La Symphonie n°6 dite « Pastorale » (op. 68) en Fa majeur et 5 mouvements, n’est pas à présenter dans ces colonnes. Les mélomanes seront entre autres particulièrement sensibles à l’élan, la joie, la reconnaissance après L’Orage… Quant à la Symphonie n°8 (op. 93) également en Fa majeur, elle est moins développée, en 4 mouvements. À l’Allegro vivace e con brio bien enlevé succèdent l’Allegretto scherzando, Tempo di Menuetto traditionnel et un Allegro vivace qui s’impose par son rythme dynamique (à signaler que l’œuvre ne comporte pas de mouvement lent). Avant-dernière de l’Intégrale symphonique (CD regroupant respectivement les Symphonies 1 et 3, 4 et 5, 2 et 7), cette nouvelle réalisation autour des Symphonies 6 et 8 propose, grâce à un chef d’exception, deux versions de référence, de surcroît enregistrées « en direct » par les soins attentifs de Georg Burdicek.
Édith Weber