Les mélomanes écouteront avec une indicible émotion le dernier récital de Dinu Lipatti (1917-1950) au Festival de Besançon, le 16 septembre 1950 dans la salle du Parlement. Cet enregistrement historique et intégral à l’initiative du Label Solstice et de sa directrice Yvette Carbou qui, grâce à l’INA, ont retrouvé la bande originale de la Radiodiffusion Française (1950), puis retravaillé la bande son alors à ses débuts (7 bandes magnétiques) : une réelle prouesse technique.
Les discophiles imagineront à peine l’état de santé de Dinu Lipatti, terrassé juste avant le récital par une crise (maladie d’Hodgkins). Né en 1917 à Bucarest, ce pianiste roumain exceptionnel, filleul de Georges Enesco, a étudié à Vienne, puis avec Alfred Cortot. Il a été professeur au Conservatoire de Genève où il est mort le 2 décembre 1950.
La conception du livret est du plus haut intérêt : illustrations variées, évocation de la situation et de l’atmosphère pathétique de ce dernier récital, lettres autographes, critiques, programme… : une qualité rarement atteinte.

Quant à l’authenticité du déroulement du concert, elle est indéniable et révèle les habitudes du pianiste : avec une brève présentation en arpèges précédant chaque œuvre. J. S. BACH est représenté par sa Partita n°1 en Si b Majeur (BWV 825) ; W. A. MOZART par sa Sonate n°8 en la mineur (K 310) ; Fr. SCHUBERT, par 2 Impromptus (D 899) : en Sol b majeur n°3 et en Mi b majeur n°2 ; enfin, Fr. CHOPIN, avec 13 Valses permettant à Dinu Lipatti de donner toute sa mesure expressive. Les applaudissements attestent le grand enthousiasme du public remplissant la Salle du Parlement. À écouter en hommage à Dinu LIPATTI, avec admiration, respect et émotion.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019