à cordes n°8 de Dimitri Chostakovitch (cf. LI n°112, mars 2017) transcrit pour orgue, voici la démarche inverse avec les Chorals du Petit Livre d’orgue pour 4 violoncelles : curiosité ou sacrilège pour les puristes ? Bach aurait-il désavoué cette tentative didactique ? Comme le rappelait Albert Schweitzer, il « était violoniste avant d’être claveciniste et organiste ».

Piano Études : CZERNY, MOSKOWSKI, BACEWICZ, SAWA. Marcin Tadeusz Lukaszewski, piano. 1CD ACTE PRÉALABLE (www.acteprealable.com): AP0380. TT : 61’00.

Voici une leçon de techniques traditionnelles avec des Études bien connues par plusieurs générations de pianistes et passage obligé permettant aussi — grâce au Label Acte Préalable — de découvrir les musiciens polonais d’une part Grazyna Bacewicz (1909-1972) et Marian Sawa (1937- 2005) et d’autre part le pianiste Marcin Tadeusz Lukaszewski (né en 1972), diplômé de l’Académie de musique de Varsovie, également musicologue.

Jean CRAS : OEuvres pour piano. Jean-Pierre Ferey, piano. 1CD SKARBO (www.skarbo.fr ) : DSK 1153. TT : 70’44.

Cette réalisation incontournable — que Jean-Pierre Ferey a dédiée à Antoine Ferey, « touché depuis son plus jeune âge par la musique de Jean Cras » — a été enregistrée en 2015 sur un piano Bechstein.

Musicien dans l’âme, pianiste prolifique (plus de 150 CD) dans les genres les plus divers, Jean- Pierre Ferey est aussi le créateur d’un spectacle (créé au Qatar) et un très grand voyageur (concerts et masterclasses en Europe et au Moyen-Orient) et, de surcroît, un éditeur discographique confirmé. Il s’est lancé avec

Marc HENRIC : Magnificat de la Paix pour Notre-Dame de Reims. 1CD JADE (www.jademusic.net ) : CD 699 891 -2. TT.: 73’52.

Créé le 11 novembre 2016 à la Cathédrale de Reims, ce Magnificat est l’oeuvre d’un jeune compositeur alors âgé de 28 ans : Marc Henric, dont l’arrière-grand-père avait participé à la Bataille de Verdun. Cette composition significative — commémorant le centenaire de la Première Guerre mondiale — sera proposée en 2017 et 2018 aux villes du front de 1914-1918, notamment : Arras, Laon, Soissons, Verdun, Metz et Strasbourg.

CD-EPM/Pias, Réf. 354013986967
Hervé PEYRARD : Chant, guitare rythmique, ukulélé, clarinette
Sylvain HARTWICK : Guitares, acoustique et électrique, choeurs
Ludovic CHAMBLAS : Batterie, percussions, choeurs
Laurent CHIEZE : Contrebasse, choeurs

Onze titres composent cet album : La rue Berthe (ou le cri du coeur), (paroles et musique de Hervé Peyrard), Jo le squelette (idem), Dur comme faire…(paroles H. P., musique Sylvain Hartwick), Les sanglots du mur d’à côté (paroles et musique H. P.), Marie Pierre et Charlemagne (paroles et musique de Maxime le Forestier), Bye bye

JS. Bach : Prélude et fugue en la mineur (transcription Franz Liszt). Robert Schumann : Sonate N° 1 op. 11. Alexander Scriabine : sonate N° 1. Martina Filjak, piano.1CD Solo Musica : SM 24

Solo Musica nous livre l’enregistrement d’un récital de piano de Martina Fijalk encore peu connue en France, la notice du CD n’est même pas traduite. Un récital “chronologique“ qui va de Bach à Scriabine. Le problème des transcriptions demeure éternel. Cette transcription du Prélude et fugue pour orgue en la mineur de Bach par Liszt en est un parfait exemple. On écoute du Bach et on entend du Liszt ? Ou l’inverse ? Pour Liszt, la voie est royale. Le matériau de base, une

Ensemble Les Temps modernes. 1CD : Continuo/Classics CC 777.721. TT.: 72'30.

La mélodie, le timbre, la résonance et le silence sont les quatre piliers sur lesquels repose la table esthétique de Luca Antignani, en tout cas pour la musique qu'il signe ici. Parti d’une intuition, d’un rêve ou de tout autre référence extérieure (un tableau, un roman, l'enfance et ses souvenirs...), ainsi que l'indiquent les titres, chaque morceau semble y séjourner complètement, vivre dans une insistance circulaire (comme le vol en bordure de mer de la mouette, gabbiano, présente dans le Trio del sogno e del gabbiano). L'étincelle première donne accès à l'invention, qui est recherche d'une direction, prise en compte de

Variations sur un thème de Corelli. Vanessa Benelli Mosell, piano. London Philharmonic Orchestra, dir. Kirill Karabits. 1CD Decca : 4814393.

