August REINHARD : Chamber Music and Sonatines. Vol. 5. VDE GALLO (www.vdegallo.com ). Coll. Référence Harmonium. CD 1569-70. 2019. 2 CD. TT : 61’ 18 ; 73’ 01.

La Collection « Référence Harmonium » réhabilite la « pompe à cantiques » de jadis, devenue — grâce à la facture Mustel, avec Alphonse Mustel (1873-1936), aidé par son père Auguste puis son fils Charles, qui ont développé l’« orgue expressif » inventé en 1842 par A.-Fr. Debain ainsi que le typophone (célesta) — un véritable instrument de concert.
Le compositeur allemand August REINHARD, né à Ballenstedt (dans le Harz) en 1831, mort dans sa ville natale en 1912, a été au service de la Cour du Duc d’Anhalt-Bernburg et du Comte de Wittgenstein. Il s’est consacré à la composition et à la promotion de l’harmonium, convenant parfaitement à la musique concertante et assumant à la fois le rôle du piano et du violoncelle. Joris Verdin (né en 1952), organiste, compositeur et pédagogue belge, a retenu le MUSTEL Harmonium d’Art (version sophistiquée 1922) pour les Trios et Sonates (CD I-II) et le MUSTEL Orgue-Célesta 1900 pour les Sonatines (CD II).
Le CD I permet de découvrir 3 Trios pour violoncelle, harmonium et piano : en Fa majeur (op. 28), fa mineur (op. 30) et Sol majeur (op. 46), avec le concours de J. Verdin (harmonium), Marie-Noëlle Bette (Piano Steinway 1875) et Tine Van Parys (violoncelle). D’emblée, le gain timbral opéré par l’harmonium au sein du trio saute à l’oreille, la prévention contre l’instrument désuet disparaît et l’onctuosité sonore joue en sa faveur. Le CD II offre 2 Sonates pour harmonium et piano (op. 84 et 85), assez développées, en Do majeur et mineur, tripartites avec mouvement central lent et méditatif, de facture classique, évoluant dans une atmosphère romantique ; les 3 Sonatines illustrent les possibilités et timbres variés de l’Orgue-Célesta à 2 claviers (le premier correspondant à l’harmonium ; le second au célesta), avec accouplement et de nombreux registres, par exemple : harpe éolienne, cor anglais, percussion ; fifre, hautbois, musette, voix céleste (en fait, comme à l’orgue). Joris Verdin exploite au maximum les timbres de l’instrument de sa collection personnelle.
Les organologues apprécieront ces 3 instruments historiques ; les discophiles cette intéressante réhabilitation de l’harmonium en tant qu’instrument de concert.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2020