Vanessa Benelli Mosell débute le piano à l’âge de trois ans, donne son premier concert à l'âge de quatre ans et comme soliste avec orchestre à neuf ans, puis commence une carrière internationale deux ans plus tard, en duo avec Pascal Rogé. Après une formation à l’Académie internationale de piano d’Imola en Italie, elle entre au Conservatoire Tchaïkovski de Moscou. Les concerts avec les plus grandes formations s’enchainent de Berlin à New York, de Londres à Turin.

Johann Sebastian BACH Intégrale de l’oeuvre d’orgue, Vol. 3. Clavierübung III & chorals divers. Marie-Ange Leurent, Éric Lebrun, orgue. 2CDs MONTHABOR (www.monthabor.com ) : . TT : 62’52+ 70’23.

Marie-Ange Leurent et Éric Lebrun, bien connus des lecteurs de la Lettre d’information — après leurs Intégrales Buxtehude et Boëly — poursuivent celle de Jean Sébastien Bach (cf. Vol. 1 : LI, avril 2016 ; Vol. 2 : LI, oct. 2016), en une vraie complicité artistique et chronologique. Ils ont, en effet, judicieusement retenu l’Orgue Heinrich Gottfried Trost à Waltershausen, construit entre 1723 et 1743, d’esthétique baroque par excellence ; or, cet instrument historique de l’Église « Zur Gotteshilfe » est contemporain de la gestation par Bach de la Clavierübung dritter Teil publiée en 1739. Il s’agit donc d’une adéquation entre facture et composition.

Johann Sebastian BACH : Johannes-Passion (BWV 245). Thomanerchor Leipzig. Orchestre du Gewandhaus de Leipzig, dir. Georg Christoph Biller. 2CDs RONDEAU PRODUCTION (www.rondeau.de) : ROP 405051. TT : 33’54 + 74’01.

Voici une version authentiquement

leipzicoise

enregistrée à Saint-Thomas, réalisée par le Thomanerchor (Choeur de Saint-Thomas), dirigée par le Thomaskantor bien connu, Georg Christoph Biller qui a fait appel à l’Orchestre du Gewandhaus de Leipzig. Il s’agit d’un enregistrement d’avril 2007 qui reparaît en 2017 sous une autre présentation et avec un prix spécial (deux CD pour le prix d’un). Des solistes de renom international interviennent : Ruth Holton (soprano) ; Matthias Rexroth (alto) ; Marcus Ullmann (ténor) ; Gotthold Schwarz et Henryk Böhm (basses) dans les rôles traditionnels : Évangéliste, Jésus, la servante, le serviteur, Pierre, Pilate ; le Choeur assumant le rôle, les réactions de la foule (turba) et les chorals. L’Évangéliste (Marcus Ullmann) restitue les moindres inflexions du récit biblique, le Choeur s’impose d’emblée par la précision de ses interventions bien scandées et les chorals si bien ressentis.

Friedrich KIEL : REQUIEM in F minor op. 20. Ensemberlino vocale, dir. Matthias Stoffels 1CD RONDEAU PRODUCTION (www.rondeau.de) : ROP6141. TT : 57’42.

L’oeuvre de Friedrich Kiel (1821-1885), professeur de composition très estimé et compositeur éminent, est tombée dans l’oubli. Pourtant, son Requiem protestant situé entre ceux de Mozart et de Verdi marque un jalon dans le répertoire du genre. Le Label RONDEAU présente l’oeuvre selon les conditions de sa création et dans l’esprit de la musique de chambre, c’est-à-dire avec un simple accompagnement au piano. Cette seconde version de 1878, adaptée pour piano par Julius Stern (1820-1883), a été revue pour l’« Ensemberlino vocale » (groupant une trentaine de choristes) par Matthias Stoffels qui a étudié la musique, la germanistique, la direction chorale à Berlin et fréquenté de nombreuses masterclasses dont celles d’Eric Ericsson. Il a dirigé le Choeur de la Radio de Bayreuth, enseigné la direction et est, depuis 2006, professeur de musicologie et directeur artistique à Munich.

Passacaglias. 1CD ACTE PRÉALABLE (www.acteprealable.com ): AP0375. TT : 69’ 33.

Étymologiquement, le mot passacaille (ou passacaglia) dérive de l’expression espagnole : passar una calle, c’est-à-dire « passer dans une rue » et, à l’origine, concerne une musique jouée ou chantée dans la rue (cortège, procession). En général, une courte phrase est répétée et des variations permettent d’éviter l’effet de monotonie. Cette forme prend alors le sens de « thème et variations ». Elle est très présente dans la musique d’orgue (Bach, Pachelbel, Brahms, Reger) mais aussi dans la musique de chambre et la symphonie. Le mot passacaille peut aussi servir d’indication « sous la forme et dans le tempo » : In Form und Zeitmas einer Passacaglia (P. Hindemith) ou reposer sur un thème, par exemple une mélodie anglaise ancienne, Passacaglia on an Old English Tune (R. Clarke,).

Stefano Molardi, orgue. 4CDs DIVOX ANTIQUA (www.divox.com). Diffusion : Laurent WORMS (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ). Vol. 1 : CDX-70309/10-6 (TT : 63’47+ 73’41); Vol. 2 : CDX-70311/12 (68’42+ 77’29).

Claudio Merulo (alias Claudio da Corregio), né à Corregio en 1533 et mort à Parme en 1604, est un compositeur, éditeur et organiste italien prolifique actif à la fin de la Renaissance et pratiquant le style polychoral typiquement vénitien. Après avoir été l’élève de Girolamo Donato et vraisemblablement de Gioseffo Zarlino à Saint-Marc de Venise — où il a rencontré Constanzo Porta —, il est à partir de 1556 successivement organiste de la Cathédrale de Brescia, de Saint-Marc de Venise, puis notamment de la Cathédrale de Parme, où il meurt en 1604. Il est considéré comme l’un des meilleurs organistes de la Renaissance italienne.

Stefano Molardi, orgue. 1CD DIVOX ANTIQUA (www.divox.com ). Diffusion : Laurent WORMS (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ). Organ Series, Vol.VIII. CDX 70903. TT : 72’ 45.

Stefano Molardi, organiste, musicologue, claveciniste et chef, formé auprès de célèbres maîtres : Ton Koopman, Harald Vogel, Luigi Ferdinando Tagliavini, Horatiu Radulescu…, propose un programme thématique autour de Mozart à Bologne et de la forme sonate, permettant aussi de découvrir des célèbres Orgues historiques italiens des facteurs Serassi (1794), au Dôme de Guastalla ; Traeri-Cipri-Montesanti (1784-88), à la Collégiale de Gualtieri ; et Benedetti (1767), à l’Église paroissiale de Brescello.

Ullrich Böhme, orgue. 1CD RONDEAU PRODUCTION ( www.rondeau.de ) : ROP6117. TT : 70’57.

Ullrich Böhme, l’heureux organiste titulaire des Orgues de l’Église St-Thomas à Leipzig, bien connu de nos lecteurs (cf. Lettre d’information, n°101, mars 2016, à propos des 6 Sonates de J. S. Bach) illustre les nombreuses possibilités d’une part, de l’« Orgue Bach » du facteur Gerald Woehl (61 jeux aux sonorités typiquement baroques, construit en 2000 pour le Jubilé Bach) et, d’autre part, de l’Orgue Sauer du facteur Wilhelm Sauer (1831-1916), d’esthétique romantique, avec 63 jeux, construit entre 1885 et 1889 et dont le nombre de registres a été porté à 88 en 1908.

1CD MILAN MUSIC (www.milanmusic.fr): 399 867-2. TT : 62’41.

Selon le texte d’accompagnement, l’acteur Klaus Kinski a prédit, le jour de sa naissance, que Lucas Romero « sera un guitariste sauvage ». Il a été formé à l’école du groupe familial Gitano Family et est devenu l’un des plus brillants guitaristes de sa génération. Il « perpétue le style gipsy, sauvage, festif, improvisé et instinctif qu’il renouvelle de touches puisées lors de ses nombreux voyages : Moyen-Orient, Japon, Tahiti… » comme il ressort des titres évocateurs des 15 pièces enregistrées soit pour guitare solo, pour guitares rythmiques, pour chant pour claviers et chant.

1CD JADE (www.jade-music.net) : 699 877-2. TT : 65’38.

Il s’agit de la réédition de l’album de Nawal, chanteuse franco-comorienne, « diva pop et mystique » à la voix puissante, qui a enchanté le public du monde entier. Elle chante, joue d’un instrument cordophone traditionnel comorien (gambusi), de la guitare, du daf (membranophone persan), des flûtes, du piano à pouce, de la mbira zimbabwéenne. Elle spécule sur l’acoustique et mise sur une spiritualité métisse. Elle recherche la quête mystique, la spiritualité transcendantale car,

Ensemble Amarillis. Héloïse Gaillard & Violaine Cochard. 1 CD Evidence Classics : EVCD032. TT : 52’07.

L’Ensemble Amarillis, dirigé par Héloïse Gaillard et Violaine Cochard, qui vient de recevoir le label « Telemann 2017 » en témoignage de l’important travail effectué autour du compositeur allemand dont on célèbre cette année le 250e anniversaire de la mort, nous propose cette intéressante mise en miroir des deux plus grands compositeurs allemands de l’époque baroque. Une association discographique réalisée non pas dans un but d’opposition, mais on contraire dans le simple dessein de mettre en évidence une complémentarité certaine autant qu’une probable amitié (Telemann était le parrain de CPE Bach). Deux personnalités